Paris (awp/afp) - La Bourse de Paris a ouvert stable (-0,04%) vendredi, les investisseurs maintenant un statu quo le temps de digérer quelques indicateurs et en attendant des publications aux États-Unis.

Vers 9H45, l'indice vedette CAC 40 était à l'équilibre (+0,05%), grappillant 2,79 points à 7.275,00 points. Jeudi, il avait progressé de 0,24% à 7.277,93 points. Depuis lundi et à ce stade de la séance, le CAC 40 a avancé de 0,65%.

Vendredi, les investisseurs attendent notamment "la publication des PMIs américains qui pourraient signaler une nouvelle décélération économique à même de rassurer la banque centrale américaine" (Fed), estime John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.

Du côté des indicateurs, en France, les créations d'entreprises ont reculé de 1,4% en octobre sur un mois, essentiellement du fait d'une nouvelle baisse des immatriculations de micro-entrepreneurs, indique vendredi l'Insee.

En Allemagne, le pays a bien enregistré une chute de 0,1% de son PIB au troisième trimestre 2023, selon des chiffres officiels confirmés vendredi, la crise énergétique pesant sur le secteur manufacturier, notamment dans l'automobile.

De plus, la première puissance économique européenne se prépare à suspendre pour la quatrième année consécutive sa règle de stricte limitation du déficit public pour tenter de résoudre une grave crise budgétaire et politique nationale, suite à un rappel à l'ordre des juges constitutionnels.

La nouvelle, tombée la veille, "a fait chuter les taux obligataires allemands", a observé Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

En Allemagne, l'indicateur IFO du climat des affaires pour le mois de novembre figure aussi à l'agenda de vendredi.

Enfin, les évolutions géopolitiques au Moyen-Orient seront scrutées par les investisseurs.

La trêve entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza est entrée en vigueur vendredi matin, et doit être suivie par la libération de 13 otages dans l'après-midi, premiers signes de répit après des semaines de guerre.

Le luxe en baisse

En Chine, les investisseurs s'inquiétaient de nouveau des conséquences du ralentissement économique chinois sur les résultats futurs des grandes entreprises du pays. Les indices boursiers reculaient de 0,68% à Shanghai et de 1,96% à Hong Kong, ce qui pesait en France sur le cours des actions sensibles au marché chinois, avec le luxe en première ligne.

Hermès reculait ainsi de 0,67% à 1.946,60 euros, LVMH de 0,52% à 708,00 euros et Kering de 0,37% à 404,45 euros.

Saint-Gobain nomme son PDG

Benoît Bazin, actuel directeur général de Saint-Gobain (-0,36% à 57,65 euros), deviendra également en juin prochain le président du géant des matériaux de construction, qui a annoncé jeudi sa décision de réunir ces deux fonctions.

mgi/cdu/dlm