Wall Street veut croire que le 'NFP' relancera le rallye de fin d'année alors que les indices US s'apprêtent à boucler une sixième semaine de hausse (il manque environ +0,3% au Dow Jones qui est resté à la traine ce jeudi avec +0,17%, malgré une envolée des 'technos' de +1,5%).

Le S&P500 (+0,8%) inscrit sa troisième meilleure clôture de l'année à 4.585, et le Nasdaq-100 bondit de +1,5% vers 16.022, égalant sa meilleure clôture annuelle du 20 novembre, porté par une nouvelle flambée du 'SOX' qui bondit de +2,8% dans le sillage d'AMD +9,9%.

Les indices US ont accru leurs gains après la publication des inscriptions au chômage, qui ont augmenté de 1.000 à 220.000 sur la dernière semaine de novembre, alors qu'il se produit d'ordinaire des débauchages dans la distribution après le weekend de Thanksgiving.

Net recul en revanche des inscriptions 'durables' (-64.000 à 1,86 million), preuve que les recrutements ont été nombreux le mois dernier... un indicateur intéressant à la veille de la publication du 'NFP'. Rappel : le cabinet ADP n'avait publié la veille que 103.000 créations d'emploi dans le secteur privé en novembre.

A noter que le pétrole a inscrit un nouveau plancher de six mois à 73,60$ à Londres, idem pour le WTI, au plus bas à 69$ pour la première fois depuis fin juin.

Malgré cette baisse du prix de l'énergie qui 'va dans le bon sens' en matière d'inflation, les T-Bonds se dégradent de trois points de base vers 4,15%, le '30 ans' finit quasi-inchangé à 4,25% et le '2 ans', lui aussi très suivi, stagne vers 4,60%.

Les marchés 'actions' et 'taux' ont basculé dans une douce euphorie ces dernière semaines en tenant comme certain l'avènement d'un scénario 'goldilocks' ces prochains mois (une économie ni trop chaude, ni trop froide), ignorant totalement les avertissements de la Fed... de pure forme selon les acheteurs.

Copyright (c) 2023 CercleFinance.com. Tous droits réservés.