Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Patrick
Rejaunier

Analyste marchés

184
Publicité
Du même auteur
Plus d'articles

Le Baltic Dry Index : corrélé à la croissance chinoise

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
18/11/2015 | 15:14

Le Baltic Dry Index est un indice des prix pour le transport maritime de vrac (principalement minerais, charbon, céréales). Cette référence indexée se trouve publiée par la société britannique : Baltex basée à Londres. Elle correspond à la principale information utilisée par les courtiers maritimes et les affréteurs afin de fixer les prix des transports sur mer.

Cet indice se calcule avec la moyenne des quatre sous-indices spécialisés en fonction de la typologie des navires : Capesize (BCI), Panamax (BPI) , Supramax (BSI), Handysize (BHSI). Ces derniers correspondent à la classification des porteurs du plus gros au plus petit.
Les vraquiers Capesize qui peuvent transporter plus de cent mille tonnes ne représentent que 10 % des navires mais affrètent plus de 60 % du trafic global de matières sèches.

Le graphique, ci-dessous, montre comment le BDI,  jugé souvent comme précurseur aux variations des marchés actions, reste très corrélé au rythme de la croissance chinoise. L’indice avait atteint des niveaux stratosphériques (12000 points en 2008 contre 580 à ce jour). Ce pic validait à l’époque, la forte explosion du commerce mondial de marchandises initiée, en partie, par la Chine en face d'une offre rigide de navires, ce qui provoqué une forte spéculation sur les prix de transport.
Il faut dire, qu’à l’époque, l’augmentation du PIB annoncée par Pékin affichait le double d’aujourd’hui. 




Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
GLOBAL DE 0.00%1.0E-6 Cours en différé.0.00%

Patrick Rejaunier
© Zonebourse.com 2015
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader