Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

PÉTROLE WTI (WTI)

SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesAnalyses Zonebourse

Hypervolatil après la décision de l'Opep+, le pétrole repart de l'avant

02/12/2021 | 22:03
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

New York (awp/afp) - Les cours du brut ont eu droit à un tour de montagnes russes jeudi: en hausse en amont de la réunion de l'Opep+, ils ont fortement chuté à l'annonce d'une augmentation de la production en janvier par le cartel avant de revenir dans le vert.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a gagné 1,16% à 69,67 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de janvier a avancé de 1,41% à 66,50 dollars.

Les cours ont glissé de 16% à 20% en dessous de leur récent sommet du 9 novembre, autour de 84 dollars le baril, avec l'apparition du variant Omicron et l'annonce de la Maison Blanche d'un prélèvement sur les réserves stratégiques.

Le temps fort de la journée a incontestablement été jeudi le sommet des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés via l'accord Opep+.

Le groupe de producteurs emmené par l'Arabie saoudite et la Russie a décidé d'augmenter en janvier sa cible d'offre conjointe de 400.000 barils par jour, comme il le fait chaque mois depuis juillet 2021.

Les investisseurs s'attendaient au contraire à un gel des augmentations du fait de la détection du nouveau variant du Covid-19, menace pour la demande d'or noir.

Dans un marché très volatil depuis la fin de la semaine dernière, les cours ont donc temporairement plongé de près de 5%.

Les deux contrats de référence de part et d'autre de l'Atlantique ont alors touché respectivement 65,72 dollars et 62,43 dollars, des plus bas depuis le 23 août, alors qu'ils gagnaient près de 3% en début de journée.

"Le marché est extrêmement volatil. Il essaye de trouver un équilibre avec très peu d'informations car il y a beaucoup d'incertitudes quant à l'impact du variant sur la demande", a indiqué Andrew Lebow, de Commodity Research Group.

Il estime que, même si certains analystes misaient sur une pause de l'Opep+ dans l'augmentation de sa production, le marché avait anticipé dans l'ensemble que le groupe des pays producteurs maintiendrait le cap d'une hausse de 400.000 b/j au moins en janvier.

"Il y a eu un mouvement de +vendre sur la rumeur-acheter sur la nouvelle", a poursuivi le spécialiste, expliquant que les cours du brut avaient chuté considérablement depuis trois semaines.

Avant le sommet, "je n'ai jamais entendu les ministres de l'Arabie saoudite et de la Russie, qui ont une influence surdimensionnée au sein du groupe à cause du volume de leur production, indiquer qu'ils n'allaient pas accroître la production". "Si vous écoutez ce qu'ils disent, c'est ce qui va se passer", a résumé l'analyste.

Il estime, en termes politiques, que l'Arabie Saoudite a pu écouter les appels de l'administration Biden "à au moins ne pas réduire la production". "Je suis sûr qu'ils avaient beaucoup de pression et c'est probablement un bon geste politique de leur part", a souligné M. Lebow.

Pour Benjamin Louvet, analyste chez OFI AM, "malgré les hausses de production de l'organisation déjà actées pour les mois passés, les pays producteurs peinent à faire repartir leurs volumes d'extraction".

"On pourrait donc au final constater dans les semaines à venir que même si le seuil de production a été relevé, il n'est pas en réalité atteint par les pays producteurs", reprend-il auprès de l'AFP.

A moyen terme, les spécialistes de JPMorgan Commodities, qui publiaient leurs perspectives jeudi lors d'une conférence téléphonique, prévoyaient que la demande mondiale de pétrole dépasserait celle de 2019 en mars prochain et que le prix moyen du pétrole atteindrait 88 dollars le baril en 2022 et 83 dollars en 2023.

JPMorgan Commodities n'envisageait par ailleurs qu'avec "une très faible probabilité un accord avec l'Iran en 2022", alors que des discussions se tiennent à Vienne.

L'Iran a fait deux propositions sur une levée des sanctions au troisième jour des discussions pour un accord sur son programme nucléaire.

De leur côté, les Etats-Unis ne sont pas très optimistes, mais "il n'est pas trop tard" pour parvenir à un accord, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
LONDON BRENT OIL 1.93%89.68 Cours en différé.11.88%
WTI 2.08%87.03 Cours en différé.11.70%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur WTI
16:13Wall Street et les Bourses européennes se relancent avant la Fed
AW
16:10Les prévisions de croissance de Microsoft en matière d'informatique dématérialisée sont..
ZR
15:18Énergie
MT
15:00Le PDG et président du conseil d'administration de Magellan Midstream Partners, Michael..
MT
13:56Hess réalise un bénéfice au quatrième trimestre grâce à une hausse du chiffre d'affaire..
MT
13:44L'unité American Robotics d'Ondas Holdings reçoit une commande de drones automatisés de..
MT
13:32Le dollar américain est mitigé en début de journée mercredi avant la conclusion de la r..
MT
13:20Les Bourses rebondissent avant le verdict de la Fed
AW
12:57Les prix du pétrole remontent, le marché pourrait voir des prix du pétrole supérieurs à..
MT
12:40Les bourses européennes se reprennent en milieu de journée avant l'annonce de la Réserv..
MT
Plus d'actualités
Graphique WTI
Durée : Période :
WTI : Graphique analyse technique WTI | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique WTI
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreHaussière