Après un gain de 0,9% hier, la bourse de Paris conclut la séance du jour sur une hausse de 0,76%, à 7628 points, tirée par Teleperformance (+3,4%), URW (+2,5%) ou encore Vivendi (+2,4%).

La journée a été ponctuée par la publication de plusieurs indicateurs économiques susceptibles de donner un aperçu du rythme de la reprise économique en Europe.

Ainsi, le taux d'inflation annuel de lazone euros'est établi à 2,6% en mai 2024, contre 2,4% en avril. Un an auparavant, il était de 6,1%, fait savoirEurostat, l'office statistique de l'Union européenne.

Par ailleurs, le moral des investisseurs allemands ne s'est que très légèrement amélioré au mois de juin, alors que les économistes attendaient une hausse plus franche, montre l'enquête mensuelle de l'institut ZEW publiée mardi.

L'indice s'est établi à 47,5 points ce mois-ci, en hausse de 0,4 point par rapport aux 47,1 de mai, là où les analystes de BofA le voyaient monter à 50.
La suite de la séance a été animée par plusieurs indicateurs américains, dont les ventes de détail : après avoir reculé de 0,2% en avril par rapport au mois précédent (chiffre révisé d'une stagnation annoncée initialement), elles se sont accrues de 0,1% en rythme séquentiel en mai, selon le Département du Commerce.

En excluant le secteur automobile (véhicules et équipements), à l'évolution parfois volatile, les ventes de détail américaines se sont néanmoins tassées de 0,1% le mois dernier, après une diminution de même ampleur en avril.
Les chiffres de la production industrielle aux Etats-Unis (-0,9%) confirment qu'aucun redressement marqué de l'activité ne se profile dans le secteur manufacturier.

Sur le marché obligataire, l'écart de rendement entre les OAT françaises à dix ans (3,12%) et du taux de référence allemand (2,41%) se contracte de -5 pts pour revenir à environ +70 pts contre plus de 80 pts vendredi dernier.

Le rendement du 10 ans américain se détend de -3,58 pts vers 4,2420% dans un contexte de chiffres US un peu plus faibles que prévus.

Le dollar évolue dans d'étroites limites (autour de 1,0740$/E) malgré les incertitudes politiques qui ont surgi en France et qui affaiblissent la monnaie unique.

Le Brent gagne +0,75% à 85$ le baril, alors que l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que le marché devrait être excédentaire au moins jusqu'en 2030, avec une surproduction de huit millions de barils par jour.

Dans l'actualité des sociétés françaises, Alstom annonce avoir reçu en juin une nouvelle commande d'un client européen, dont l'identité n'est pas divulguée, pour un montant total d'environ 670 millions d'euros, commande enregistrée au titre de son premier trimestre 2024-25.

Air Liquide fait part de la décision de la Commission européenne de soutenir D'Artagnan, projet d'infrastructure de transport et d'exportation de CO2, porté par le groupe de gaz industriels et Dunkerque LNG, pour réduire les émissions du bassin de Dunkerque.

Enfin, Airbus Helicopters annonce avoir lancé la campagne d'essais en vol du prototype du NH90 Standard 2, l'une des dernières configurations de NH90, développée spécifiquement pour l'aviation de l'armée française afin de soutenir les opérations des forces spéciales.


Copyright (c) 2024 CercleFinance.com. Tous droits réservés.