La bourse de Paris achève la séance sur un gain de 1,34%, à 7671 points, bien aidée par Capgemini (+3%), Kering ou Engie (+2,4%).

Les investisseurs sont également encouragés par de nouveaux records de Wall Street (S&P500 +0,3% à 5.500Pts), qui était fermée hier pour la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage ('Juneteenth').

Les nouveaux records établis mardi soir n'étaient que le prélude à la poursuite de la hausse des indices US, et du Nasdaq en particulier (+0,4%, nouveau zénith à 17.936), bien parti pour aligner son 8ème record de clôture.

Idem pour le Nasdaq-100 (+0,4% à 19.980 et qui vise clairement un zénith symbolique de 20.000 en cette veille des '4 sorcières') dans le sillage de Nvidia qui s'envole encore de +3,2%, au-delà de 140$ et conforte sa place de première capitalisation mondiale avec 3.425Mds$, loin devant Apple (qui recule de -0,5% à 3.290Mds$) ou Microsoft (-0,9% à 3.300Mds$).

C'est donc Nvidia 'qui fait tout', une fois de plus et c'est dans la logique algorithmique qui s'impose aux marchés à la veille d'une échéance trimestrielle.

Le Dow Jones affiche également une hausse de +0,4% vers 38.950, ce qui le laisse à 3% de son zénith des 40.077Pts.

En Europe, le 'market mover' aurait pu se situer du côté de la BoE, si elle avait fait évoluer son discours : ce n'est pas le cas et sa décision de maintenir les taux était attendue à 100%, donc pas de réactions.

Le récent ralentissement de l'inflation, qui a atteint le mois dernier l'objectif de 2% établi par la banque centrale, commence pourtant à alimenter les spéculations sur une prochaine baisse de taux.

'Les signaux envoyés par l'économie britannique sont contradictoires', soulignent les analystes d'Oddo BHF, qui mettent en avant d'un côté une croissance 'robuste' et la hausse des salaires et des prix des services, mais aussi un taux de chômage en hausse et un marché de l'emploi 'proche d'un point d'inflexion'.
La BNS (Banque Nationale Suisse) a de son côté réduit de 0,25% son taux directeur à 1,25%, ce qui était attendu).

Plusieurs statistiques US ont animé la séance aux Etats-Unis, avec la publication des derniers chiffres de l'immobilier : les mises en chantier sont en recul de -5,5%, à 1,277 million alors que le consensus visait 1,37 million, après 1,35 million en avril.

Les permis de construire ont également reculé, à 1,38 million en mai en rythme annuel aux Etats-Unis, après 1,44 million en avril (le consensus tablait sur une stabilité).
L'indice de la Fed de Philadelphie (ou 'Philly Fed') a reculé de 3 points pour s'établir à +1,3 ce mois-ci.
Le sous-indice des nouvelles commandes reste toujours négatif mais en amélioration, de -7,9 en mai à -2,2 en juin.

Celui de l'emploi s'améliore avec un rebond de -7,5 vers -2,5, tandis que le sous-indice des prix payés augmente de +4 points à 22,5.

D'après l'enquête, plus de 32% des entreprises interrogées déclarent s'attendre à une hausse de leur activité au cours des six mois à venir, 19% à un repli et 47% à une activité stable.

Les inscriptions aux allocations chômage sont en recul de -5.000 à 238.000 mais c'est un peu moins bon qu'anticipé, le consensus tablait sur -8.000 à 235.000.

Sur le marché obligataire, l'écart entre le rendement du Bund allemand à dix ans (2,44%) et celui de son équivalent français de même échéance (3,16%) se contracte ce jeudi de -3Pts vers +73Pts, ce qui demeure un 'plus haut' depuis la crise grecque début 2012.

L'euro (-0,2%) faiblit de nouveau pour revenir autour de 1,0720$, le pétrole progresse de +0,2%, avec un 'Brent' qui se hisse vers 85,4$ à Londres.

A noter que les données publiées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) montrent que les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis s'élevaient à 457,1 millions de barils lors de la semaine du 10 juin signalant un repli de 2,5 millions de barils par rapport à la semaine précédente.

Dans l'actualité des sociétés françaises, Bic (-12,2%) pâtit de la révision de ses perspectives de croissance du chiffre d'affaires pour l'année 2024, en raison d'un environnement macroéconomique difficile avec notamment 'une baisse modérée à élevée à un chiffre du marché des briquets aux États-Unis (en valeur)'.

Dassault Systèmes annonce que Mahindra & Mahindra, constructeur indien d'automobiles et d'engins agricoles, a opté pour sa plateforme 3DEXPERIENCE sur le cloud afin d'accélérer l'intégralité du processus de développement de ses nouveaux produits.

Technip Energies annonce avoir remporté un contrat 'significatif' (entre 50 et 250 millions d'euros de chiffre d'affaires selon sa terminologie) auprès d'Indian Oil Corporation Limited (IOCL), qui sera comptabilisé dans les prises de commandes du deuxième trimestre 2024.

Le groupe Canal+, filiale de Vivendi, a annoncé jeudi avoir porté à 36,8% sa participation au sein du service de streaming asiatique Viu, conformément à l'accord conclu avec le hong-kongais PCCW l'an dernier.

Copyright (c) 2024 CercleFinance.com. Tous droits réservés.