Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     

PÉTROLE WTI (WTI)

Temps Différé OTC Data Services  -  19:45 25/11/2022
76.53 USD   -1.80%
26/11L'Ukraine veut un plafond plus bas pour le pétrole russe, à 30-40 $ le baril
ZR
25/11Le point hebdo de l'investisseur : Je préfère quand c'est un peu trop plus moins calme
ZB
25/11Les Bourses occidentales contrastées le marché en manque d'acteurs
AW
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivés 
SynthèseToute l'actualitéAutres languesAnalyses Zonebourse

Les tensions sur l'offre font monter le pétrole, le gaz s'offre un répit

29/08/2022 | 22:00

New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont poursuivi leur ascension lundi, sur un marché qui craint une chute des approvisionnements, tandis que le gaz naturel a bénéficié du premier signal positif de l'Allemagne depuis longtemps.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a gagné 4,05%, pour finir à 105,09 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, également avec échéance en octobre, il a pris 4,24%, à 97,01 dollars.

Pour Edward Moya, d'Oanda, le marché a été tiré par la crainte d'une possible détérioration de la crise libyenne, ainsi que d'une réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Des affrontements entre groupes armés ont fait 32 morts dans la capitale libyenne, Tripoli, depuis vendredi.

C'est le résultat, selon des médias locaux, d'une tentative, vaine, de l'homme fort de l'Est du pays, le maréchal Khalifa Haftar, de déloger le gouvernement du Premier ministre Abdelhamid Dbeibah.

"Une guerre civile (en Libye) mettrait en danger les exportations libyennes", a prévenu Edward Moya, qui se montaient à environ 1,1 million de barils par jour l'an dernier, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Les cours étaient aussi portés par la perspective d'une possible annonce d'une réduction de la production des membres de l'Opep et de leurs alliés de l'accord Opep+, lors de leur prochaine réunion, le 5 septembre.

L'ouverture, en ce sens, du ministre saoudien de l'Énergie, Abdelaziz ben Salmane, il y a une semaine, a été soutenue depuis par d'autres membres, notamment l'Irak, le Koweït ou les Émirats arabes unis.

Robert Yawger, de Mizuho, s'attend à ce que le groupe mette à exécution cette menace et réduise d'un demi-million de barils par jour son objectif de production, malgré la nette remontée des prix depuis. Le Brent a ainsi pris près de 14% en une semaine.

"Ils sont déjà 2,5 millions de barils en dessous de leur objectif actuellement", faute de capacités, "donc rien ne va changer", a argué l'analyste, pour qui cette décision ne modifierait donc pas la quantité d'or noir en circulation.

Autre foyer d'inquiétude, l'Irak, sixième producteur mondial, où des heurts ont eu lieu lundi dans la Zone Verte de Bagdad, siège des institutions, investie par les partisans du leader chiite Moqtada Sadr.

A tous ces éléments s'est ajouté un nouvel obstacle à la résurrection de l'accord sur le nucléaire iranien.

Le président iranien Ebrahim Raissi a estimé que relancer l'accord n'aurait "pas de sens" sans la clôture de l'enquête de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les sites non déclarés de l'Iran.

"Les spéculateurs ont le sentiment que rien ne va venir dans l'immédiat", a commenté Robert Yawger. "C'est un signal pour pousser encore plus à la hausse."

Sur le marché du gaz naturel, le TTF néerlandais, référence du marché européen, a dévissé et perdu jusqu'à 21% en séance, avant de se redresser un peu.

Pour Robert Yawger, c'est le résultat direct de l'annonce, par l'Allemagne, que ses réserves de gaz se remplissaient "plus vite que prévu", selon le ministre de l'Économie et du Climat Robert Habeck.

L'objectif de remplir 85% des réserves de stockage d'ici octobre, fixé par le gouvernement allemand, devrait être atteint dès début septembre, selon le ministre.

Mais pour l'analyste, le marché devrait se tendre de nouveau dès mercredi avec la fermeture, pour maintenance, du gazoduc Nord Stream 1, qui assure l'essentiel de l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe.

afp/rp


© AWP 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BRENT OIL -1.44%83.79 Cours en différé.9.14%
S&P GSCI CRUDE OIL INDEX -2.32%418.0641 Cours en temps réel.1.42%
S&P GSCI NATURAL GAS INDEX -4.90%343.197 Cours en temps réel.96.51%
S&P GSCI PETROLEUM INDEX -2.13%300.2108 Cours en temps réel.12.09%
WTI -1.80%76.529 Cours en différé.3.43%
Toute l'actualité sur WTI
26/11L'Ukraine veut un plafond plus bas pour le pétrole russe, à 30-40 $ le baril
ZR
25/11Le point hebdo de l'investisseur : Je préfère quand c'est un peu trop plus moins calme
ZB
25/11Les Bourses occidentales contrastées le marché en manque d'acteurs
AW
25/11Quatre séances de gains successives apportent 400 pts de gains au TSX ; les banques pou..
MT
25/11Le pétrole en baisse, l'incertitude pèse sur le marché
AW
25/11Les paris sur le ralentissement de la Fed contribuent aux gains hebdomadaires des actio..
MT
25/11Les minutes de la Fed renforcent les espoirs d'un ralentissement du resserrement de la ..
MT
25/11Shell vendrait ses parts dans les champs pétroliers de la mer du Nord britannique
MT
25/11Mise à jour sectorielle : Les valeurs énergétiques faiblissent s..
MT
25/11Mise à jour sectorielle : Énergie
MT
Plus d'actualités
Graphique WTI
Durée : Période :
WTI : Graphique analyse technique WTI | Zonebourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique WTI
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreBaissière