Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Matières premières  >  WTI       

PÉTROLE WTI (WTI)

SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesAnalyses Zonebourse

Les Bourses mondiales mises sous pression par le marché obligataire

06/03/2021 | 00:21
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1

Ajoute clôture de Wall Street et actualisation des cours

PARIS (awp/afp) - Wall Street s'est nettement redressée vendredi après la clôture en territoire négatif des Bourses européennes, déstabilisées par une nouvelle agitation sur le marché obligataire à la suite d'un rapport sur l'emploi américain bien meilleur que prévu.

L'Europe a fini dans le rouge: Francfort a cédé 0,97%, Paris 0,82%, Londres 0,31% et Milan 0,55%.

Peu après la clôture européenne, Wall Street s'est nettement redressée: le Dow Jones a grimpé de 1,85%, le Nasdaq de 1,55% et le S&P de 1,95%.

Juste avant l'ouverture de Wall Street, les taux obligataires américains ont décollé, le rendement à 10 ans atteignant son plus haut niveau de l'année à 1,62% avant de ralentir, alors que le rapport mensuel américain sur l'emploi a favorablement surpris.

"Les investisseurs sont désormais confrontés à deux grandes questions: jusqu'où les rendements peuvent-ils augmenter ? A quel niveau cela impactera-t-il les marchés actions ?", écrit Esty Dwek, responsable des stratégies de marché de Natixis Investment Managers Solutions.

La semaine avait pourtant bien commencé grâce à une détente du marché obligataire. Mais dès mercredi, la hausse des taux est repartie de plus belle, s'accélérant même en fin de semaine, ravivée par des déclarations jugées décevantes du président de la Banque centrale américaine.

"Ses déclarations vagues ont déstabilisé les investisseurs", estime Timo Emden, analyste indépendant chez Emden Research.

Jerome Powell s'est montré placide face à la montée des taux et a balayé les craintes d'une trop forte hausse des prix à venir.

L'incertitude entourant la politique monétaire s'est accrue: "les investisseurs craignent qu'une reprise économique forte n'incite la banque centrale américaine à augmenter ses taux plus rapidement que prévu", explique Laurent Le Grin, directeur général de DPAM France, interrogé par l'AFP.

Une crainte corroborée par une économie américaine qui semble rebondir fortement avec 379.000 nouveaux emplois créés en février, soit trois fois plus qu'en janvier.

A la clôture, le rendement des bons du Trésor américains à dix ans s'est stabilisé à 1,56%, son niveau de clôture de la veille. Les taux d'emprunts souverains européens ont peu évolué.

Pour Peter Cardillo de Spartan Capital Securities, "si les rendements obligataires devaient se stabiliser là où ils sont, on peut dire sans risque que le marché a fini de reculer".

Pour l'heure, soulignent les experts, il n'y a pas encore de quoi être alarmiste vu l'inflation à 1,5% outre-Atlantique en janvier, des taux d'intérêt qui restent nonobstant à des niveaux historiquement bas.

Compte tenu de la remontée des taux, les secteurs cycliques tels que les financières, l'énergie et les matériaux continuaient d'être privilégiés au détriment des valeurs technologiques.

Pression sur les techs

Les valeurs de la tech étaient sous pression dans le sillage du plongeon jeudi de l'indice Nasdaq à forte coloration technologique. STMicroelectonics a perdu 2,84% à 28,42 euros, Worldline 0,39% à 70,76 euros et Soitec 0,88% à 157,80 euros.

L'énergie fait le plein

Comme la veille, le secteur profitait des cours de l'or noir. Poids lourd de l'indice CAC 40, Total a gagné 1,02% à 40,98 euros.

En Allemagne, le gouvernement a conclu un accord d'indemnisation à hauteur de 2,4 milliards d'euros avec les groupes énergétiques, dont RWE (+1,75% à 31,44 euros) et EON (+0,67% à 8,44 euros), lésés par la sortie de l'énergie nucléaire, décidée en 2011 par la chancelière Angela Merkel après la catastrophe de Fukushima.

Londres souffre

Le groupe boursier London Stock Exchange (LSE) a dévissé de 14,4% à 8.124 pence après avoir pourtant publié des résultats en hausse pour 2020 et annoncé une hausse de son dividende.

Du côté du pétrole, des devises et du bitcoin

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a pris 3,90% à Londres par rapport à la clôture de jeudi, à 69,36 dollars. Dans le même temps, le baril américain de WTI pour avril gagnait 3,50% à 66,09 dollars.

La décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés de l'Opep+ de n'augmenter leur production que de manière marginale avait fait bondir les cours de près de 5% la veille.

Le dollar est monté à une plus haut en trois mois face à l'euro à 1,1913 dollar à 20H00 GMT.

Le bitcoin reprenait +3,07% 49.390 dollars.

pan-vmt/ao


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BITCOIN - EURO 4.91%52742.09 Cours en temps réel.112.87%
BITCOIN - UNITED STATES DOLLAR 4.62%62707.78 Cours en temps réel.107.39%
CAC 40 0.24%6174.31 Cours en temps réel.10.99%
EURO / US DOLLAR (EUR/USD) -0.16%1.18946 Cours en différé.-2.61%
INFINEON TECHNOLOGIES AG 0.84%35.51 Cours en différé.12.07%
LONDON BRENT OIL 0.77%63.82 Cours en différé.22.36%
LONDON STOCK EXCHANGE PLC 0.35%7531.68 Cours en différé.-16.74%
NASDAQ COMP. -0.36%13849.999041 Cours en différé.7.46%
NATIXIS 0.12%4.042 Cours en temps réel.44.78%
RWE AG -1.71%33.95 Cours en différé.-0.12%
SOITEC 0.57%175.9 Cours en temps réel.9.79%
TOKYO ELECTRIC POWER COMPANY HOLDINGS, INCORPORATED -0.28%355 Cours en clôture.30.51%
TOTAL SE 0.61%37.915 Cours en temps réel.6.71%
WORLDLINE 0.15%73.42 Cours en temps réel.-7.31%
WTI 0.68%60.132 Cours en différé.23.59%
Réagir à cet article
buffet7 - Il y a 1 mois arrow option
Le 10 ans américain corrige juste "l'anormale jambe de baisse" provoquée par le covid. Nous assistons à un retour à la moyenne à 30 semaines. TOUT À FAIT NORMAL DANS UN MONDE APRES COVID. Pas de panique, on est loin du 15 % de 1981... J'adore les opérateurs boursiers, ils sont tous touchés par le syndrome de la phobie chronique. Ne soyez pas léveragés, vous ne serez pas obligés de vendre pour éviter des appels de marge, ce qui vous rendra plus zen vis-à-vis d'une volatilité seine et normale des marchés.
  
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur WTI
11:49Le pétrole profite de négociations difficiles avec l'Iran
AW
11:01Les marchés boursiers optimistes, le bitcoin à son plus haut
AW
09:51Les actions timides avant le bal des résultats
RE
09:28BABCOCK INTERNATIONAL GROUP PLC  : il n'y aura pas d'augmentation de capital
09:15BOURSE DE PARIS : Où l'on reparle de l'inflation US
08:35Tokyo rebondit avant l'inflation américaine
AW
06:21Prévisions du jour mardi 13 avril
AW
03:12Tokyo repart de l'avant en attendant l'inflation américaine
AW
12/04En attendant l'inflation américaine, les marchés boursiers ne se mouillent pa..
AW
12/04MICROSOFT CORP  : Jefferies favorable sur le dossier
ZD
Plus d'actualités
Graphique WTI
Durée : Période :
WTI : Graphique analyse technique WTI | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique WTI
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreHaussière