Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Alimentaires: Matières premières: l'or se réveille, les métaux s'agitent et le

22/10/2021 | 18:11
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

cacao tiédit

Londres (awp/afp) - Le prix de l'or a grimpé sur la semaine et temporairement dépassé 1.810 dollars l'once pour la première fois depuis mi-septembre vendredi, dopé par le cocktail explosif d'une inflation forte et d'une croissance peu vigoureuse.

"La stagflation, c'est-à-dire une période d'inflation combinée à une croissance en berne, est d'habitude favorable à l'or", a souligné Ole Hansen, analyste chez Saxo group.

Mais malgré la hausse soutenue des prix à travers le monde, le cours de l'or a peiné ces derniers mois à se démarquer, et reste en baisse de 5% depuis début juin.

Les marchés ont en effet préféré le dollar, autre valeur refuge mais également monnaie de référence du marché aurifère, pour se préserver du risque ; une hausse du billet vert rend le prix du métal jaune plus élevé pour les investisseurs utilisant d'autres devises.

A en croire le marché de l'or, la Banque centrale américaine (Fed) va donc réussir à s'opposer à l'inflation en relevant ses taux, ce qui pousse les investisseurs en quête de sécurité vers le dollar ou les obligations d'Etat plutôt que vers les métaux précieux.

"Mais les banques centrales vont avoir du mal à relever leurs taux de façon significative" sans étouffer l'économie mondiale, qui se remet peu à peu de la pandémie de Covid-19, prévient Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

Vers 15H50 GMT (17H50 à Paris), l'once d'or s'échangeait pour 1.786,10 dollars, contre 1.767,62 dollars la semaine précédente en fin d'échanges.

Coup de chaud pour les métaux

Les cours des métaux ont connu une nouvelle poussée de fièvre sur le London Metal exchange (LME) en début de semaine sous la pression du coût de l'énergie avant d'être refroidis par les autorités chinoises.

La crise actuelle de l'énergie contraint la Chine, où les centrales à charbon tournent au ralenti et l'électricité est rationnée, "à réduire sa production de métaux, exacerbant ainsi la hausse de leurs prix", explique M. Hansen.

La réaction politique de Pékin, qui cherche à tempérer cette envolée des cours, a provoqué quelques premiers mais timides effets sur le marché en deuxième moitié de semaine.

La Commission nationale du développement et des réformes (NDRC) "aura recours à tous les moyens nécessaires [...] pour faire revenir les prix du charbon dans une fourchette raisonnable", a-t-elle annoncé mardi, sans préciser les pistes envisagées.

Cette volonté "a un impact négatif sur les métaux à forte intensité énergétique tels que l'aluminium et le zinc", reprend M. Hansen.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s'échangeait à 9.714,00 dollars vendredi à 15H50 GMT (17H50 à Paris), contre 10.281,00 dollars le vendredi précédent à la clôture et 10.452,50 dollars lundi, un plus haut depuis le 18 mai.

La tonne d'aluminium valait quant à elle 2.870,50 dollars, après être montée à 3.229 dollars lundi - un plus haut depuis juillet 2008 - et celle de zinc cotait 3.395,50 dollars, après un sommet à 3.944 dollars vendredi dernier, un prix plus vu depuis mai 2007.

Le cacao à la peine

Les cours du cacao étaient en berne cette semaine en raison de stocks abondants de part et d'autre de l'Atlantique.

Au cours du mois de septembre, les stocks de fèves de cacao certifiés en Europe "ont augmenté de 20% par rapport à leur niveau moyen enregistré il y a un an", observe l'Organisation internationale du cacao (ICCO) dans son dernier rapport mensuel publié la semaine passée.

Aux États-Unis, "les stocks totaux ont augmenté de 48% en glissement annuel", ajoute la même source, un matelas confortable en cas d'aléa du côté de l'offre qui pèse sur les cours.

Le cacao est une des rares matières premières à ne pas profiter de la reprise en 2021, les deux contrats de référence étant globalement proches de leurs niveaux du début de l'année et en-dessous de leurs derniers pics de 2016.

À Londres, la tonne de cacao pour livraison en décembre valait 1.774 livres sterling vers 15H35 GMT (17H35 à Paris), contre 1.816 livres sterling vendredi dernier en fin de séance.

À New York, la tonne pour livraison le même mois valait dans le même temps 2.576 dollars, contre 2.607 dollars vendredi dernier.

js-bp/ngu


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Mat. Premières"
19:21Nucléaire-L'Iran est revenu sur l'ensemble de ses précédentes concessions-responsables américain
RE
03/12Les marchés boursiers vendent avant le week-end, nouvelle séance de baisse
AW
03/12le pétrole en ordre dispersé à l'issue d'une semaine très volatile
AW
03/12Etats-Unis-Biden signe la loi de financement du gouvernement fédéral
RE
03/12L'avenir pétrolier et gazier de la mer du Nord britannique s'assombrit après le départ de Shell de Cambo
ZR
03/12Nucléaire iranien-Les négociations ont frôlé la crise, vont reprendre
RE
03/12ALIMENTAIRES : Matières premières: or et sucre sur la défensive, les métaux
AW
03/12Nucléaire iranien-Les Européens peuvent aussi faire des propositions, dit l'Iran
RE
03/12Les marchés boursiers inquiets du durcissement de la Réserve fédérale américaine
AW
03/12Les marchés boursiers montent prudemment après l'emploi aux Etats-Unis
AW
Dernières actualités "Mat. Premières"