Il ne fallait pas rater le dernier quart d'heure de cette ultime séance du mois de novembre, avec une envolée en ligne de +0,5% des 3 principaux indices.

Ce mois de novembre s'achève de la meilleure façon envisageable alors qu'il s'imposait déjà comme le meilleur et le plus parfait des 43 dernières années pour le S&P500 (+0,37% et qui a signé sa 18ème séance de hausse sur 23) qui engrange pratiquement +10% sur le mois calendaire.
Il devance le Dow Jones (dopé par Salesforce avec +9,4%) qui gagne +1,4% ce 30/11, ce qui porte son gain à +9%, sa meilleure performance depuis octobre 2022.
Mais ces 2 indices restent loin derrière le Nasdaq et le Nasdaq-100 (qui a renoué avec les 16.000) avec +11%, malgré son repli de -0,4% ce soir.

A l'image du mois écoulé, les 3 secteurs qui ont sous-performé ce jeudi sont l'énergie, biens de consommation, services aux collectivité... et une fois n'est pas coutume, les 'technos' et les producteurs de véhicules électriques: Lucid -3,2%, Nvidia -2,9%, AMD -2,2%, Alphabet -1,8%, Tesla -1,7%, Meta -1,5%... et Ford lâchait -3,2%.
Les hausse de Workday +2,7% Autodesk et Palo-Alto +2,1%, Regeneron et Gilead +1,9% n'ont pas suffi à le maintenir à flot.

Après quelques hésitations Wall Street s'est accommodé des chiffres d'inflation dont on a bien senti lors de leur publication que les investisseurs espéraient une 'grosse bonne surprise', et ce fut juste une 'bonne surprise... comme attendu.

Le Département américain du Commerce a annoncé l'indice 'PCE', très surveillé par la Réserve fédérale, avait décéléré de -0,2% à 3,5% en octobre sur un an, après une augmentation de 3,7% en septembre... mais l'indice 'core PCE' ressort en hausse de +0,2% en séquentiel, les prix des 'services' ne se contractant pas le mois dernier.

Par ailleurs, les revenus et dépenses de ménages américains progressaient conjointement de +0,2% en octobre, un mois marqué par un ralentissement de la consommation sur la 2ème quinzaine.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ressortent en hausse de +7.000 à 218.000.
Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans se dégrade un peu avec une hausse de +7Pt vers 4,338% après avoir testé à 4,24700% un nouveau plus bas depuis le mois de septembre.

Du côté des changes, le dollar repart résolument de l'avant (+0,75% face à l'Euro qui recule vers 1,0885), alors que certains traders tablent désormais sur première baisse de taux de la part de la BCE, avant la Fed.

Copyright (c) 2023 CercleFinance.com. Tous droits réservés.