New York(awp/afp) - La Bourse de New York a fait une pause jeudi dans son rebond du mois de novembre, concluant en modeste repli tout près de l'équilibre au cours d'une séance sans éclat plombée par le secteur énergétique.

L'indice Dow Jones a cédé 0,13% à 34.945,47 points, le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 0,07% à 14.113,67 points et le S&P 500 a avancé de 0,12% à 4.508,24 points.

La séance a été discrète jeudi après plusieurs jours au cours desquels les investisseurs avaient été très encouragés par les données économiques.

Le département du Travail a dévoilé des demandes hebdomadaires d'allocations d'emplois en plus forte hausse qu'attendu à 231.000 (+13.000), un sommet depuis 12 semaines.

"La leçon qu'il faut en tirer est que cela convient à la Réserve fédérale (Fed) dont le scénario préféré serait de voir une détente du marché de l'emploi", ce qui aide dans la lutte contre l'inflation, a indiqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

Du côté de l'inflation, une baisse des prix à l'importation en octobre aux Etats-Unis (-0,8%), menée par la chute des coûts de l'énergie, "est un élément encourageant supplémentaire sur le front de la hausse des prix", a estimé Matthew Martin, économiste pour Oxford Economics. C'est la première fois en trois mois que les prix à l'importation reculent.

Enfin, la production industrielle en octobre a ralenti plus que prévu (-0,6%) notamment à cause de l'impact des grandes grèves dans l'industrie automobile qui ont duré six semaines.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons à dix ans reculaient à 4,44% contre 4,53% la veille vers 21H10 GMT.

Une gouverneur de la Fed, Lisa Cook, a indiqué pour sa part jeudi qu'"un atterrissage en douceur est possible" pour l'économie américaine, "avec une désinflation qui continue et un marché du travail solide".

Du côté des valeurs, celles du secteur de l'énergie ont fini en mauvaise posture alors que les cours du brut ont plongé à un plus bas depuis début juillet face à des craintes sur la demande mondiale de pétrole.

Chevron a perdu 1,58%, ExxonMobil -1,15% et ConocoPhillips -2,64%.

Les actions de Walmart, le numéro un des hypermarchés aux Etats-Unis, se sont écroulées de 8,09% à 156,05 dollars. Il faut dire que l'action avait atteint son plus haut historique la veille dans l'attente de ses résultats.

Le géant de la distribution a affiché un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 5,2% sur un an à 160,8 milliards de dollars, plus que prévu.

Le groupe a relevé ses prévisions de bénéfice annuel par action mais pas autant que ne le prévoyaient les analystes qui ont sanctionné le titre.

Le géant chinois de la distribution en ligne Alibaba a chuté de 9,14% à 79,11 dollars. Le groupe a annoncé renoncer à son projet de scission de son activité dans le cloud (informatique à distance).

Alibaba justifie cette annonce par les restrictions américaines sur les puces informatiques.

La chaîne de grands magasins Macy's en revanche a été très recherchée (+5,67%) après des bénéfices trimestriels meilleurs qu'attendus même si les ventes sont en baisse de 7% sur un an.

Amazon (-0,26%) qui a annoncé qu'il allait vendre des voitures neuves sur sa plateforme en ligne en commençant par le Sud-Coréen Hyundai, a fait chuter les titres de ses concurrents dans le secteur. Le vendeur de voitures en ligne Carvana a cédé 5,21% et Carmax, le spécialiste de l'occasion, a lâché 5,55%.

Le groupe de systèmes de télécommunications Cisco a plongé de 9,83% à 48,04 dollars après que le groupe a révisé en baisse ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice annuels.

afp/rp