La Bourse de New York devrait ouvrir sans grand changement lundi dans les premiers échanges après les nouveaux plus hauts inscrits vendredi dernier par le S&P 500 et le Nasdaq.

Une demi-heure avant l'ouverture, les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais sont stables, voire cèdent autour de 0,2%, annonçant un début de séance autour de l'équilibre.

Le S&P 500 et le Nasdaq avaient pris respectivement 1,6% et 3,3% la semaine passée, soit une septième semaine de progression sur huit, ce qui leur a permis d'inscrire de nouveaux records historiques.

Mais Wall Street peut bien enchaîner records sur records, les investisseurs ne sont peut-être pas aussi confiants qu'il n'y paraît, et ce même si l'indice VIX évolue à des niveaux planchers.

'On peut tout de même s'étonner de l'incroyable résilience des marchés d'actions américains', fait valoir Alexandre Baradez, responsable de l'analyse marchés chez IG France.

'Il faut tout de même se rappeler que lors de la crise de la dette en zone euro, le S&P 500 avait abandonné près de 20% entre mai et août 2011, avant de se reprendre', souligne-t-il, y voyant peut-être le signe d'un regain de volatilité à venir.

D'autres facteurs potentiels de perturbation pour les marchés restent en outre présents, comme la persistance de l'inflation qui commence à peser sur le moral des ménages et compromet les baisses de taux de la Fed.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans repart timidement à la hausse à 4,27% après avoir atteint la semaine passée des plus bas de presque trois mois.

Les cours du pétrole se redressent eux aussi à la baisse à l'approche du troisième trimestre, qui se traduit généralement par une augmentation de la demande avec la saison des départs en vacances.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,4% à plus de 78,7 dollars.

Copyright (c) 2024 CercleFinance.com. Tous droits réservés.