La Bourse de Paris se redresse vendredi matin en attendant le coup d'envoi de la saison des résultats aux Etats-Unis, qui débute alors que les marchés d'actions connaissent un accès de volatilité. L'indice CAC40 se négocie vers 8100 points, en hausse d'environ 1%.

Récemment préoccupés par le réveil de l'inflation américaine, les investisseurs vont avoir l'occasion de revenir aux fondamentaux aujourd'hui avec l'ouverture de la saison des résultats du premier trimestre.

Comme à l'accoutumée, ce sont les grands groupes bancaires américains JPMorgan Chase, Citi et Wells Fargo qui en donneront le coup d'envoi à l'heure du déjeuner.

Ces publications donneront le pouls de la santé du secteur financier, mais fourniront aussi de précieux éléments de réflexion concernant la situation économique aux Etats-Unis, où les derniers indicateurs ont été solides.

Après le début d'année spectaculaire signé par les Bourses mondiales, ces résultats permettront surtout de savoir si les valorisations jugées élevées des actions américaines sont justifiées.

Selon des données FactSet, les résultats des entreprises cotées sur le S&P 500 devraient avoir progressé de 3,2% en moyenne d'un an sur l'autre, soit leur troisième trimestre consécutif de croissance.

Mais le ratio cours-bénéfices (PER) de l'indice S&P 500 ressort actuellement à 20,5x, un niveau très supérieur à sa moyenne de long terme de 17,7x.

Hier, le Nasdaq s'est adjugé près de 1,7% à la faveur d'un net rebond des 'Sept Magnifiques', dans l'espoir que leurs performances trimestrielles bénéficient de l'engouement qui entoure actuellement l'IA.

D'après les analystes, il faudra toutefois de solides résultats, et pas seulement de la part des géants technologiques, pour faire sortir les indices boursiers de leur fourchette de fluctuation actuelle.

Si une amélioration des comptes des entreprises devait bel et bien se matérialiser, les actions devraient en profiter puisque cela justifierait une hausse des cours sur la base de ratios de valorisation inchangés.

'Des annonces positives favoriseraient une reprise des actions', estime César Perez Ruiz, le responsable des investissements et CIO chez Pictet Wealth Management.

'Une hausse de l'ensemble des secteurs renforcerait notre optimisme vis-à-vis des actions américaines', souligne le stratège.

Mais l'ouverture de la saison des résultats ne fera pas complètement oublier l'inconnue de l'inflation et les investisseurs scrutent avec attention les indices des prix qui ont été publiés dans la matinée en France et en Allemagne.

Sur un an, les prix à la consommation en France ont augmenté de 2,3% en mars 2024, après un taux de 3% en février, selon l'Insee.

L'inflation allemande a poursuivi son ralentissement au mois de mars, à la faveur d'un reflux des prix de l'alimentation et de l'énergie, montrent des données officielles publiées ce vendredi. L'indice des prix à la consommation (CPI) a progressé à un rythme annuel de 2,2% le mois dernier après avoir augmenté de 2,5% en février et de 2,9% en janvier.

L'agenda des indicateurs comprend également cet après-midi les chiffres des prix à l'importation aux Etats-Unis, ainsi que l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan.

Copyright (c) 2024 CercleFinance.com. Tous droits réservés.