Zurich (awp) - ABB entre dans un nouveau cycle, au cours duquel la croissance promet de s'accélérer. La demande s'avère solide pour les solutions d'électrification, et les besoins d'automatisation soutiennent également l'activité. La rentabilité devrait également pouvoir être améliorée.

"ABB est plus solide que jamais, et ce n'est qu'un début", a déclaré le directeur général (CEO) Björn Rosengren, en marge d'une journée des investisseurs à Frosinone, au sud de Rome. "Dans la mesure où la phase de transformation est désormais terminée, c'est le bon moment pour accélérer la croissance".

D'après ses nouveaux objectifs, le géant zurichois de l'automation et de l'électrotechnique cible une croissance annuelle moyenne de 6 à 9%, à la fois de manière organique et avec des acquisitions. Sur une base comparable, cela correspond à une progression entre 5 et 7%, à comparer à la cible de 3-5% visée précédemment.

La croissance externe devrait se situer entre 1 et 2%. ABB veut poursuivre les acquisitions, à un rythme de cinq à dix petits rachats par année. La condition, qui devrait être remplie, est que 70% des environ 20 divisions d'ABB s'inscrivent en croissance.

La confiance du directeur est étayée par la demande de solution d'électrification, qui est "plus forte que jamais". Les solutions d'automatisation sont quant à elles fortement sollicitées en raison du manque de main d'oeuvre et du coût de cette dernière.

Du côté de la rentabilité, la marge opérationnelle Ebita est désormais attendue entre 16 et 19%, contre "au moins 15%" auparavant.

L'objectif de rendement des capitaux investis (RoCE) est fixé à au moins 18%, alors qu'ABB tablait auparavant sur une fourchette entre 15 et 20%. Le bénéfice par action devrait croître à un rythme soutenu, proche de 10% sans toutefois atteindre ce seuil, selon la multinationale.

Chouchouter les actionnaires

Le groupe veut continuer à verser un dividende en hausse et "durable", précise le communiqué. Les liquidités excédentaires seront destinées à d'éventuels programmes de rachat d'actions.

Le directeur financier Timo Ihamuotila a confirmé les prévisions de flux de trésorerie d'environ 3 milliards de dollars "voire plus" pour l'année en cours. Une progression depuis ce niveau est attendue à l'avenir.

La communauté d'analystes a salué des objectifs dans la continuité de la stratégie suivie depuis trois ans par ABB. Néanmoins, quelques voix ont exprimé une déception quant aux objectifs de croissance anorganique, ciblée entre 1 et 2%, car le bilan amélioré et la conversion des flux de liquidités auraient permis d'effectuer des acquisitions plus ambitieuses.

A la Bourse suisse, la nominative ABB s'est enrobée de 1,8% à 34,71 francs suisses, dans un SMI en hausse 0,48%.

fr/vj/ol