Paris (awp/afp) - Les Bourses européennes remontaient mercredi en début d'après-midi après un début de semaine difficile, les investisseurs restant confiants dans leur scénario d'une baisse des taux de la Banque centrale américaine en septembre entre deux prises de parole du président de cette institution.

Les places financières en Europe progressaient après avoir été un peu dans le rouge dans les premiers échanges: Paris prenait 0,78%, Londres 0,63% et Francfort 0,67% vers 11H10 GMT.

L'indice continental Stoxx 600 sort de trois séances de baisse, celle de mardi (-0,9%) a été la plus marquée depuis près d'un mois.

En Asie, Tokyo (+0,61%) a conclu de nouveau sa journée sur un record, imitant les indices américains S&P 500 et Nasdaq, qui améliorent leurs sommets à chaque séance depuis une semaine. Ces deux indices américains sont encore attendus en légère hausse mercredi selon leur contrat à terme.

En Chine, Hong Kong a perdu 0,29%, Shanghai 0,68%.

La séance ne comporte pas d'indicateur majeur à l'agenda, comme depuis le début de la semaine. Les investisseurs écouteront à nouveau le président de la banque centrale américaine Jerome Powell, qui passe devant la deuxième chambre du Congrès américain.

Mardi, il a salué les "progrès" réalisés ces derniers mois à l'occasion d'une audition devant une commission du Sénat.

"Dans l'ensemble, le ton de M. Powell était assez équilibré, et il a réitéré le message de la Fed selon lequel elle avait besoin d'une +plus grande confiance+ dans le fait que l'inflation se rapprochait de l'objectif fixé", ont retenu les analystes de Deutsche Bank.

l'indicateur CPI de l'inflation pour juin aux États-Unis est attendu jeudi par les marchés, avec une baisse espérée de 3,3% sur un an en mai à 3,1%.

Sur le marché obligataire, les taux se repliaient nettement pour les Etats européens, effaçant le mouvement de la veille. Ils étaient aussi en baisse, mais plus modérée, aux Etats-Unis: le taux à 2 ans, le plus sensible à la politique monétaire, évoluant proche de ses plus bas niveau en trois mois.

Volkswagen ralentit

La marque de véhicules premium de Volskwagen, Audi, a annoncé mardi qu'elle envisageait de fermer son usine de voitures électriques de Bruxelles en raison d'une "baisse mondiale" de la demande pour ces véhicules haut de gamme. Elle envisage "l'arrêt anticipé de la production" de ses modèles SUV Q8 e-tron dans l'usine, qui emploie environ 3000 personnes.

La direction discute de "solutions pour le site" de Bruxelles ce qui "pourrait également inclure une cessation des activités si aucune alternative n'est trouvée", a ajouté Audi dans un communiqué.

Le groupe, dont le titre reculait de 0,89%, a aussi abaissé sa prévision de rentabilité opérationnelle pour l'année à 6,5-7%, contre 7-7,5% auparavant. Son résultat semestriel est attendu le 1er août.

Le restaurateur aéroportuaire SSP s'envole

SSP, exploitant britannique de points de vente de restauration et boissons dans les aéroports et les gares, s'envolait de près de 12% à la Bourse de Londres après avoir annoncé un chiffre d'affaires dopé pour son troisième trimestre décalé "par une demande croissante de voyages".

Le pétrole progresse

Les prix du brut baissaient un peu: vers 10H55 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord cédait 0,18% à 84,51 dollars et le baril de WTI américain 0,06% à 81,36 dollars.

L'euro avançait de 0,07% face au dollar, à 1,0821 dollar pour un euro.

Le bitcoin poursuivait son rebond et prenait 1,26% à 58'655 dollars.

afp/jh