La Bourse de Paris devrait démarrer en léger repli mercredi matin, dans un climat qui reste propice aux prises de profits après les gains des dernières semaines et avant la publication de plusieurs indicateurs de premier plan, en Europe comme aux Etats-Unis.

Vers 8h15, le contrat 'future' sur l'indice CAC 40 - livraison décembre - recule de dix points à 7247,5 points, annonçant une note de faiblesse à l'ouverture.

Le marché parisien n'avait pas su profiter, hier, des bons chiffres américains ayant une nouvelle fois mis en évidence la résistance de l'activité en dépit de la brusque remontée des taux d'intérêt.

Après avoir passé l'ensemble de la séance dans le rouge, le CAC est toutefois parvenu à limiter ses pertes dans les dernières minutes de cotations pour achever la journée sur un repli limité de 0,2%, sur son support des 7250 points.

'Cette consolidation, plutôt minime, peut être considérée comme une temporisation dans cette dernière séquence haussière', estiment les analystes techniques de Kiplink.

Si le marché parisien tend à reprendre son souffle depuis quelques jours, la tendance de fond demeure haussière et le fameux 'rally' de fin d'année reste bien vivant, soulignent les chartistes.

A Wall Street aussi, le moteur a calé hier et les marchés d'actions américains se sont contentés d'effacer leurs petites pertes de lundi: le Dow Jones s'est contenté d'un gain de 0,1% et le Nasdaq a repris environ 0,3%.

Les investisseurs vont devoir surveiller aujourd'hui toute une série de statistiques majeures, à commencer par la première estimation des prix à la consommation en Allemagne au mois de novembre, qui paraîtra à 14h00.

'Si l'inflation allemande ressort en baisse, cela renforce la possibilité que l'inflation en zone euro reflue encore après avoir déjà chuté plus que prévu en septembre et en octobre', rappelle Christopher Dembik, stratège chez Pictet Asset Management.

'Evidemment, la baisse de l'inflation risque de renforcer les anticipations de baisse des taux par la BCE qui constituent l'un des moteurs principaux de hausse des marchés financiers en ce moment', ajoute-t-il.

Autre rendez-vous important, la publication, à 14h30, de la deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au titre du troisième trimestre.

Les économistes misent sur une confirmation de la première estimation, qui avait montré une forte croissance de 4,9% de l'activité économique sur la période allant de juillet à septembre.

Sur le marché des changes, l'euro faiblit un peu avant la parution de ces chiffres pour s'échanger aux alentours de 1,0990 dollar, en baisse de 0,1%.

Côté emprunts d'Etat, les rendements obligataires confirment leur bonne entame de semaine, avec un rendement du Bund à dix ans qui reflue vers 2,5% tandis que son équivalent américain s'établit autour de 4,33%, un plus bas de deux mois.

Les prix du baril évoluent, eux, en petite hausse avant la parution, dans l'après-midi, des stocks de pétrole aux Etats-Unis et à la veille d'une réunion très attendue de l'Opep.

Le Brent progresse actuellement de 0,2% à 76,6 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,1% à 81,7 dollars.

Copyright (c) 2023 CercleFinance.com. Tous droits réservés.