Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

Ouverture des bureaux de vote en Italie, l'alliance de droite est considérée comme gagnante

25/09/2022 | 08:41
Snap election in Italy

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes dimanche en Italie pour des élections qui devraient permettre au pays de se doter du gouvernement le plus à droite depuis la Seconde Guerre mondiale et d'accueillir sa première femme Premier ministre.

Le vote a commencé à 7 heures du matin (0500 GMT) et se poursuivra jusqu'à 23 heures (2100 GMT) lorsque les sondages de sortie seront publiés.

Cependant, les calculs complexes requis par une loi électorale hybride proportionnelle/premier tour signifient qu'il faudra peut-être plusieurs heures avant de disposer d'un décompte précis des sièges.

Une alliance de droite menée par le parti Frères d'Italie de Giorgia Meloni semblait en voie de remporter une nette victoire lorsque les derniers sondages d'opinion ont été publiés il y a deux semaines.

Mais avec un black-out des sondages en vigueur dans les deux semaines précédant l'élection, une surprise est encore possible.

Il y a eu des spéculations selon lesquelles le soutien au Mouvement 5 étoiles, le parti de gauche le plus important en 2018, a repris ces derniers jours.

Une poussée tardive de 5-Star pourrait compromettre les chances de l'alliance de droite de remporter une majorité au Sénat ou à la chambre haute, ce qui compliquerait le processus de formation d'un gouvernement.

Même en cas de résultat net, il est peu probable que le prochain gouvernement prenne ses fonctions avant la fin octobre, le nouveau parlement ne se réunissant pas avant le 13 octobre.

Meloni serait le candidat évident au poste de premier ministre en tant que leader d'une alliance comprenant également le parti de la Ligue de Matteo Salvini et Forza Italia de Silvio Berlusconi.

Cela couronnerait une ascension remarquable pour Meloni, un Romain de 45 ans dont le parti n'a remporté que 4 % des voix lors de la dernière élection nationale en 2018.

Les premières élections nationales d'automne en Italie depuis plus d'un siècle ont été déclenchées par des luttes intestines entre partis qui ont fait tomber le large gouvernement d'unité nationale du Premier ministre Mario Draghi en juillet.

L'Italie a une histoire d'instabilité politique et le prochain premier ministre dirigera le 68e gouvernement du pays depuis 1946 et devra faire face à une foule de défis, notamment la hausse des coûts énergétiques.

L'issue du vote sera également observée avec nervosité dans les capitales européennes et sur les marchés financiers.

Les dirigeants de l'Union européenne, soucieux de préserver l'unité après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, craignent que l'Italie ne soit un partenaire plus imprévisible que sous l'ancien chef de la Banque centrale européenne, M. Draghi.

Pour les marchés, il y a les éternelles inquiétudes sur la capacité de l'Italie à gérer une dette qui s'élève à environ 150% du produit intérieur brut.

Mme Meloni minimise les racines post-fascistes de son parti et le dépeint comme un groupe conservateur classique. Elle s'est engagée à soutenir la politique occidentale en Ukraine et à ne pas prendre de risques excessifs avec une économie durement touchée par la hausse des prix.

L'Italie bénéficie également de 192 milliards d'euros (187 milliards de dollars) de fonds de redressement de l'UE après la crise, ce qui propose une incitation puissante à s'en tenir aux plans de réforme convenus.

Cependant, il y a des signes de division entre Meloni et ses alliés en matière de politique étrangère.

Le leader de la Ligue, Salvini, a critiqué l'impact de la hausse des prix de l'énergie sur les Italiens, l'attribuant en partie au contrecoup des sanctions occidentales contre la Russie. Berlusconi a suscité l'indignation en fin de campagne lorsqu'il a semblé défendre le président russe Vladimir Poutine.

(1 $ = 1,0252 euros)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
UK 10Y CASH -0.01%3.1562 Cours en différé.249.70%
US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB) 1.62%62.572 Cours en différé.-18.33%
Dernières actualités "Économie"
16:48L'Iran abolit la police des moeurs, nouvel appel à la grève
RE
16:33Libération de l'éminent politicien soudanais Wagdi Salih
ZR
16:25Analyse - Le prince saoudien cherche le leadership et l'indépendance au Moyen-Orient avec la visite de Xi
ZR
16:17L'Iran abolit la police des moeurs, nouvel appel à la grève
RE
15:28De nouvelles villes chinoises assouplissent les mesures anti-Covid
RE
15:15Emmanuel Macron a invité le Premier ministre irakien à venir en France début 2023
RE
15:03L'inversion profonde de la courbe de rendement au Canada ajoute au dilemme de la BoC concernant la hausse des taux.
ZR
14:35Emmanuel Macron a invité le Premier ministre irakien à venir en France début 2023
RE
14:21France: Pas de retour de l'obligation de port du masque, dit le ministre de la Santé
RE
14:17Emmanuel macron a invité le premier ministre irakien à se rendre…
RE
Dernières actualités "Économie"