New York (awp/afp) - La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé peu après l'ouverture, jeudi, signe du contraste entre des valeurs technologiques toujours bien orientées et un marché plutôt en phase de consolidation dans son ensemble.

Vers 15H05 GMT, le Dow Jones s'effritait légèrement de 0,02%, l'indice Nasdaq prenait 0,67% et l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,41%.

"Un moteur bien connu est à l'oeuvre ce matin, à savoir la fermeté des capitalisations géantes", toutes issues du secteur technologique, a souligné, dans une note, Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Alphabet (+5,07%) continuait à surfer sur le lancement, mercredi, de la nouvelle plateforme d'intelligence artificielle (IA) de Google, Gemini, vu comme un concurrent sérieux à OpenAI. Un analyste de JPMorgan estime qu'il s'agit d'une "innovation significative".

La maison mère de Google était accompagnée par le fabricant de semi-conducteur AMD (+3,66%), qui se distinguait, au lendemain de la présentation de sa nouvelle puce MI300, positionnée comme un concurrent de Nvidia sur le marché de l'intelligence artificielle générative.

Amazon était également à la fête (+1,12%), de même qu'Apple (+1,07%), qui a de nouveau franchi, jeudi, le seuil symbolique des 3.000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Pour autant, "la léthargie de nombre d'autres actions limite la progression du marché", a relevé Patrick O'Hare.

"Les indices testent les plus hauts de l'année, mais hésitent", a commenté Karl Haeling, de LBBW. "Les investisseurs essayent de digérer les récents développements, car les taux ont énormément baissé."

Les taux obligataires évoluaient en ordre dispersé, jeudi. Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans remontait, à 4,14%, contre 4,10% la veille en clôture.

La place new-yorkaise n'a pas réagi à la publication du ministère du Travail, qui a fait état de 220.000 nouvelles inscriptions au chômage la semaine dernière, un chiffre conforme aux attentes.

Wall Street a déjà le regard tourné vers le rapport mensuel sur l'emploi américain, attendu vendredi.

"Jusqu'ici, les actions ont monté lorsque les données macroéconomiques montraient un ralentissement", rappelle Karl Haeling, "parce que cela fait descendre les rendements obligataires et renforce l'espoir de voir la Fed (banque centrale américaine) abaisser ses taux."

"Mais le marché doit maintenant se poser la question de savoir si un affaiblissement trop marqué de l'économie n'est pas une mauvaise nouvelle en soi", développe l'analyste, "parce que cela signifierait un atterrissage forcé et pas en douceur."

A la cote, en contrepoint d'Alphabet, le grand partenaire d'OpenAI, Microsoft, reculait (-0,36%), alors que le géant de Redmond (Etat du Washington), tient jeudi sa journée destinée aux investisseurs.

La compagnie aérienne JetBlue était recherchée (+12,92%), après avoir relevé ses prévisions pour le quatrième trimestre et l'ensemble de son exercice 2023. Le groupe new-yorkais a enregistré des réservations plus élevées que prévu et profite également du reflux des cours du kérozène.

L'éditeur de logiciels d'intelligence artificielle destinés aux entreprises C3.ai pâlissait (-10,22%). Le groupe a publié un chiffre d'affaires trimestriel moins bon qu'attendu mercredi après Bourse et ses projections pour la période en cours ont déçu.

Nike se repliait (-0,65%), alors qu'un média américain rapporte que l'équipementier sportif pourrait mettre un terme à son partenariat avec le golfeur Tiger Woods, après près de trois décennies de sponsoring.

tu/eb