Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

DAX

(DAX)
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunautéHeatmapComposition 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesActualités des composants de l'indiceAnalyses Zonebourse

Les conglomérats, monuments en péril

04/04/2019 | 10:57
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Les conglomérats sont passés de mode depuis longtemps déjà. Et les derniers bastions, à quelques exceptions près, ne risquent pas de faire changer d'avis les investisseurs. Les actionnaires de General Electric en savent quelque chose. Qu'on se le dise au XXIème siècle, une société bien valorisée est une société qui se concentre sur un cœur de métier.

"Les conglomérats sont en déclin structurel", estime la banque Jefferies, qui leur a consacré une étude à partir des travaux de plusieurs de ses analystes. Une désaffection qui s'explique par plusieurs facteurs, mais avant tout par de piètres performances boursières. "Les investisseurs ont tendance à oublier les structures inefficaces, la gouvernance inadaptée et la mauvaise qualité des publications quand les performances de leurs investissements sont supérieures à la moyenne", poursuit Jefferies, "c'est la nature humaine". Les conglomérats modernes que sont les géants de la technologie sont peu ennuyés par leurs actionnaires grâce à leurs parcours boursiers exceptionnels… même si cette impunité est en train de disparaître.
 
Une définition empirique du conglomérat le définirait comme un groupe comprenant plusieurs activités qui n'ont pas ou peu de synergies opérationnelles entre elles. Leurs partisans estiment qu'ils permettent d'obtenir de meilleures conditions de financement, d'optimiser l'allocation de capital ou de réduire les risques (du fait de la diversification). Leurs détracteurs soulignent au contraire leur manque de transparence, des coûts de gestion élevés, le risque lié à des opérations de croissance externe incessantes et beaucoup d'autres éléments. Globalement, Jefferies est plutôt du côté des détracteurs : les inconvénients surpassent les avantages. Du moins actuellement.
 
Une sousperformance boursière
 
Pour jauger de l'intérêt purement boursier des conglomérats, la banque a retenu un panel représentatif de dix valeurs bien connues des deux côtés de l'Atlantique : AAB, Daimler, Danaher, General Electric, Honeywell, Philips, Siemens, ThyssenKrupp, United Technologies et Volkswagen. Sur 10 ans, sept ont fait moins bien que les indices, souvent avec de gros écarts. Danaher et United Technologies sont les exceptions, puisque leurs parcours boursiers sont exceptionnels. Cela n'a pas empêché le second nommé d'annoncer sa scission en trois entités (retrouvez ici un état des lieux d'UTI avant scission). Volkswagen est le troisième dossier en territoire positif, mais il présente un profil atypique : le titre a beaucoup progressé après la crise financière grâce à la simplification des liens capitalistiques avec Porsche, mais il a reperdu pas mal de terrain depuis 2012. Les travaux de Jefferies montrent que les piètres performances boursières des autres acteurs s'expliquent généralement par des trajectoires de bénéfice par action négatives ou chaotiques. En moyenne sur 10 ans (2009/2018), les 10 conglomérats ont gagné 46%, contre 120% au DAX, 151% au STOXX EUROPE 600 Industrie et 193% au S&P Industrial.
 

Zonebourse à partir des données Jefferies
 
Mais tout n'est peut-être pas perdu pour les conglomérats, puisqu'historiquement, ils ont à plusieurs reprises séduit puis fait fuir les investisseurs. "En prenant du recul et en adoptant une vision à très long terme, nous pensons qu'il est inévitable que les conglomérats reviennent à la mode C'est seulement le timing qu'il est difficile de prévoir", poursuit Jefferies. Le cocktail pour un retour en grâce pourrait se composer de perspectives de croissance organique très limitées, d'un accès facile au financement et de la possibilité d'utiliser l'informatique et l'intelligence artificielle pour réduire les coûts de gestion. Le jour où les planètes seront alignées, de nouveaux groupes fédérant plusieurs entreprises pourraient voir le jour, conclut la banque.
 
En France aussi
 
En France, plusieurs conglomérats ont été fabriqués et déconstruits au cours des quarante dernières années. On pense à Alcatel-Alsthom ou plus récemment au Vivendi époque Jean-Marie Messier. Il en existe toujours. Citons le cas de Bouygues, présent dans le BTP, la téléphonie et les médias, ou de Bolloré, dont les activités vont des infrastructures portuaires aux médias en passant par l'énergie et la mobilité. De Lagardère également, même après le recentrage sur l'édition et le duty-free. Coté performance boursière sur dix ans, Bolloré fait plutôt penser à Danaher. Mais Bouygues et Lagardère sont plutôt à ranger dans la catégorie des conglomérats dont les actionnaires peuvent nourrir des regrets. 
 

© Zonebourse.com 2019
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BOLLORÉ SE -0.20%5.04 Cours en temps réel.49.32%
BOUYGUES -0.69%34.42 Cours en temps réel.3.03%
DAIMLER AG -0.93%82.4 Cours en différé.43.80%
DAX -0.39%15696.16 Cours en différé.14.86%
E.ON SE 0.97%11.028 Cours en différé.20.54%
GENERAL ELECTRIC COMPANY 2.03%107.44 Cours en différé.24.35%
LAGARDÈRE S.A. 0.18%22.7 Cours en temps réel.10.64%
PORSCHE AUTOMOBIL HOLDING SE -1.22%92.72 Cours en différé.66.31%
RAYTHEON TECHNOLOGIES CORPORATION -2.34%89.16 Cours en différé.27.67%
SIEMENS AG 0.42%141.92 Cours en différé.20.29%
THYSSENKRUPP AG -2.07%8.886 Cours en différé.11.64%
VOLKSWAGEN AG -1.07%204.1 Cours en différé.35.22%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur DAX
11:26Deutsche Bank se voit en bon chemin pour atteindre ses objectifs d'ici 2022
AW
08:46Principales informations avant-Bourse
AW
26/10Les actions européennes progressent dans un contexte de gains de bénéfices et de hausse..
MT
26/10EUROPE : Des bénéfices optimistes poussent les actions européennes à des sommets de sept s..
ZR
26/10TRACKINSIGHT : Les actions allemandes et européennes imitent l'élan de Wall Street ce lund..
TI
26/10La Bourse s'apprête à réaliser de petits gains ; les données et les résultats technolog..
MT
26/10Les actions signalent une ouverture plus forte alors que les Futures américains progres..
MT
26/10Les actions européennes montent après les records à Wall Street
RE
26/10Dow Jones Industrial Average : Les actions portées par les records de Wall Street et pa..
RE
25/10Les actions européennes terminent généralement en hausse, les investisseurs surveillant..
MT
Plus d'actualités
Actualités des composants de l'indice DAX
11:46BASF SE : Deutsche Bank favorable sur le dossier
ZD
11:40BASF SE : Bernstein toujours à l'achat
ZD
11:36BASF SE : JP Morgan est neutre
ZD
11:35BASF SE : Morgan Stanley maintient sa recommandation neutre
ZD
11:35PUMA SE : Deutsche Bank réitère son opinion positive sur le titre
ZD
11:30Puma relève ses perspectives de ventes malgré les difficultés d'approvisionnement
ZR
11:26Deutsche Bank se voit en bon chemin pour atteindre ses objectifs d'ici 2022
AW
Plus d'actualités
Graphique DAX
Durée : Période :
DAX : Graphique analyse technique DAX | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique DAX
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreNeutreHaussière
Palmarès DAX
PUMA SE105.925 Cours estimé en temps réel.3.34%
SYMRISE AG119.825 Cours estimé en temps réel.1.37%
QIAGEN N.V.54.94 Cours en différé.1.27%
FRESENIUS SE & CO. KGAA40.163 Cours estimé en temps réel.1.14%
E.ON SE11.031 Cours estimé en temps réel.0.96%
INFINEON TECHNOLOGIES AG38.683 Cours estimé en temps réel.-1.44%
DELIVERY HERO SE112.6 Cours estimé en temps réel.-1.44%
SARTORIUS AG552 Cours estimé en temps réel.-2.13%
DEUTSCHE WOHNEN SE49.29 Cours estimé en temps réel.-4.37%
DEUTSCHE BANK AG11.261 Cours estimé en temps réel.-5.39%
Heatmap :