Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  ZB Campus  >  Espace pédagogique

ZB Campus

SAVOIR INVESTIR
2.9 - Les indicateurs de volume

Le volume est la troisième dimension d’un graphique. Alors que les prix représentent le consensus sur une valeur, les volumes représentent l’implication émotionnelle des intervenants, la force qui met en mouvement les prix. Les indicateurs basés sur les volumes apportent de fait un complément intéressant à l’étude des cours ; ils renseignent notamment sur la vélocité de la tendance et son risque de retournement.

 
 
 
 
 
 
 
SOMMAIRE
1- L’On Balance Volume (OBV)
 
L’OBV est le plus connu des indicateurs de volumes. Développé par Joseph Granville en 1976, il est un indicateur précurseur des retournements de tendance qui cherche à identifier des situations d’accumulation ou de distribution. « Les volumes sont la vapeur qui fait siffler le train » se plaisait à dire Granville !
 
Formule
 
Dans sa forme la plus ancienne, l’OBV représente le total cumulé des volumes échangés, les jours où le marché monte et les jours où le marché baisse. Si les cours sont en hausses, on ajoute le volume du jour aux cumuls précédents, et s’ils sont en baisse, on soustrait ce volume.
 
Si la séance est haussière : OBVt = OBVt-1 + Volt
Si la séance est baissière : OBVt = OBVt-1 – Volt
 
Interprétation
 
-Si les cours progressent conjointement avec l’OBV, la tendance est saine qu’elle soit haussière ou baissière.
 
-Dans le cadre d’un trading range (pas de tendance), on s’attache à regarder l’OBV à l’approche des supports/résistance. Une hausse de l’OBV sous la résistance suggère une sortie par le haut du range. Inversement, une baisse de l’OBV sur le support laisse envisager une sortie par le bas.
 
-De par sa construction, l’OBV n’est pas un indicateur borné (de 0 à 100). De fait, les structures développées sur les sommets et creux sont plus importantes que les niveaux absolus de cet indicateur.
 
-On peut également exploiter les divergences entre l’OBV et les cours. Une situation de hausse des cours alors que l’OBV recule est fragile car elle signifie que les cours montent sans réel élan, simplement par l’absence de vendeurs. Toute divergence doit alerter sur la fragilité de la tendance en cours.
 
- Les niveaux de support et résistance ainsi que les droites de tendance peuvent être utilisées sur l’OBV pour en améliorer l’analyse.
 
Illustration :
 
Revenons sur la graphique de RENAULT en données hebdomadaires.
 
En premier lieu, l’OBV se retourne et dessine un fond en mars 2009. Une droite ascendante va accompagner la hausse du titre jusqu’en juin. A cette date (point B), l’OBV casse sa droite et donne un signal baissier.
Du mois d’aout à octobre, les cours sont dans un range, sans tendance ; le comportement de l’OBV (baisse) ne suggère pas de sortie par le haut de ce range. En revanche, la rupture de l’oblique baissière en novembre (point C) suggère une pression acheteuse qui se confirme sur les cours jusqu’en janvier.

 

L'OBV a ses réfractaires qui jugent sa construction arbitraire: on donne la même importance aux volumes, que la variation soit élevée ou marginale. Et que penser des titres qui passe la majeur partie de leur temps en zone neutre et terminent la séance sur une très faible hausse ou baisse  ?
C'est pour répondre à ces critiques que l’OBV a été revu et corrigé à plusieurs reprises.

2- L’accumulation/distribution volume
 
Cet indicateur constitue une alternative à l’OBV qui cherche à pallier aux défauts de construction de ce dernier. L’ADV suit la relation entre les prix de clôture et d’ouverture et donne un poids plus grand aux jours où la tendance est la plus forte. Son avantage est d’intégrer dans sa formule les volumes et la volatilité observée en séance.
Cet indicateur n’octroie aux haussiers et baissiers qu’une partie des volumes de la séance, en fonction de la position du cours de clôture par rapport au cours moyen de la séance. Si le cours de clôture est supérieur au cours médian, l’AD est positif. Si la clôture est inférieure au cours médian, l’A/D est négatif. Les seuls cas où tous les volumes seront attribués à l'ADV seront les jours où le cours cloture, soit au plus haut de la journée, soit au plus bas.
 
Formule :
 
ADV j= [((C-B)-(H-C)) / 2(H-B)] x V + ADVj-1
 
ADVj=ADV du jour,
ADVj-1 =ADV de la veille
H : Haut
B=Bas
C=clôture
V=volume
 
Interprétation :
 
L’interprétation de cet indicateur est identique à celle de l’OBV. Dans un marché en tendance, l’évolution concomitante de l’ADV et des cours traduit une tendance saine, qu’elle soit haussière (tendance alimentée par les acheteurs) ou baissière (tendance alimentée par les vendeurs. On peut alors lisser l’indicateur avec une moyenne mobile et exploiter les croisements de ces deux courbes.
 
 Toute divergence entre l’ADV et les cours sera synonyme de risque dans la mesure où un essoufflement de tendance est constaté. Un retournement de tendance est possible.
 
Dans un marché sans tendance, le comportement de l’ADV aux bornes du range suggèrera ou non une possible sortie de congestion. Une hausse de l’ADV sous la résistance (accumulation) évoquera une possible sortie par le haut. Inversement, une baisse de l’ADV sur le support (distribution peut signifier une sortie par le bas.
 
Illustration :
 
Revenons à l’exemple précédent que nous complétons avec l'indicateur ADV.
Le croisement de la moyenne à 20 jours et de l’ADV offre des points d’entrée pertinents. Notons également la formation d’une divergence baissière en mai/juin (point D sur le graphique). Mais globalement, l’utilisation de l’ADV n’apporte pas plus d’informations que celle de l’OBV.
 
 


3- Indicateur de Chaikin
 
Dérivé des précédents, l'indicateur de Chaikin n’est autre qu’un ADV formulé sous forme d'un oscillateur. Ici, on soustrait la moyenne mobile exponentielle à 10 jours de l'ADV de sa moyenne mobile exponentielle à 3 jours.
 
Formule :
 
Chaikin = (MME3 ADV - MME10 ADV)
 
Interprétation :
 
L'interprétation de l'oscillateur repose sur trois principes.
- Si le titre clôture au-dessus de son point médian (Haut-Bas/2), il y a accumulation. Plus la clôture est proche du haut de séance et plus l'accumulation est forte. A l'opposé, si un titre clôture sous son point médian, il y a distribution. Plus cette clôture est proche du bas du jour et plus la distribution est forte.
 
-Le second principe est qu'une hausse doit être accompagnée de volumes et d'une forte accumulation. A l'opposé, les baisses sont accompagnées d’une baisse conjointe de l’indicateur (distribution)
 
-Le signal le plus important généré par l'Oscillateur de Chaikin est donné par l’apparition de divergences entre les cours et l’oscillateur comme ci-dessous, en février 2009 avant le point bas atteint sur les cours. Remarquez que la divergence est plus marquée sur l’indicateur de Chaikin que sur l’OBV et l’ADV. C’est ici le principal apport de l’indicateur.

 

4- Accumulation/distribution de LARRY WILLIAMS
 
Larry Williams a également apporté sa contribution en modifiant la formule de Granville pour créer l’indicateur A/D (accumulation/distribution)
 
Formule :
 
A/D = ((C-O) / (H-B)) x V
 
H=haut
B=bas
O=ouverture
C=clôture
V=volume total
 
Interprétation :
Cette formule comme celle de Chaikin permet de tenir compte du delta du cours durant la séance plutôt que de ne considérer les différentiels de clôture à clôture. Son interprétation ne diffère pas des précédentes : les tendances doivent être confirmées sur l’A/D et les signaux les plus pertinents sont donnés sur apparition de divergences.





Nous vous accompagnons dans vos investissements.