Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris connaît un début de séance calme mercredi, patientant avant de pouvoir prendre connaissance des derniers chiffres de l'inflation en zone euro de novembre, et de données sur l'évolution des prix aux Etats-Unis en octobre.

L'indice vedette CAC40 grappillait 0,36% soit 27,41 points à 7241,41 points vers 10H00. Mardi, la cote parisienne a cédé 0,21%, entraînée par le secteur du luxe, tandis que Wall Street a enregistré de modestes gains.

L'événement le plus attendu de la semaine est la publication de l'indicateur d'inflation préféré de la banque centrale américaine (Fed), l'indice PCE, qui sera dévoilé jeudi et portera sur le mois d'octobre, une donnée essentielle pour conforter ou non l'idée du marché selon laquelle le cycle de hausse des taux d'intérêt de la Fed est terminé.

Mardi, les marchés ont bien accueilli les déclarations d'un gouverneur de la Fed, Christopher Waller, qui a déclaré être de plus en plus convaincu que la politique monétaire menée par la Fed était bien orientée pour ramener l'inflation américaine autour de l'objectif de 2%.

"La traduction du marché a été que la poursuite de la pause était certaine en décembre et que davantage de baisses des taux directeurs se profilaient pour 2024", commente Sebastian Paris Horvitz, directeur de la recherche de La Banque Postale AM, qui remarque que "ceci entraîne les taux vers le bas".

Le taux d'intérêt de l'emprunt de l'Etat français à dix ans s'établissait à 3%, contre 3,06% à la clôture de mardi.

En revanche, les investisseurs ont laissé de côté les déclarations d'une autre gouverneure de la Fed, Michelle Bowman, qui a estimé qu'il serait sans doute nécessaire de relever encore les taux pour ramener l'inflation dans les clous aux Etats-Unis.

"Les opérateurs de marché semblent avoir basculé sans nuance vers un scénario de baisse rapide des taux et de convergence tout aussi rapide de l'inflation vers 2%", complète Sebastian Paris Horvitz.

En Europe commence un ballet de publications des chiffres d'inflation de novembre, avec l'Allemagne et l'Espagne mercredi, avant la France, l'Italie, le Portugal et la zone euro jeudi.

"L'inflation devrait continuer de reculer sur le mois, aidée par la baisse des prix énergétiques et des tensions moins fortes dans les prix alimentaires", anticipe Christian Parisot pour le courtier Aurel BGC. "Mais, l'élément le plus important est au niveau du comportement de l'inflation dans les services", ajoute-t-il.

Kretinsky ne bouge pas sur Casino

D'éventuelles cessions de super et hypermarchés par le groupe Casino "n'affecteraient en rien notre volonté" d'en prendre le contrôle, a déclaré mardi à l'AFP un porte-parole du groupe EP du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky en France.

"Nous comprenons la décision de Casino d'examiner les offres d'acteurs crédibles pour l'acquisition d'un certain nombre d'hypermarchés et de supermarchés", a ajouté ce porte-parole.

Le titre du distributeur valait 65 centimes (+1,72%) vers 10H00.

Trigano roule vers de beaux horizons

Les véhicules de loisirs ont permis au fabricant français Trigano de dégager un nouveau bénéfice net record, malgré des difficultés d'approvisionnement et l'inflation de ses coûts de production. Son action progressait de 1,97% à 144,60 euros.

afp/jh