Paris (awp/afp) - Les Bourses européennes rebondissent un peu lundi, après une semaine où elles ont été déstabilisées par les incertitudes politiques, notamment en France, tandis que Wall Street continuait d'afficher sa solidité.

Paris gagnait 0,74% vers 13H35 GMT, Francfort 0,43% et Milan 0,74%. Londres cédait 0,02%. A Zurich, le SMI reculait de 0,45%.

Mais ces performances sont loin de panser les plaies de la semaine passée: Paris a chuté de 6,23%, pire performance depuis mars 2022, à la suite de l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale et de la possibilité d'un changement au pouvoir. Milan (-5,76%) et Francfort (-2,99%) ont connu leur pire semaine de 2024, et Londres a aussi cédé 1,19%.

"L'incertitude des marchés" en Europe devrait durer "jusqu'au 7 juillet", date du deuxième tour des élections législatives en France, prévient Ray Attrill, de National Australia Bank.

Les signes de méfiance des investisseurs sur le continent se sont aussi vus sur l'euro qui est tombé vendredi à 1,0668 dollar, au plus bas depuis un mois et demi. Lundi, il reprenait 0,14% à 1,0718%.

Sur le marché obligataire, l'écart entre les rendements des emprunts à 10 ans français (3,19%) et allemand (2,42%), qui mesure la confiance des investisseurs, se réduisait un peu après avoir atteint leur plus haut niveau depuis 2011.

Outre-Atlantique, le Nasdaq, qui a atteint cinq records en clôture d'affilée la semaine dernière, évoluait à un niveau proche de l'équilibre dans les premiers échanges (-0,05%). Le S&P 500 cédait 0,08% et le Dow Jones 0,19%.

L'agenda des investisseurs est assez pauvre cette semaine, ce qui constitue un répit après plusieurs réunions de banques centrales et la publication des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis la semaine passée.

Sont attendus les ventes au détail aux États-Unis mardi, l'indice des prix à la consommation au Royaume-Uni mercredi, l'inflation au Japon et des indices d'activités du secteur privé en zone euro vendredi.

UBS veut une sortie de Greensill ___

La banque UBS (+2,08%) a offert une porte de sortie rapide aux investisseurs pour les fonds de Credit Suisse liés à la société britannique Greensill, en leur proposant une compensation entraînant une provision de 900 millions de dollars (840 millions d'euros) dans ses comptes du deuxième trimestre, selon une opération dévoilée lundi qui court jusqu'au 31 juillet.

Le pétrole en légère hausse ___

Les cours du pétrole montaient. Vers 13H25 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, valait 83,15 dollars (+0,64%). Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en juillet, progressait de 0,74% à 79,03 dollars.

Le bitcoin perdait 1,53% à 65.440 dollars.

afp/rp