Les rendements obligataires de la zone euro ont baissé mercredi, en particulier en France et en Italie, ce qui montre que les investisseurs se défont de la prime de risque politique qu'ils avaient attachée à ces pays avant les élections législatives françaises.

L'écart très surveillé entre les rendements français et allemands - un indicateur du risque français qui a atteint son plus haut niveau depuis 2012 à la fin du mois de juin à 85 points de base (pb) - est tombé à son plus bas niveau depuis le 13 juin à 63,5 pb.

Le rendement des obligations françaises à 10 ans a baissé de 9 points de base à 3,169 % après avoir augmenté de 9 points de base la veille. Les rendements et les prix sont inversement liés.

Le rendement des obligations allemandes à 10 ans, la référence pour le bloc de la zone euro, a baissé de 6 points de base à 2,525% après avoir augmenté de 4 points de base mardi.

"Il s'agit d'une correction continue de la forte hausse observée à la fin du mois de juin", a déclaré Jussi Hiljanen, responsable de la stratégie des taux chez SEB. "Les taux se normalisent.

Les rendements européens, en particulier en France, ont augmenté à la fin du mois de juin, les investisseurs s'inquiétant de la menace d'une arrivée au pouvoir de l'extrême droite française et d'une augmentation des dépenses. Les rendements italiens ont également augmenté, les investisseurs se détournant des pays à fort taux d'endettement.

Cependant, les élections ont finalement abouti à un parlement sans majorité, le bloc de gauche ayant obtenu des résultats inattendus, ce qui a calmé les nerfs des marchés.

"Je ne vois pas de catalyseur très fort", a déclaré Emmanouil Karimalis, stratège en matière de taux chez UBS. "Un jour, vous vendez... Nous avons eu (le président de la Réserve fédérale américaine Jerome) Powell hier, il n'a rien apporté de nouveau mais ses commentaires étaient peut-être du côté hawkish."

"Aujourd'hui, nous n'avons pas vraiment d'éléments négatifs. Le marché attend également l'IPC (données sur l'inflation) américain demain."

Les traders attendaient le deuxième jour de témoignage au Congrès du président de la Fed, M. Powell, qui a déclaré mardi que la banque centrale avait besoin d'une plus grande confiance dans l'inflation avant de réduire ses taux.

Les données clés de cette semaine sont celles de l'indice des prix à la consommation (IPC) américain pour le mois de juin, attendues jeudi.

Le rendement italien à 10 ans a baissé de 10 points de base à 3,858%, et l'écart entre les rendements italien et allemand s'est réduit de 6 points de base à 133 points de base. Il est tombé à 130 points de base plus tôt dans la session, son plus bas niveau depuis le 10 juin.

Richard McGuire, responsable de la stratégie des taux chez Rabobank, a déclaré que la banque centrale de Nouvelle-Zélande signalant que les taux pourraient bientôt baisser et les faibles données sur l'inflation chinoise étaient également susceptibles d'aider les obligations.

Le rendement des obligations allemandes à deux ans, qui est plus sensible aux attentes de la Banque centrale européenne en matière de taux, a baissé de 3 points de base à 2,901%.