Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Après un départ en fanfare, Stellantis doit affronter Tesla et la Chine

18/01/2022 | 07:31
FILE PHOTO: The logo of Stellantis at the entrance of the company's factory in Hordain
Si rattraper Tesla est le but de tous les acteurs de l'industrie automobile, alors Stellantis, la société issue de la fusion de Fiat Chrysler et de Peugeot, a pris un bon départ : ses actions ont largement dépassé celles de son rival américain au cours de son année inaugurale.

Mais ce n'est que le premier tour.

Le redressement de ses activités en Chine et les surcapacités en Europe ne sont que deux domaines dans lesquels les analystes souhaitent voir Stellantis progresser lorsque le directeur général Carlos Tavares dévoilera son plan d'affaires détaillé le 1er mars.

Après tout, bien que ses actions aient bondi de plus de 60 % depuis leur entrée en bourse le 18 janvier 2021 - contre un gain de 27 % pour Tesla - la valeur boursière de Stellantis, qui s'élève à 59 milliards d'euros (67 milliards de dollars), ne représente encore que 6 % de celle de son rival américain.

Une première année solide est toutefois de bon augure, les analystes de Jefferies estimant que Tavares a fait preuve de vision et d'ambition avec un "flux soutenu d'initiatives stratégiques".

Depuis qu'il a créé le quatrième constructeur automobile mondial en termes de production, M. Tavares a élaboré une stratégie d'électrification de 30 milliards d'euros et a conclu des alliances avec Amazon et l'assembleur d'iPhone Foxconn afin d'accélérer le développement de logiciels et de semi-conducteurs pour les futurs véhicules connectés.

Il a également élaboré des plans pour cinq usines de batteries et conclu des accords avec les syndicats afin de poursuivre la rationalisation de ses activités en Europe, évitant ainsi d'éventuels conflits du travail et portant la marge bénéficiaire opérationnelle de l'entreprise à environ 10 %.

Si l'on exclut Faurecia, l'ancien équipementier contrôlé par Peugeot, les effectifs de Stellantis sont restés pratiquement inchangés l'année dernière, à environ 300 000 personnes, respectant ainsi la promesse de Tavares de ne pas supprimer d'emplois ni de fermer d'usines après la fusion.

Tout cela en dépit de la crise des semi-conducteurs et de la chaîne d'approvisionnement qui a coûté aux constructeurs automobiles mondiaux des millions de véhicules en perte de production l'année dernière et qui ne devrait pas s'atténuer rapidement.

Marco Santino, associé du cabinet de conseil en gestion Oliver Wyman, a déclaré que M. Tavares était à la hauteur de sa réputation d'homme pratique évitant une approche "musclée" avec les syndicats et que les grandes lignes de sa stratégie étaient en place.

"Le chemin a déjà été tracé, il faut le consolider", a-t-il dit. "Je n'attends pas de feux d'artifice de son plan d'affaires".

DÉFIS

Mais beaucoup disent que des actions plus audacieuses sont nécessaires.

Les analystes de Jefferies, par exemple, affirment que les 14 marques de Stellantis - dont Jeep, Ram, Citroën, Opel et Maserati - marchent sur "une ligne fine entre différenciation et concurrence interne."

Ceci à un moment où Tesla mène la transition de l'industrie vers un avenir électrique et axé sur les logiciels avec une seule marque et une stratégie très ciblée.

Tavares a déclaré que tous les aspects du groupe sont passés au crible, y compris ses marques, dont certains analystes ont suggéré qu'elles pourraient être éliminées pour faire des économies.

"Pour l'instant, nous les aimons toutes et vous ne pouvez pas tuer ce que vous aimez", a déclaré l'année dernière l'homme de 63 ans.

"Quand on les aime, on leur donne une chance", a-t-il ajouté, précisant que chaque marque aurait dix ans pour prouver sa rentabilité.

Alors que le groupe entame sa deuxième année d'existence, un autre défi à long terme consiste à relancer sa fortune en Chine, le plus grand marché automobile du monde, où Fiat Chrysler et PSA, propriétaire de Peugeot, avaient des parts de marché presque négligeables.

"Nous sommes en train de négocier et de modifier de très nombreuses choses au niveau du cœur", a déclaré M. Tavares à propos de ses projets en Chine, sans donner de détails.

Les analystes de Jefferies ont déclaré que l'entreprise pourrait chercher à tirer parti de la force de ses marques Jeep et Maserati en Chine. Elle pourrait également envisager d'utiliser la Chine comme base d'exportation vers le reste de l'Asie, ou approfondir ses liens avec Foxconn au-delà de leur joint-venture actuelle, ont-ils dit.

"Heureusement pour Tavares, il a du temps", a déclaré Santino d'Oliver Wyman. "Les investisseurs se concentrent sur le redressement de l'Europe en ce moment. Et sur ce point, il tient ses promesses".

(1 $ = 0,8775 euros)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ON SEMICONDUCTOR CORPORATION -1.83%55.15 Cours en différé.-18.80%
STELLANTIS N.V. -0.01%13.668 Cours en temps réel.-18.04%
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:07ANALYSE : Pourquoi Twitter a ignoré le "trolling" d'Elon Musk
ZR
14:04L'euro bondit face au dollar, le billet vert reprend son souffle
AW
13:59Reconstruire l'Ukraine avec les avoirs russes gelés ? "Du vol", prévient Moscou
RE
13:55Une hausse de taux de la BCE d'un demi-point en juillet est possible si l'inflation accélère, dit Knot
RE
13:54La reine Elizabeth assiste à l'inauguration d'une ligne de métro à Londres
RE
13:52Le soulagement sur la Chine l'emporte sur l'inquiétude liée à l'inflation
RE
13:52Iata "optimiste" sur la reprise de l'aviation, malgré la Chine
AW
13:49L'UE n'assouplira pas ses objectifs climatiques en raison de la guerre en Ukraine, dit Dombrovskis
RE
13:47Intercontinental Exchange vend ses parts d'Euroclear à des groupes publics français et belge
RE
13:47Les combattants d'Azovstal seront traités selon les règles internationales-Kremlin
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"