La croissance de l'offre mondiale de pétrole va probablement ralentir cette année, a déclaré Rystad Energy dans un rapport publié lundi, avec une forte probabilité d'une nouvelle diminution en 2025.

Le cabinet de conseil a cité la récente extension des réductions volontaires par l'OPEP+, ainsi que les prévisions de demande inchangées du groupe pour expliquer ces perspectives.

La croissance totale attendue de l'offre de pétrole est désormais plus proche de 80 000 barils par jour (bpj) pour 2024, contre 900 000 bpj au début du mois, estime Rystad.

CONTEXTE

L'OPEP+ a accepté de prolonger les réductions de 3,66 millions de bpj d'un an jusqu'à la fin de 2025 et de prolonger les réductions de 2,2 millions de bpj de trois mois jusqu'à la fin du mois de septembre.

Le groupe supprimera progressivement les réductions de 2,2 millions de bpj sur une période d'un an, d'octobre à septembre 2025.

POURQUOI C'EST IMPORTANT

La croissance totale de l'offre mondiale de pétrole est proche de zéro pour cette année avec les dernières prévisions de l'OPEP+, a déclaré M. Rystad, ajoutant que si cela se matérialise, 2024 sera la première année depuis 2020, année de la pandémie, sans croissance de l'offre de pétrole.

Si l'on tient compte de tous les pays qui ont étendu leurs réductions volontaires, la quantité totale de pétrole retirée du marché mondial atteint 830 000 bpj en 2024 et 1,04 million de bpj en 2025, selon le rapport.

"Le schiste américain reste une source de croissance fiable, bien qu'il soit moins élastique aux variations de prix et plus consolidé après des séries continues de fusions et d'acquisitions. Cela réduit le potentiel de hausse à court terme pour une surprise dans la croissance américaine", selon le rapport.

CITATIONS CLÉS

"Le marché a d'abord réagi négativement aux dernières orientations de l'OPEP+. Cependant, il est difficile de rester complètement baissier alors que la croissance de l'offre mondiale de pétrole devrait ralentir en 2024 et qu'une réduction de la production est toujours possible en 2025", a déclaré Patricio Valdivieso, vice-président et responsable mondial de l'analyse du négoce du brut chez Rystad Energy.

RÉACTION DU MARCHÉ

Les contrats à terme sur le pétrole Brent, référence mondiale, ont gagné 7,7 % depuis le début de l'année, selon les données de LSEG. Les contrats à terme sur le pétrole brut West Texas Intermediate des États-Unis ont grimpé de 11,5 %.