Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Toute l'info

Actualités : Toute l'info
 Toute l'infoSociétésMarchésForexCryptomonnaiesMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Newton IM revient sur l’évolution récente des marchés obligataires

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
13/08/2019 | 09:54
« Les mouvements extraordinaires que nous avons vus sur les marchés obligataires ont poussé beaucoup d’investisseurs à spéculer sur un certain nombre de messages cachés relatifs à une crise du crédit imminente en Chine, une récession économique potentielle aux États-Unis et une japonisation de l'Europe », constate Paul Brain, Directeur de la Gestion Obligataire chez Newton IM (BNY Mellon Investment Management).

" Bien que nous n'écartions aucune de ces possibilités, la réalité est que nous assistons à un ralentissement du commerce mondial depuis le milieu de l'année dernière et que, pour l'instant, la politique monétaire (qui atteint des niveaux extrêmes) est le seul outil disponible ", ajoute l'expert.

En l'absence d'inflation, la baisse des taux d'intérêt des banques centrales entraînera une baisse des rendements obligataires. Le marché anticipera les mouvements de la banque centrale, ce qui permet aux courbes de rendement de s'échanger temporairement à l'aide des taux de change actuels.

Derrière ces formes étranges de courbes de rendement se cache la croyance que de nouvelles baisses de taux ne contribueront pas à redresser la croissance économique et qu'il n'est pas improbable qu'elles entraînent l'inflation, explique Paul Brain.

Les banques centrales évoluent généralement à un rythme plus lent que les attentes du marché et il y a généralement une période où la réalité du calendrier des réunions de la banque centrale pousse les rendements à la hausse.

A plus long terme, une fois la politique monétaire épuisée, les gouvernements se concentreront sur l'augmentation des dépenses budgétaires. Contrairement à l'outil de politique monétaire, la politique budgétaire est plus longue à mettre en place et se présente sous diverses formes et tailles.

" Tant qu'il n'y aura pas de plan cohérent, l'accent continuera d'être mis sur la surcapacité de production, qui alimente les différends commerciaux et a un effet déflationniste à long terme ", conclut l'expert.

Copyright 2019 AOF
Tous droits de reproduction et de représentation réservés (Avertissement légal)
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Toute l'info"
06:08Frappes israéliennes contre le Djihad islamique en Syrie et à Gaza
RE
06:00BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
06:00Agenda de l'actualité internationale politique et générale
RE
06:00Agenda economique du lundi 24 février
RE
06:00Agenda economique monde jusqu'au 29 février
RE
05:35Coronavirus-La Chine fait état de 150 nouveaux décès
RE
04:07Coronavirus-La Chine fait état de 150 nouveaux décès
RE
04:00L'essentiel de l'actualite a 03h00 gmt (24/02)
RE
03:03KOREAN AIR LINES : Coronavirus-161 nouveaux cas d'infection décelés en Corée du Sud
RE
02:51Togo-Gnassingbe réélu à la présidence-résultats préliminaires
RE
Dernières actualités "Toute l'info"