Rio de Janeiro (awp/afp) - Le taux de chômage a reculé une nouvelle fois au Brésil, tombant à 7,6% sur la période allant d'août à octobre, au plus bas depuis février 2015, selon les chiffres publiés jeudi par l'institut de statistiques IBGE.

Il s'agit de la septième baisse consécutive de ce taux, calculé en trimestres glissants, qui s'élevait à 7,7% sur la période juillet-septembre.

Au total, l'IBGE estime que 8,3 millions de personnes étaient à la recherche d'un emploi dans la première économie d'Amérique latine sur la période août-octobre, soit 763.000 de moins qu'il y a un an (-8,5%).

Et la population employée s'élève à 100,2 millions de personnes dans ce pays de 203 millions d'habitants, un record, le seuil des 100 millions étant dépassé pour la première fois depuis que cette statistique a commencé à être compilée, en 2012.

La rémunération moyenne des travailleurs a augmenté de 3,9% en un an, à 2.999 réais (environ 558 euros) mensuels.

"Cela montre qu'il y a eu une améliorations quantitative, avec une augmentation de la population employée, et qualitative, avec une augmentation des revenus moyens", a résumé Adriana Beringuy, coordinatrice de l'IBGE, citée dans un communiqué.

Mais la part du secteur informel demeure élevée: 39,1% de la population active y travaille, soit 39,2 millions de personnes.

La semaine dernière, le président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva a opposé son veto à une loi qui prolongeait l'exonération d'impôt sur les salaires dont bénéficiaient 17 secteurs de l'économie.

Ce veto a suscité de nombreuses critiques de la part de représentants de ces secteurs, qui comprennent notamment l'industrie textile, la construction civile ou les technologies de l'information, selon qui le retour de cet impôt pourrait affecter la création d'emplois.

"Nous ne pouvons pas octroyer d'exonération d'impôt sans donner de contrepartie aux travailleurs, et la loi ne prévoit pas un réal de plus dans leur salaire", a argumenté Lula face à la presse mercredi, en marge d'une visite officielle à Ryad, en Arabie saoudite.

afp/fr