Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Chiche

74 0
MessagesAbonnés
J'attends de voir !!
Homme
Inscrit depuis le 29-10-2008
Nbr de réac. publiés 9
Nbr de reco. reçues 104
Nbr de reco. données 36
Qui le recommande le + acrouan
Qui lui répond le + ventfou
Il recommande le + acrouan
Il répond le + à faber
Adresser un message à Chiche
Publier
loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
Pas doué en bourse, mais pas idiot...
Lu sur un autre forum mais...pas idiot !


et pourtant, ici, nous sommes vraiment pris pour des idiots....
Le robot régulateur se joue du titre...et de nous...
C'est l'avenir en bourse...Investisseurs, que désirez-vous ?!?...Hausse ou baisse...
Et le tourneur de bouton dira...chef, pour la hausse, c'est à gauche ou à droite qu'on tourne ?!?...
Le chef (bac-2 car au dessus, ça coûtera trop cher) dira...Oui, c'est ça... euh..autant pour moi...euh... stand-by (une phraséo nécessaire à maitriser sur le bout de la langue...) je vérifie sur le manuel (il est à noter que le mot check faisant partie de la formation cadre sup, ne sera pas utilisé ici...).
Pendant ce temps là, vous irez faire vos courses au supermarché du coin (à 1h30 sans bouchon...).
Et oui...la supérette d'en bas, sur la petite place a fermé la semaine dernière...Il faut dire que vous n'y alliez que pour acheter des oeufs, ou parfois un pot de moutarde...Et pourtant, elle restait ouverte jusquà 22h50...
Il parait que le gérant s'est pendu, après avoir tué ses 3 enfants et son épouse...
Vous vous ferez un passage entre les 40 à 50 personnes positionnées à l'entrée, la main tendue, le regard vide...D'ailleurs, vous les ignorerez, comme d'habitude car ce sont toujours les mêmes....
Vous achèterez du lait australien...
Et oui, souvenez-vous, il y a deux mois, vous avez répondu à ce sondage au rayon fromage, et vous avez, entre autre, coché la case "prix trop élevé"..., il est vrai qu'il venait de Normandie, et que là bas, la vie est chère, avec Deauville et ses casinos...
Un joli bar...(ou loup de mer d'élevage, bien sûr, nourri au grain...) et un joli panier de fraises espagnoles (pardon...Européennes...), attention, à consommer sous 24 heures !!! Mais du moment que vous le savez...
Vous aurez peut-être la chance de tomber sur la fin du film que vous n'avez pu suivre le mois dernier, lors de votre précédente attente à la caisse automatique...
C'était quand même mieux avant, avec les caissières, mais y'avait pas de film...
Ah oui, en passant à la caisse solidarité pour retirer vos tickets de pain du mois, pensez à faire votre demande de soins dentaires....c'est que, trois ans à l'avance, c'est long...
En rentrant, n'oubliez pas de mettre les clefs de la voiture dans la boîte aux lettres du voisin du dessus, c'est sa semaine auto...vous, c'est votre semaine vélib, mais pas pour les enfants, car la mairie n'a plus d'argent pour réparer les vélos enfants depuis au moins six mois...
Au fait, le voisin, c'est bien cet Anglais ayant aménagé il y a un an, avec sa femme, suite à la crise dans son pays...Il est mieux ici, il a son RMISMIC de 2400€, heureusement d'ailleurs, car le loyer est cher pour son 10 m2 au 12ème étage sans ascenseur...Pensez donc ! 1000€/personne...Elle est d'ailleurs pénible cette nouvelle loi des loyers par personne...
Il parait que c'est à cause de la co-location, et que ça rapporte plus aux bailleurs...
Il faut dire que depuis la grande double crise moneto-sanitaire, et avec nos douze millions de chômeurs, la vie n'est pas facile...
C'est pas à cause de nos cotisations sociales que la vie est dure, non non...il n'y en a plus depuis longtemps...c'est surtout à cause de la dette...Et celle-là, elle est terrible...et il paraît qu'il y en a pour encore 184 ans, à moins que ce soit notre pays qui gagne au mondialoto annuel....Avec le gain, sauf si un autre pays trouve les 15 chiffres également, nous pourrions récupérer 24 ans !!!

C'était vraiment bien, avant, quand il y avait des caissières.....
  • 2
  • 3
  •   
peakoil participe à cette discussion
peakoil - Il y a 11 ans arrow option
C'est pas comme ça que ça se passe
Il suffit d'aller demander aux Argentins ou aux Brésiliens (ou aux Allemands de 1925).

L'histoire ne se répète pas mais la connaitre évite d'écrire n'importe quoi ;-)
1
  
Voir la réponse précédente
chiche - Il y a 9 ans arrow option
Les incroyables passe-droits des élus.parisiens en retraite!
Des pensions exonérées de CSG-CRDS et d'impôt sur le revenu, un régime deux fois plus avantageux que celui des fonctionnaires... Qui dit mieux ?

Votre retraite, vous n'en voyez jamais toute la couleur... D'emblée, avant même que vous l'ayez touchée, elle est amputée de 6,6 % de CSG, auquel il faut ajouter 0,5 % de CRDS et 1 % de cotisation maladie sur les complémentaires. Le hachoir des cotisations sociales fait mal, sans oublier, qu'après, il faut encore payer l'impôt sur le revenu.

Eh bien, au pays de "l'Egalité", certains retraités, totalement privilégiés, ont le bonheur d'échapper à cette curée. Et, il ne s'agit pas d'une poignée de rescapés partis se réfugier dans les derniers paradis fiscaux... Non ! Il s'agit d'élus, en l'occurrence les élus parisiens retraités, dont on attend, au minimum, qu'ils donnent l'exemple et, surtout, qu'ils ne se placent pas au-dessus des lois.

Ainsi, des retraités de la mairie de Paris aussi connus que Jacques Chirac (RPR), Lionel Jospin (PS), Jean-Yves Autexier (ex-PS), Didier Bariani (Parti radical) ou Jacques Toubon (RPR) ne paient pas un centime d'euro de CSG-CRDS, ni même d'impôt sur le revenu sur les droits à la retraite qu'ils ont acquis avant 1992/1995.

Ce passe-droit inouï est confirmé noir sur blanc par la Chambre Régionale des Comptes d'île-de-France, dans un rapport qui, à ce jour, est resté quasi confidentiel : "Les pensions versées aux élus locaux (...) ne sont pas déclarées aux services fiscaux et échappent de fait aux prélèvements fiscaux mais aussi sociaux. Cette pratique résulte d'échanges de courriers entre le Questeur et le Service de la législation fiscale (SLF) du ministère de l'Economie et des Finances (MINEFI) dans les années 1990". Pour l'ancien Maire de Paris, Jacques Chirac, le cadeau peut être estimé à 13 000 euros par an.

Pour nous, les impôts ne cessent d'augmenter (+ 20 %, en moyenne d'impôts locaux à Paris et dans bien d'autres régions de France) et au moindre retard de paiement, c'est la déferlante : sommations, pénalités, amendes... Aucune pitié ! Eux, ils ne déclarent même pas leurs revenus et Bercy leur donne sa bénédiction. On croit rêver !

L'abus est d'autant plus injustifiable que ces élus bénéficient d'un régime spécial de retraite (encore un !) d'une générosité exceptionnelle. C'est bien simple, il est exactement deux fois meilleur que les régimes spéciaux du secteur public (il suffit de seulement 20 ans pour obtenir le taux plein : 75 % de la dernière indemnité).
Ajoutons à cela que ces retraites sont, aujourd'hui, entièrement financées par le contribuable. Coût de l'opération en 2009 : 3,9 millions d'euros.

Si comme moi, vous ne supportez plus les passe-droits en tout genre qui émaillent notre système de retraite et que vous pensez que les élus doivent montrer l'exemple, signez la pétition : "Pour la suppression des privilèges retraite des élus parisiens" et, surtout, faites circuler l'information !
2
  
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
Ces millions qui disparaissent en un jour !
Cette note fait suite à une question soulevée au cours du premier séminaire de l'année 2007 consacré à la crise financière de l'été, à savoir : "où part l'argent qui disparaît au cours d'une crise ?". Je me propose d'apporter une réponse à cette question à travers une étude économique théorique simple.

Ces millions qui disparaissent en un jour…

Une vision naïve de l’économie repose sur la loi de Lavoisier : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ». Plus prosaïquement, les principes de la comptabilité nous enseignent que toute transaction doit être compensée par une autre de signe opposé. Le bilan devant être à l’équilibre, il s’ensuit que toute perte à un endroit donné du monde se traduit par un gain ailleurs. Mais alors, après une grave crise financière et une chute brutale des prix des actifs financiers, où est transféré tout cet argent ? En un mot, à qui profite le crime ?



Nous verrons que les principes comptables ne sont pas enfreints par la chute du prix des actifs et que, les millions qui disparaissent étant avant tout théoriques, liés aux termes de l’échange, personne ne les gagne.



Considérons une économie simple dans laquelle les actifs financiers sont tous parfaitement équivalents et au nombre de N. Ils fournissent un revenu à chaque période à leurs propriétaires. Les agents économiques peuvent souscrire des emprunts, à conditions que les banques le leur permettent. Notons que la souscription d’emprunts crée de la monnaie tandis que le remboursement de ces emprunts détruit de la monnaie. Le taux d’inflation résulte de la différence entre la création monétaire et la destruction de monnaie.

Analogie entre marché financier et marché immobilier


Chaque action fournit à son propriétaire un dividende Dt à chaque période t. Si les investisseurs étaient totalement rationnels et s’ils avaient des capacités de prédiction infinies à la fois sur la rentabilité de l’entreprise et sur la politique monétaire, ils en déduiraient que la valeur d’une action est égale à la somme des flux de dividendes futurs anticipés et actualisés (c'est-à-dire qu'on calcule ce que vaut en euros d'aujourd'hui un flux de revenus futurs, en divisant par le taux d'intérêt anticipé à chaque période).

Pour les biens immobiliers, le raisonnement est le même : chaque propriétaire reçoit un revenu locatif Lt à chaque période. S’il habite dans son logement, le propriétaire estime qu’il économise à chaque période Lt, quantité qu’il aurait à payer s’il ne l’était pas. La somme des revenus locatifs actualisés sur longue période est donc la valeur du bien immobilier pour un agent complètement rationnel.



Les dividendes Dt et les revenus locatifs Lt résultent des conditions macroéconomiques et peuvent donc varier en fonction du taux de profit des entreprises et du pouvoir d’achat des ménages. Leurs variations de long terme comme celles des taux d’intérêts expliquent des variations de long terme de la valeur des actifs, qui ne seront pas considérées ici.



Sur courte période, les actifs financiers et les biens immobiliers s’échangent comme des biens et obéissent à la loi de l’offre et de la demande.



Les demandeurs sont prêts à augmenter la quantité demandée à mesure que le prix baisse. Cependant, les offreurs diminuent la quantité offerte sur le marché à mesure que le prix baisse. Il en résulte un prix d’équilibre p* pour lequel toute offre trouve une demande (en dehors de cet équilibre, il existe un surplus d’offre ou de demande). Le prix d’équilibre résulte des caractéristiques de l’offre et de la demande, qui sont essentiellement psychologiques, et peut donc s’éloigner durablement de la valeur théorique.



L’effet de cliquet à la baisse observé sur le marché immobilier correspond au fait que les propriétaires sont réticents à vendre leur bien à un prix inférieur à celui auquel ils l’ont acheté. Cet effet psychologique atténue la baisse des prix en cas de conditions de marché plus défavorables aux propriétaires. Il s’ensuit qu’en cas de hausse prolongée des prix, les investisseurs, rassurés par l’effet de cliquet à la baisse, n’estimeront prendre aucun risque, même en cas d’évidente survalorisation des actifs. Cependant, l’effet de cliquet à la baisse ne saurait résister à des variations de la demande de grande ampleur, telles que celles observées lors de l’effondrement d’une bulle.

Situation A : création d’une bulle financière par essor du crédit




Les agents pouvant souscrire des emprunts, si un engouement se produit pour le marché financier ou le marché immobilier et que les banques soutiennent cette vague d’optimisme, les emprunts qu’ils sont disposés à souscrire s’ajoutent à leur capacité de demande et vont déplacer la courbe de demande. Il s’ensuit un changement de l’équilibre de marché et donc une dynamique vers un nouvel équilibre pour lequel un prix p2>p1 est atteint. Si l’on envisage que cet excédent de demande est réalisé à crédit on peut écrire le bilan des échanges pour chaque acteur et le bilan global, toutes choses égales par ailleurs.







Si l’on admet que les quantités échangées n2 sont négligeables par rapport à N la quantité totale d’actifs (n2
  •   
  •   
  • Publier
    loader
chiche dans CAC 40 - Il y a 11 ans arrow option
COMME DES ILLUSIONNISTES DEVANT UNE SALLE VIDE
** Au soir du 30 avril, le marché parisien venait d'engranger 30% en huit semaines, sans avoir matérialisé la moindre consolidation. Ce rally haussier était historique, tant par sa forme que par son amplitude. Mais ce n'était qu'un hors-d'oeuvre puisque le mois de mai débute sur une hausse de 6% supplémentaires avec un CAC 40 qui s'envolait jeudi midi de 2,1% supplémentaires à 3 354 points -- avant de retomber sous 3 260 points.

De nombreux analystes s'interrogeaient depuis déjà une quinzaine de jours sur la formation d'une bulle boursière, l'expression "phase haussière maniaque" était même sur beaucoup de lèvres fin avril. Beaucoup de nos correspondants -- aussi bien traders que gérants d'OPCVM -- parlent désormais d'un rouleau compresseur dont on aurait retiré le frein et bloqué le levier de vitesse sur puissance maximum.

** Mais certains intervenants tiennent en aparté un tout autre discours ! Le très politiquement correct "le marché poursuit son rattrapage avec une vigueur rarement observée" se transforme vite au fil de la conversation en "c'est un truc de dingue, les vendeurs se font étriper, il n'y a pas de volumes mais ça monte comme lorsqu'on traitait 10 milliards d'euros par jour... jamais vu un marché grimper de cette façon linéaire, sans acheteurs". Ceci est une de synthèse de plusieurs commentaires, mais les extraits sont authentiques.

Même son de cloche du côté des analystes techniques. Officiellement, nous assistons à une tendance en ligne d'une durée exceptionnelle. Aucun indice de retournement ne se dessine, bien au contraire, la tendance haussière se renforce de nouveau et c'est tout bénéfice pour les acheteurs puisque "the trend is our friend" ["la tendance est votre amie", en français].

Traduit off the record, cela donne plutôt ceci : le pouvoir de prédiction de l'analyse technique tire sa substance de la psychologie du marché... mais la réalité aujourd'hui, c'est qu'il n'y aucune psychologie à analyser.

** Cette hausse est réglée comme du papier à musique, ou plutôt comme un programme informatique. Le plus singulier, c'est que des divergences baissières apparaissent mais le taux d'échec est de 100%, du jamais vu !

De tels mouvements d'expansion indiciels n'existent pas sans accroissement des volumes, or nous n'en détectons pas. Les acheteurs qui volent traditionnellement au secours de la victoire -- ce qui marque souvent l'imminence d'un retournement à la baisse -- ne se manifestent pas.

Tout fonctionne comme si n'y avait qu'un seul acheteur -- il pourrait s'agir de la catégorie des investisseurs institutionnels -- bien déterminé à tirer les cours le plus haut possible, en totale déconnection avec toute forme de réalité économique ou d'anticipation conjoncturelle plausible.

L'optimisme linéaire, cela n'existe pas et cela n'a jamais existé. Même si la confiance des investisseurs est au zénith pendant une période aussi longue que deux mois, les indices subissent des consolidations ponctuelles et proportionnelles à l'ampleur des mouvements de cours les ayant précédés, certaines catégories d'opérateurs mettant en place des stratégies de couverture, arbitrant au profit d'autres classes d'actifs, etc.

Rien de tel ne se passe cette fois-ci. A force de vouloir orchestrer la hausse parfaite, ceux qui tiennent le marché dans le creux de leur main démontrent paradoxalement qu'il n'y a justement plus de véritable marché et que les cours de Bourse n'ont plus aucune autonomie. La manipulation indicielle qui était l'exception -- il fallait des circonstances particulières pour que cela fonctionne sans anicroche -- est apparemment devenue la règle... car plus rien ne semble s'y opposer.

** Nous avons multiplié les interviews, les tables rondes, les coups de fil à droite et à gauche, nous ne trouvons aucun correspondant qui se déclare acheteur. Comme nous l'expliquions hier, les particuliers restent hors jeux, les gérants de portefeuille ne rentrent pas dans un marché où ne s'ouvre aucune fenêtre après 25% ou 30% de progression et les assureurs -- privés de marges de manoeuvre par l'hémorragie vers les Livrets A -- courent après l'argent...

Alors d'où vient-il, ce précieux argent ? Nous sommes incapables de trouver en France un intervenant qui déclare avoir investi dans les actions les liquidités qu'il conservait "au cas où".

La réponse ne vous surprendra guère : cet argent, c'est celui des contribuables américains et dont quelques très grosses banques américaines sont inondées.

C'est donc de l'argent emprunté et pour le restituer à leurs légitimes propriétaires, il va falloir trouver de bonne âmes -- nous redoutons qu'il s'agisse plutôt de pigeons -- pour racheter au prix fort ce que les brasseurs d'argent sponsorisés par le Trésor US vont bientôt tenter de revendre.

En d'autre temps, ils auraient pu compter sur le troupeau -- c'est-à-dire les éternels suiveurs de tendance, secondés par les malchanceux qui opèrent toujours à contretemps --, mais le troupeau a été tondu très ras depuis la mi-octobre 2007.

Ils se retrouvent donc tous seuls face à une salle de spectacles déserte. Il n'y a plus qu'à attendre que le rideau tombe sur la version 2009 de "Neuf semaines et demie". Les acteurs de cette pantalonnade boursière n'ont plus qu'à aller se rhabiller.
ventfou et 6 autres membres participent à cette discussion
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
tu oublies 2 choses
1) La puissante théorie de DOW..
Dont Zb t'ne fait une explication détaillée accompagnée de jolis dessins..

2) La réunion des gévintistes qui ont décidé de servir de locomotive..
voir "ma lettre du président" lors de cette fameuse réunion..
on s'est rendu compte qu'il est plus facile de tenir la bourse plutôt que d'investir à fond perdu dans des entreprises..

D'ailleurs le doute est dans tous les esprits.. Et tu en fait un schèma exact..
Si bien qu'il ne manque pas beaucoup avant que les investisseurs ne se lancent en bourse pour attraper ce train de hausse.. et du fameux rallye d'été ..

Certes, la baisse reviendra.. mais quand les banques auront revendu leur trésor de guerre au + haut .. et annulant une grande partie de leurs pertes elles pourront afficher des résultats + honorables... les petits auront payés au prix fort..
3
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
suite...bis...arnaque boursière
La théorie de Dow


Charles Dow a identifié trois phases successives dans chaque tendance majeure :

1ère phase : accumulation par les mains fortes

Le sentiment général est pessimiste sur les marchés
Les mains fortes (initiés) anticipent une reprise économique ; ils commencent donc à accumuler du papier auprès des investisseurs qui ne croient pas à la hausse prochaine du titre.
2ème phase : participation des professionnels et entrée progressive du public

Amélioration des conditions économiques,
Hausse des résultats des sociétés,
Entrée des professionnels sur les marchés.
3ème phase : distribution des titres par les mains fortes auprès du grand public et retournement du marché

Les résultats sont excellents,
Entrée des particuliers qui achètent les titres auprès des mains fortes qui engrangent leurs plus-values,
Le marché est alors prêt à se retourner.
3
  
cisif - Il y a 11 ans arrow option
chiche,
quand tu recopie un article(de qualité en plus),tu devrais citer tes source...on attend
  
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
La theorie de dow.. avec le graphique..
Mon cher chiche...

Tu vois sur ta droite.. il y a une colonne.. avec une rubrique aide..
tu mets ta souris sur formation

tu as une fenêtre qui s'ouvre.. et tu cliques sur analyse technique..

Et là 6ème ligne tu cliques sur ..THEORIE de DOW..

cordialement à toi
  
  
chiche - Il y a 11 ans arrow option
A cisif,
Bien prétentieux le cisif.

Je n'ai fait que reprendre mon article, point barre.

J'écris parfois des histoires.
Il m'arrive d'en lire.
Merci.
Des histoires, en général, pas les vôtres.

Convaincu le cisif ?
  
  
nenix - Il y a 11 ans arrow option
c'est toi Philippe ?
  
  
extreme - Il y a 11 ans arrow option
la théorie de dow
bonjour,

la théorie de dow me convient parfaitement, et d'après vous nous sommes situés en quelle phase? et à quel niveau?
  
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
8 octobre phase terminale
  
  
extreme - Il y a 11 ans arrow option
merci j'y vois plus clair
je rigole
  
  
moustache - Il y a 11 ans arrow option
"nenix C'est toi Philippe ?"

Non c’est Louis-Philippe
  
  
MonaSo - Il y a 11 ans arrow option
En terminale?
On dirait qu'il y a comme un retard!
  
  
cisif - Il y a 11 ans arrow option
chiche
si tu es bien l'auteur de cet article, je fais parti de tes fans, d'un autre coté, je me permet d'avoir de gros doutes,ne voyant pas bien ce qu'un type de ce niveau viendrait faire sur ce forum...
au lieu de bosser serieusement.
alors re-question: c'est toi philippe??????????????????
si oui quel honneur,
sinon quel menteur.
  
  
cisif - Il y a 11 ans arrow option
les évangiles apocryphes boursières de chiche(!)
sont consultables sur www.la-chronique-agora.com
notez bien que je refile cette adresse sans prétention, pour une fois.
  
  
Voir les 13 réponses précédentes
chiche - Il y a 11 ans arrow option
Cisif,
Réponse : 79 messages postés, 97 recos.
1
  
cisif - Il y a 11 ans arrow option
en effet chiche,
le contenu de tes posts mérite ces recos.le contenu...
bref, reco!
et en avant Guingand!
1
  
utopiste - Il y a 11 ans arrow option
Pour les nuls qui vous découvrent....
Baissier Cours d'entrée : 3 156.92
C'est vrai qu'on découvre ici de vrais commentaires fondés sur de la compétence .Je suis également sensible aux analyses de faber et mon coeur balance entre chiche et faber..Je vais rechercher la théorie de Dow mais comme je suis NUL je ne l'ai pas encore trouvée ......Pour l'instant merci aux porteurs de neurones qui se mettent gentiment à notre disposition....;A propos.... que pensent Faber et Chiche du bouquin de Cresus et du site www.solidariteetprogres.org/petition ......Signé :Utopiste
  
  
Voir les 2 réponses suivantes
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans NICOX SA - Il y a 11 ans arrow option
News de Sophia Antipolis, France !!
NicOx coprésente avec Pfizer Inc quatre posters à l'ARVO sur le PF 03187207 pour le glaucome

NicOx S.A. (NYSE Euronext Paris : COX) annonce aujourd'hui que quatre posters scientifiques sur le PF‑03187207 pour le glaucome ont été présentés hier par NicOx et Pfizer au congrès annuel de l'Association for Research in Vision and Ophthalmology (ARVO) à Fort Lauderdale, en Floride. Le PF‑03187207 est un analogue donneur d'oxyde nitrique de la prostaglandine F2‑alpha, qui a terminé en 2008 deux études de phase 2 aux Etats-Unis et au Japon, chez des patients souffrant de glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire.

Les résultats de l'étude de phase 2 américaine ont été présentés dans un poster intitulé " Efficacy and Safety of PF‑03187207, A Novel Nitric Oxide Donating Prostaglandin F2-Alpha Analogue, vs. Latanoprost in Hypertensive Eyes " (poster numéro 2481/A156). 176 patients ont été randomisés dans cette étude et cinq concentrations différentes de PF‑03187207 ont été évaluées et comparées au Xalatan® (latanoprost) 0,005%. Le Xalatan® est un produit breveté de Pfizer et le médicament le plus vendu pour le glaucome, avec un montant global des ventes en 2008 de $1,7 milliards approximativement.

Aux 7ème, 14ème, 21ème et 28ème jours, l'administration de la plus forte dose de PF‑03187207 le soir a systématiquement réduit la pression intraoculaire (PIO) diurne à un degré plus élevé que l'administration le soir de Xalatan® 0,005%. Sur le critère d'évaluation principal, l'administration de la plus forte dose de PF‑03187207 le soir a montré une amélioration numérique par rapport au Xalatan® 0,005% de 12% en termes de réduction de la PIO diurne au 28ème jour, par rapport à la valeur de base. Les taux d'effets indésirables se sont avérés similaires dans l'ensemble des groupes de traitement. Aucun patient n'a présenté d'effet indésirable grave après exposition aux médicaments de l'étude et aucun patient n'a mis fin à son traitement en raison d'effets indésirables.

Deux posters précliniques sont également présentés au cours de ce congrès et ils montrent que le PF‑03187207 a provoqué une réduction de la PIO supérieure au Xalatan® 0,005% dans différents modèles animaux :

" Ocular Hypotensive Activity of PF-03187207, a Nitric Oxide Donating Prostaglandin Analog, in Preclinical Models " (poster numéro 1471/A361)

" Dose-Response Profile of PF-03187207 (PF-207) and Peak IOP Lowering Response Following Single Topical Administration to FP Receptor Knockout Mice vs. Wild Type Mice " (poster numéro 4064/A226)

Un poster portant sur une méta-analyse de données cliniques obtenues avec le PF‑03187207 et plusieurs traitements actuellement utilisés pour le glaucome a été également présenté hier :

" A Model-Based Dose-Response Meta-Analysis of Single Agent Intraocular Pressure (IOP) Therapies Used to Evaluate Efficacy of a Potential New Therapy (PF-03187207) in Glaucoma Patients " (poster numéro 2479/A154)

A présent, Pfizer discute activement avec NicOx des droits mondiaux de ce composé. Le PF‑03187207 est couvert par l'accord d'août 2004 entre les sociétés.

Maarten Beekman, Vice-président du Développement Clinique et des Affaires Médicales de NicOx, a commenté : " Le congrès de l'ARVO est la plus importante conférence sur la recherche en ophtalmologie et représente une très bonne opportunité pour l'équipe conjointe Pfizer-NicOx de partager ces résultats intéressants. Nous pensons que le PF‑03187207 a un réel potentiel thérapeutique qui mérite d'être développé, grâce au potentiel d'amélioration de la réduction de la pression intraoculaire que présente la libération d'oxyde nitrique. "

NicOx S.A. (Bloomberg : COX: FP, Reuters : NCOX.PA), est une société biopharmaceutique orientée produit dédiée au développement et à la future commercialisation de médicaments à l'étude visant des domaines où il existe de réels besoins médicaux. NicOx applique sa technologie brevetée de libération d'oxyde nitrique dans le but de développer un portefeuille interne de Nouvelles Entités Chimiques (NEC) dans les domaines thérapeutiques de l'inflammation et des maladies cardiométaboliques.

Les ressources sont concentrées sur le développement et les activités de pré-commercialisation du naproxcinod, une NEC brevetée et un agent anti-inflammatoire Inhibiteur de Cyclooxygénase Donneur d'Oxyde Nitrique (CINOD, Cyclooxygenase-Inhibiting Nitric Oxide-Donator) pour le traitement des signes et symptômes de l'arthrose. Le naproxcinod a terminé trois études pivotales de phase 3 avec des résultats positifs et la soumission d'une New Drug Application (NDA) auprès de la Food and Drug Administration américaine (FDA) est prévue mi-2009.

Au delà du naproxcinod, NicOx possède un portefeuille de produits contenant de multiples NEC donneurs d'oxyde nitrique en développement clinique avec des partenaires, dont Pfizer Inc et Merck & Co. Inc., pour le traitement de maladies répandues et de maladies pour lesquelles il existe un réel besoin de médicaments améliorés, comme l'athérosclérose, l'hypertension, des maladies oculaires répandues et des troubles respiratoires.

Le siège social de NicOx est en France. NicOx est une société cotée sur NYSE Euronext Paris (Compartiment B : Mid Caps).

Ce communiqué de presse contient des déclarations prospectives. Bien que la Société considère que ses projections sont basées sur des hypothèses raisonnables, ces déclarations prospectives peuvent être remises en cause par un certain nombre d'aléas et d'incertitudes, de sorte que les résultats effectifs pourraient différer significativement de ceux anticipés dans les dites déclarations prospectives.

Pour une description des risques et incertitudes de nature à affecter les résultats, la situation financière, les performances ou les réalisations de NicOx S.A. et ainsi à entraîner une variation par rapport aux déclarations prospectives, veuillez vous référer à la section " Facteurs de Risque " du Document de Référence déposé auprès de l'AMF et disponible sur les sites Internet de l'AMF (http://www.amf-france.org) et de NicOx S.A. (http://www.nicox.com).

CONTACTS :
http://www.nicox.com

NicOx : Karl Hanks
Director of Investor Relations and Corporate Communication
Tel +33 (0)4 97 24 53 42 - hanks@nicox.com

Media aux Etats-Unis - FD
Robert Stanislaro - Tel +1 212 850 5657 - robert.stanislaro@fd.com
Irma Gomez-Dib - Tel +1 212 850 5761 - irma.gomez-dib@fd.com

Media en Europe - Citigate Dewe Rogerson
David Dible - Tel +44 (0)207 282 2949 - david.dible@citigatedr.co.uk
Nina Enegren - Tel +44 (0)207 282 1050 - nina.enegren@citigatedr.co.uk

NicOx S.A.,
Les Taissounières - Bât HB4 - 1681 route des Dolines - BP313, 06906 Sophia Antipolis cedex, France.
Tel. +33 (0)4 97 24 53 00 - Fax +33 (0)4 97 24 53 99

Copyright Hugin

The appendixes relating to the press release are available on:

http://www.hugingroup.com/documents_ir/PJ/CO/2009/152931_88_5S38_ARVO09-FR.pdf

Information réglementée :
Type : Nouvelle information
Thème(s):
Communiqués au titre de l'obligation d'information permanente - Autres communiqués


Ce communiqué de presse est diffusé par Hugin. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.
  •   
  •   
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
Vie ordinaire en temps de Crise !
Arthur Chedar a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil matin (fait au Japon) à 6 heures.

Pendant que sa cafetière (faite en Chine) filtrait le café, il
s'est rasé avec son rasoir (fait à Hong-Kong).

Puis il s'est habillé avec sa chemise (faite au Sri-Lanka), ses jeans (faits à Singapour) et ses chaussures (faites en Corée).
Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fait en Inde) agrémenté de fraises (de Californie) et de bananes (du Costa-Rica),
il s'est assis, calculatrice en main (faite au Mexique), pour calculer son budget de la journée.

En consultant sa montre (faite à Taiwan), il a synchronisé sa radio
(faite en Chine), puis est monté dans sa voiture (faite au Japon)
pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines (en France).

À la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (de Californie) en écoutant Britney Spears (refaite aux USA!),
Pour accompagner ses légumes (produits en Espagne),

il fait cuire une côte d’agneau (de Nouvelle Zélande)
met ses sandales (faites au Brésil) et allume sa télévision (faite en Indonésie),
et puis se demande pourquoi il n'arrive pas à se trouver un job , ici en France...
  • 2
  • 4
  •   
moustache et 1 autre membre participe à cette discussion
moustache - Il y a 11 ans arrow option
Il est un peu con le mec Il pourrait se réveiller au champ du coq et prendre de la bonne chicorée avec du lait entier de la ferme d’ à coté
1
  
peakoil - Il y a 11 ans arrow option
Il est un peu con le mec il pourrait se réveiller à 11h vu qu'il a rien à branler de sa journée, et jeter réveil et montre (et cafetière aussi puisque ça empêche de dormir)
2
  
Voir les 2 réponses suivantes
  • Publier
    loader
faber dans NATIXIS - Il y a 11 ans arrow option
mouvement de troupe ........... et pour cause
Haussier Cours d'entrée : 1.25
à moyen terme le titre va exploser avec un si
comme pressenti des l automne L etat francais est maitre a bord, que ce soit KN, BP,CE
contraint et forcé, tous ces messieurs devront faire bonne figure.
Alors Natixis dans tout ça ????? MOn scénario de fin 2008 se precise
Natixis va prendre la tete du nouvel organigramme. Tout s'y prete, ses besoins en capitaux d'etat ne pourront etre octroyés que si l'etat obtient des garanties sures ( actions, obligations convertibles) ......... or la structure meme de KN et sa vocation de banque d'investissement n'offrent aucune garantie.
Ce qui changerait la donne, c est que KN se fasse apporter GRATUITEMENT les actifs
de CE et BP soit 10 milliards ( gratuit vu que nous sommes en presence de sté cooperatives, donc pas d'actionnaires à indemniser), les sceptiques pourront rechercher sur internet le triste sort des cooperateur du credit agricole lors de son intro en bourse ( malgré diff procedures aux civil ils n ont rien obtenu).
Ces 10 milliards, l'etat francais va prendre des actions gratos en gtie des prets ( 5 milliards) les 5 milliards restants constitueraient UN CADEAU aux actionnaires actuels ( 4 € par action). Le timing ( 1 à 2 mois pour boucler le projet) conforte
ce scenario, en effet il apparait inconcevable que l etat francais accorde des prets à une autre structure a creer ( holding pour ce et bp) , juridiquement impossible, et le sort de Natixis serait loin d 'etre regle.
l'etat a vu la une opportunite de se faire du pognon facile ( il va fourguer dans les deux ans les actions achetées à bon compte).
Les plus agressifs peuvent acheter la valeur dans un objectif de faire une belle bascule dans les trois à 5 mois.
Suivre l actu les 10 jours qui viennent seront determinants.
La hausse du jour n'est certainement pas etrangere aux grandes manoeuvres en gestation. Enfin le libellé de l annonce parue ce jour est revelateur ( " KN annonce du rapp de SES deux banques privées) un SES possessif alors que KN ne detient que des titres participatifs minoritaires dans BP et CE. Pour moi les dés sont jetés
chiche et 2 autres membres participent à cette discussion
faber - Il y a 11 ans arrow option
article les echos
Natixis : besoin d'une nouvelle recapitalisation ? Peut-être... ('Les Echos')
FPS - 09/02/09 07:08


La situation de Natixis pourrait nécessiter davantage que les 2,5 Milliards d'Euros d'aide promises par les pouvoirs publics, peut-on lire ce matin dans 'Les Echos', qui croit savoir que le montant de besoins de la banque d'affaires dépendra de l'analyste que mène actuellement la Commission bancaire. Dans le même temps, l'Etat fait le forcing pour le rapprochement des deux maisons mères, Banque Populaire et Caisse d'Epargne, dont les discussions de fusion traînent en longueur. L'Elysée souhaiterait que le rapprochement soit scellé d'ici 15 jours, ce qui permettrait à Natixis de bénéficier du soutien public puisque l'Etat entend verser les fonds à l'entité fusionnée. Le quotidien financier indique que la totalité pourrait à l'idéal être annoncée le 26 février prochain, lors de la présentation des résultats.

Natixis pourrait publier une perte de 2,5 MdsE sur l'exercice 2008, voire plus, selon 'Les Echos', qui évoquent l'existence d'un scenario de garantie des actifs à risques de la banque par l'Etat, si toutes les mesures prises jusque-là échouent.


(C) Finance Plus
2
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
article le figaro
Soriano - Le Figaro
L'Elysée souhaiterait que le rapprochement soit scellé d'ici 15 jours, selon les Echos. Natixis aurait de nouveau un besoin urgent de fonds propres.

La situation de Natixis inquiète. Selon le journal les Echos, Natixis, la banque de gros de Banque Populaire et Caisse d'Epargne, pourrait afficher une perte de 2,5 milliards d'euros sur l'exercice 2008. La perte pourrait même être plus importante que ce chiffre. «On est loin d'avoir tout vu», évoque le journal, qui cite une source proche des pouvoirs publics. La société a durement été affectée par la crise financière et par l'affaire Madoff, et n'est pas parvenue à vendre ses filiales Natixis Assurances et Caceis, pour l'instant.

L'injection de fonds propres dont Natixis devrait bénéficier, pourrait ainsi dépasser les 2,5 milliards d'euros initialement prévus par les pouvoirs publics. Le montant de l'injection dépendra en fait de l'analyse effectuée par la Commission bancaire, indique le journal, dont les conclusions pourraient être rendues dès cette semaine.

L'Etat pourrait opter pour un mécanisme de garantie des actifs à risques de Natixis. En cas d'injection massive, l'Etat souhaiterait imposer ses vues sur le périmètre et la gouvernance du nouvel ensemble, et pourrait prendre en main le rapprochement des deux maisons mères, annoncé il y a quatre mois et qui traîne en longueur.

L'Elysée souhaiterait qu'un schéma de rapprochement soit arrêté dans les quinze jours et demanderait «une véritable fusion des organes centraux, intégrant l'ensemble du périmètre des deux groupes. L'Etat en fait même une condition à la nouvelle injection de fonds propres dans les deux groupes, puisqu'il souhaite verser l'argent à la structure fusionnée. L'idéal serait de faire coïncider ces annonces avec la publication des résultats 2008, le 26 février», mentionne le journal.
1
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
l'elysee ULTIMATUM à CE et bp
Sarko bling bling et mme Lagarde se fachent tout rouge. VERS UNE NATIONALISATION ??????? ou plutot !!!!!!!!!!!!!!!!
( 30% K et prise des manettes)

Bourse de Paris : Une fusion entre Caisses d'épargne et Banque populaire exigée
13/02/2009 | 22:02
L?ÉLYSÉE EXIGERAIT UNE FUSION ENTRE CAISSES D'ÉPARGNE ET BANQUE POPULAIRE
PARIS (Reuters) - L'Elysée réclame un projet de fusion entre les Caisses d'Epargne et les banques populaires sous deux semaines, écrit Le Figaro à paraître samedi.

Si les deux groupes n'obtempèrent pas, l'État menace de prendre jusqu'à 30% du capital et de s'installer aux commandes, ajoute le quotidien.

Le patron des Caisses d'épargne, Bernard Comolet, et celui des Banques populaires, Philippe Dupont, auraient reçu cet ultimatum jeudi dans le bureau de François Pérol, le secrétaire général adjoint de l'Élysée.

L'Elysée, qui exige que les négociations avancent vite, a fixé le 26 février comme date limite, dit Le Figaro.

"Ce jour-là, les deux groupes et leur filiale commune (à 35 % du capital chacun) Natixis présenteront leurs "mauvais résultats 2008" écrit-il.

Si les deux groupes ne parviennent pas à s'entendre, l'Etat prendra la main et pour la première fois, un chiffre a été articulé : une participation publique pouvant aller jusqu'à 30 % du capital du futur groupe est envisagée.

Gérard Bon
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
KN episode du 14 fev le figaro
Bourse de Paris : Lagarde pour une fusion rapide Écureuil-Banques populaires
14/02/2009 | 14:20
CHRISTINE LAGARDE POUR UNE FUSION ÉCUREUIL-CAISSE D'ÉPARGNE AVANT FIN FÉVRIER
PARIS (Reuters) - La ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, juge souhaitable une fusion entre les Banques populaires et les Caisses d'épargne avant la fin du mois de février.

Elle a ainsi confirmé des informations de presse indiquant que l'Elysée avait lancé un ultimatum de manière à obtenir ce mariage d'ici le 26 février, date de la présentation des résultats des deux groupes bancaires et de leur filiale commune Natixis.

"J'ai demandé à ces deux établissements d'accélérer la manoeuvre", a dit la ministre samedi sur TF1. "Il y a urgence, ce n'est pas la peine de faire traîner les propositions de fusion éternellement".

"Je crois que la fin du mois de février serait une bonne échéance", a-t-elle ajouté.

Un porte-parole des Caisses d'épargne a indiqué n'avoir aucun commentaire à faire à ce sujet, de même qu'un porte-parole de Banques populaires.

Selon Le Figaro de samedi, l'Elysée a menacé les deux banques de prendre jusqu'à 30% du capital et de s'installer aux commandes, faute d'accord sous deux semaines.

Selon le site en ligne Mediapart, les Caisses d'épargne s'apprêtent à annoncer des pertes proches de deux milliards d'euros pour 2008; les Banques populaires, des pertes avoisinant 300 millions d'euros et Natixis, des pertes comprises entre 2,5 et trois milliards d'euros.

"La pression exercée par les pouvoirs publics témoigne d'une exaspération grandissante devant les difficultés de la négociation engagée depuis octobre entre les deux banques", écrit Le Figaro.

Selon le quotidien, les pouvoirs publics envisageraient de placer de nouveaux visages à la tête du nouvel ensemble.

Natixis, détenue à 71% par les Banques populaires et les Caisses d'épargne, est régulièrement la cible de rumeurs de recapitalisation.

Pour les neuf premiers mois de l'année, Natixis a affiché une perte nette part du groupe de 1,079 milliard d'euros.

La banque avait annoncé fin décembre un cantonnement de 19 milliards d'euros d'actifs risqués et la suppression de 840 postes d'ici fin 2009 dans le cadre d'une réorganisation poussée de sa banque de financement et d'investissement (BFI) touchée par la crise.

Au moment du lancement de son augmentation de capital de 3,7 milliards d'euros début septembre, Natixis avait déjà annoncé un premier plan de réorganisation de sa BFI.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Stéphane Brosse
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
KN Article LIBE du jour 15 H
L'Elysée semble avoir choisi l'homme de la situation et offre une canne a peche au staff
actuel.

L’Etat accélère la fusion entre la Caisse d'épargne et la Banque populaire

Christine Lagarde a demandé aux groupes Caisse d'épargne et Banque populaire, qui discutent actuellement d'un rapprochement, d'«accélérer la manœuvre». La fusion pourrait être annoncée le 26 février.

22 réactions

(Source AFP)

* Agrandir la taille de police
* Réduire la taille de police
* Imprimer l'article
* Envoyer l'article à un ami
* Réagir



La ministre de l'Economie Christine Lagarde a demandé ce samedi aux groupes Caisse d'Epargne et Banque Populaire, qui discutent actuellement d'un rapprochement, d'"accélérer la manoeuvre", jugeant que la fin février serait une "bonne échéance".

"J'ai demandé à ces deux établissements d'accélérer la manoeuvre. Ca fait à peu près trois semaines que j'ai demandé cela", a-t-elle précisé sur TF1.

"Il y a urgence parce que ce n'est pas la peine de faire traîner des propositions de fusion éternellement", a-t-elle ajouté, estimant que "la fin du mois de février serait une bonne échéance".

Les groupes Caisse d'Epargne et Banque Populaire devraient annoncer leur fusion le 26 février, à l'occasion de la publication de leurs résultats annuels, qui s'annoncent mauvais, a-t-on appris samedi de source proche du dossier. Ce rapprochement donnerait naissance à la deuxième banque française.

L'Etat a toujours été "favorable à une fusion des deux réseaux", a rappelé de son côté le directeur de cabinet de Mme Lagarde, Stéphane Richard.

Et en tant que superviseur du système bancaire français, via la Banque de France et la direction du Trésor, il reste "vigilant" sur la situation des groupes, a ajouté Stéphane Richard, tout en soulignant que leurs fondamentaux restaient "solides".

Stéphane Richard, dont le nom est cité par Le Figaro comme l'un des quatre candidats potentiels pour prendre la tête du futur ensemble, a par ailleurs déclaré à l'AFP que la question du choix du patron du nouveau groupe était "prématurée".

Outre celui de M. Richard, sont évoqués par le quotidien les noms de François Villeroy de Galhau, membre du conseil exécutif de BNP Paribas et ex-directeur de cabinet de Dominique Strauss-Kahn à Bercy, Charles-Henri Filippi, ancien patron de la filiale française de HSBC, et Philippe Citerne, directeur général délégué de la Société Générale.
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
L etat sera de la noce article le monde eco
KN dans la corbeille du mariage a trois, les conditions restent a definr ( OPR, ou integration des titres KN dans la nouvelle structure, voir encore une offre publique d'echange, presque certain vu que le nouveau groupe doit etre coté et pour etre coté, l'AMF impose un minimum de titres dans le public.
Tout laisserait penser que cette derniere hypothese soit retenue. reste a voir les conditions, base valorisation actif net KN 5€ desquels les pariés vont retirer des risques futurs, mais combien 2 ou 3 euros ????????
en tout etat de cause, KN, en toute logique echangerait les 20 % de titres participatifs detenues dans CE et BP contre des actions de la nouvelle entité.

Fusion Ecureuil - Banques populaires : l'Etat pourrait s'inviter au mariage
LE MONDE | 18.02.09 | 14h34 • Mis à jour le 18.02.09 | 18h00

Réagissez à cet article Réagissez (3) Classez cet article Classez Imprimez cet article Imprimez Envoyez cet article par e-mail Envoyez PartagezPartagez
Partagez :
Partagez sur Facebook
Partagez sur Scoopeo
Partagez sur del.icio.us
Partagez sur BlogMarks
Partagez sur Wikio
Partagez sur Viadeo

L'Etat examine la possibilité d'entrer, pour une part minoritaire, au capital de la nouvelle banque issue de la fusion entre les Caisses d'épargne et les Banques populaires, dès sa création. En fait de mariage à deux, comme cela était prévu, il pourrait donc s'agir d'un mariage à trois.

La décision du gouvernement n'est pas arrêtée mais, selon le dernier schéma de mariage à l'étude, l'Etat pourrait souscrire à une augmentation de capital réservée, lors de la constitution du nouvel ensemble, pour un montant encore indéterminé. Il deviendrait actionnaire direct du nouvel organe central né de la fusion entre la Caisse nationale des caisses d'épargne (CNCE) et la Banque fédérale des Banques populaires (BFBP). Des sources bien informées évoquent une participation potentielle de l'ordre de 20 % du capital environ de cette structure faîtière, contre 40 % pour chacun des deux réseaux des Caisses d'épargne et des Banques populaires.

Retrouvez l'intégralité du "Monde" en HTML.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Sur le même sujet
La Bourse de New York, qui spécule sur l'avenir de son système bancaire, a de nouveau clôturé en baisse, vendredi 20 février.
Les faits Wall Street redoute une nationalisation des banques américaines
Le bâtiment de la Réserve fédérale américaine (Fed) à Washington.
"Chronique Breakingviews" Un parfum de Hongrie flotte sur les finances publiques américaines
Compte rendu Les banques françaises ont mieux résisté à la crise que leurs concurrentes
Zoom La City cherche à réformer les bonus
"Chronique Breakingviews" Allen Stanford, un "mâle alpha" aux rendements "bêta"
Baisse du bénéfice de BNP Paribas en 2008
Berlin envisage de nationaliser une banque

Les actions ordinaires acquises via cette augmentation de capital s'ajouteraient aux actions préférentielles - sans droit de vote - que l'Etat a déjà prévu de souscrire dans le nouveau groupe, à hauteur de 2,5 milliards d'euros, d'ici au 31 août, dans le cadre de la deuxième vague de recapitalisation des banques françaises.

CORBEILLE À RISQUE

L'entrée de l'Etat au capital du groupe Caisses d'épargne-Banques populaires tiendrait moins du choix politique que de la contrainte. En effet, la doctrine d'intervention des pouvoirs publics - soutenir les banques face à la crise, mais n'en devenir actionnaire qu'en cas de sauvetage forcé - reste la même. Mais l'état de santé du futur groupe préoccupe jusqu'au sommet de l'Etat.

Alors qu'il est désormais acquis que les deux mariés seront en pertes pour 2008 - avec près de 2 milliards d'euros de déficit attendu pour les Caisses d'épargne (Le Monde du 22 janvier) -, l'avenir de leur filiale commune de banque d'affaires, Natixis, qui sera apportée à la corbeille de mariage, inquiète les autorités. Le gouvernement veut constituer d'emblée un groupe solide financièrement, doté d'un ratio de solvabilité robuste de 9 %.

Avant de prendre sa décision "d'y aller ou pas", l'Etat attend les conclusions d'un groupe de travail constitué de la Banque de France, de la direction du Trésor, des Caisses d'épargne et des Banques populaires et chargé d'évaluer les risques supplémentaires liés à la crise financière au sein des deux banques, et surtout, de Natixis. Ce travail renseignera sur la robustesse du futur groupe et la nécessité pour l'Etat de s'y arrimer.

Déjà, son arrivée semble admise tant du côté de l'Ecureuil que des Banques populaires. "Nous sommes prêts à accepter l'Etat à notre capital, pourvu qu'il reste sous la minorité de blocage et que sa présence soit temporaire, confie un négociateur. Nous pourrons difficilement nous passer de son aide."

Pour le reste, la fusion avance. Les deux banques ont fini par tomber d'accord sur les valorisations des actifs à regrouper, sujet délicat par temps de crise boursière. Elles s'établissent entre 7 et 8 milliards d'euros de part et d'autre. Les Banques populaires devraient échapper au versement d'une soulte.

Le champ précis de la fusion doit toutefois encore être arrêté. Le Crédit foncier de France et Nexity, côté Ecureuil, et Foncia, côté Banques populaires, seraient exclus du périmètre. Il reste aussi à choisir les hommes qui dirigeront le futur groupe. Le gouvernement ne fait pas mystère de son souhait d'un franc renouvellement, qui solderait les - mauvais - comptes du passé.
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
KN confirmation de ce soir REUTERS. le point. AFP 18H35
l'etat entre au capital de la nouvelle structure pour UN peu moins de 20% sans droits de vote mais 21% de fonctionnaires au CA.
serait nommé PCA l actuel secretaire gal de l elysée Francois PEROL
L'equipe du passé ( triste) est en train d'apprendre les ba ba de la peche a la ligne.
1
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
Philipe Citerne sera nommé homme de menage en chef
article le parisien du 22

Caisses d'Epargne/Banques populaires : Philippe Citerne N°2?


| Réagir
Jannick Alimi | 22.02.2009, 09h44 | Mise à jour : 09h48
Agrandir le texte
Diminuer le texte
Imprimer l'article
Envoyer l'article par mail
Fil RSS
Partager
Partager

delicio.us
facebook
Digg.com
Wikio.fr
scoopeo.com
blogmarks.net

INFO LE PARISIEN/AUJOURD'HUI EN FRANCE. C'est Philippe Citerne, actuellement directeur général délégué à la Société générale, qui pourrait devenir le numéro 2 de François Pérol - futur président du conseil de surveillance- à la tête du nouveau groupe bancaire constitué par la fusion entre les Caisses d'épargne et les Banques populaires.


En savoir plus
François Pérol, futur patron?
Une union à risques
Les cinq raisons d'un mariage forcé


A 57 ans, Philippe Citerne est l'un des meilleurs connaisseurs de la banque de détail en France et en Europe. Longtemps numéro 2 de Daniel Bouton dont il n'a pas toujours partagé les vues stratégiques, Philippe Citerne a dû prendre du recul depuis le scandale Kerviel et l'arrivée d'une nouvelle direction à la tête de la Société générale. C'est à lui que reviendra toute la remise en ordre du groupe, le nettoyage des bilans de certaines filiales comme Natixis et la mise en œuvre de la fusion sur le terrain.
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
Finalisation fusion enfin aboutie
il est probable que le communiqué officiel tombe avant le 26


Caisses d’épargne-Banques populaires : l’union à risques
C’est ce soir que le mariage devrait être finalisé. Cette fusion qui donnera naissance au deuxième groupe bancaire français laisse de nombreux problèmes sans solution.

Pressés par l’Elysée d’accélerer les négociations, les états-majors des Caisses d’épargne et des Banques populaires, flanqués de leurs escouades de banquiers d’affaires, devraient finaliser leur projet de fusion dès ce soir. Prévue pour jeudi prochain, l’annonce du mariage des deux grands groupes financiers pourrait être avancée en début de semain


A une date qui restera dans les annales car elle marquera la naissance du deuxième groupe bancaire du pays (derrière le Crédit agricole), fort de 95 000 salariés et doté de 17 milliards de chiffre d’affaires et de 40 milliards de fonds propres. Si la constitution, voilà dix ans, de BNP Paribas a été le fruit de raids boursiers homériques, celle du futur ensemble, de culture mutualiste, aura été le résultat de négociations âpres menées dans la coulisse et d’une intense guerre d’information, sur fond de crise du système financier et dans l’ombre tutélaire des pouvoirs publics.
Car plus que pour toute autre entreprise, l’Etat ne pouvait se désintéresser de ce projet. « La présence des Caisses d’épargne fait de ce dossier une affaire à part, explique un spécialiste du système bancaire. L’Ecureuil est un mythe national, c’est le livret A, c’est la banque des Français modestes, celle sur laquelle s’est bâtie toute l’épargne populaire du pays. » Or, c’est surtout pour sauver les Caisses d’épargne que ce mariage a été conçu.
Fragilisées par une stratégie menée tambour battant vers des continents ignorés d’elles jusqu’alors et hautement risqués les opérations de marchés symbolisées par la banque Natixis , les Caisses étaient destinées à perdre le socle de leur richesse, avec la banalisation du livret A. Banalisation devenue réalité depuis le 1 e r janvier. C’est dire qu’il y avait urgence à marier l’Ecureuil pour grossir et mieux résister aux aléas. Mais le ciel de cette union reste chargé : le périmètre de la fusion peut évoluer, les pertes financières de Natixis ne sont pas toutes soldées et la nomination du futur président ne fait pas l’unanimité...
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
impacte sur le cours dans les prochains jours
l actualité brulante ne peut qu'impacter favorablement le cours. 2 raisons
- BP et CE vont ratisser avant la fusion ( ANA serait toujours proche des 5 €, donc aucune raison de se priver, de plus l etat est derriere pour dégainer le chequier, pour preuve une partie des fonds injectés a servi a acquérir des actions Natixis en fin d'année derniere de 70% à 71,24% soit 37,25 millions de titres à 2 € total paye avec nos impots 75 millions ( 3% de la consolidation d'etat alors que ces fonds etatient destinés a l 'economie) SCANDALEUX

- on y ajoute un mouvement speculatif

25% ( voir plus) demain est envisageable, mais attention Natixis est son propre brocker
et la tentation de juguler la hausse speculative à minima est evidente.
un A/R furtif peu s'averer benefique.
1
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
L' Article Reuters relayé par ZB m'interpelle
en effet, Perol à la tete du conseil de surveillance KN ????????????? etrange non??????
si Sarko place son pion, la logique voudrait qu il le place tout en haut de la pyramide afin d'avoir une vision globale du groupe ( c est a dire au sein de l'hypothétique nouvelle structure a creer).
Autre element troublant, la regle veut que le president du conseil de surveillance soit choisi parmi les actionnaires, cela voudrait il dire que l etat deviendrait actionnaire de KN ???????
Enfin Reuters, avec tous les bruits de couloir qui regnent a peut etre melanger plusieurs conversations.
ceci etant le titre a pris cxe matin jusqu'a 13,86%, peut mieux faire 1,2
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
la ramasse commence
Les gros sont installés a la table depuis 14H
de 3 à 4 ordres d'achats de toujours 9200 titres par minute.
en 3 heures et demie ca pourrait faire 7 millions de titres pour un apres midi
pas mal.
ca va continuer les jours prochains , voir les semaines prochaines.
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
la ramasse commence
Les gros sont installés a la table depuis 14H
de 3 à 4 ordres d'achats de toujours 9200 titres par minute.
en 3 heures et demie ca pourrait faire 7 millions de titres pour un apres midi
pas mal.
ca va continuer les jours prochains , voir les semaines prochaines.
  
  
chiche - Il y a 11 ans arrow option
Paris vole au secours de NATIXIS ?
Paris n'a plus le choix. Pour sauver Natixis, le maillon faible du tandem Ecureuil-Banques Populaires, ll lui faut d'urgence renflouer le futur nouvel ensemble. Bercy évoque une enveloppe de 2,5 à 5 milliards d'euros supplémentaires. Décryptage.
En plus
Ecureuil-Banques Populaires : une fusion sous pression
L'Etat veut accélérer la fusion Ecureuil-Banques populairesL'urgence, dit-on, le commande : il faut sauver Natixis. Parce qu'il faut à tout prix renflouer la banque d'affaires des Caisses d'épargne et des Banques populaires sous peine d'entraîner dans sa chute l'ensemble des deux réseaux, Paris a été contraint de passer la vitesse supérieure dans le dossier de rapprochement entre les deux banques mutualistes. Il y a une semaine tout juste, Christine Lagarde montait au créneau pour accélérer le processus de fusion. Avec une date butoir fixée au jeudi 26 février. Aujourd'hui lundi 23, après Bercy, c'est au tour de Matignon de mettre la pression. François Fillon, en marge de sa visite au salon de l'Agriculture, y est ainsi allé de sa petite phrase : « Il y a urgence à réaliser » cette union.

Entre 2,5 et 5 milliards d'euros d'argent frais
Résultat ? L'Etat s'apprête à voler au secours de l'établissement dirigé par Dominique Ferrero en mariant de force ses deux maisons-mères. Moyennant le versement de 2,5 à 5 milliards d'euros supplémentaires sous forme de prêts subordonnés - qui viennent s'ajouter aux 2 milliards déjà débloqués par les pouvoirs publics au titre du plan de soutien aux banques françaises - le gouvernement pourrait prendre en bout de course entre 11 et 23% du nouvel ensemble, si les titres sont convertis en actions.

A charge ensuite pour l'Ecureuil et les Banques populaires d'injecter en urgence ces fonds dans Natixis, laquelle constitue pour l'instant le principal actif du nouveau groupe, puisque leurs activités immobilières respectives (Foncia et Nexity) ont été isolées du périmètre commun. « Cela peut suffire selon que l'on compte ou pas les pertes de Natixis en 2008 » explique un fin connaisseur des deux valeurs sous couvert d'anonymat. Précisons qu'au dernier pointage, soit sur les 3 premiers trimestres de l'exercice 2008, Natixis essuyait une perte de 1,2 milliard.

Cette opération sauvetage n'est pas sans rappeler celle qui a prévalu pour Dexia. Il y a quatre mois, Paris avait en effet sorti 3 milliards pour extirper la banque franco-belge du marasme. Maintenant, quel sens donner à ce coup de force orchestré par l'exécutif ? C'est une autre exception. C'est un changement de cap complet par rapport à la philosophie du plan de soutien sectoriel.

« A l'origine, il y a une nécessité absolue : celle de sauver Natixis, confie à L'Expansion.com Dominique Daridan, responsable de l'analyse crédit chez Aurel BGC. Outre les 2 milliards qu'elle a déjà reçu de chacune de ses deux maisons-mères, Natixis devrait encore récolter au moins 2,5 milliards. Ce qui porterait son aide à 4,5 milliards a minima. Mais, la banque aura bien besoin de tout cet apport d'argent frais. Car, au-delà de ses pertes colossales, elle s'est embarquée dans une solution complexe d'apurement de ses actifs toxiques via sa bad bank ». « Caisse d'Epargne/Banque Populaire et Dexia sont deux dossiers très particuliers, qui n'ont rien à voir avec la situation des autres grandes banques du pays telles BNP-Paribas, Société Générale ou Crédit Agricole ».

« L'Ecureuil a réussi à refiler la moitié du mistigri à son partenaire »
Le fait est que la banque de financement et d'investissement, née du mariage de Natexis et Ixis, a été obligée de réduire la voilure. Elle a abandonné tout un pan de son activité, notamment ses produits structurés. Ses actifs à risques ont été isolés dans une structure de cantonnement afin d'être résorbés progressivement.

Cette manoeuvre révélant en creux la faillite stratégique totale du groupe : « Dans leur volonté d'expansion tous azimuts pour combler leur retard par rapport à la concurrence, les dirigeants du groupe ont sans doute péché par excès de confiance, relève Benoît de Broissia, analyste chez KBL Richelieu. Ils ont surestimé leur expertise et minimisé le ticket d'entrée sur certains métiers très complexes, notamment la titrisation. Et puis, Natixis était l'établissement français le plus internationalisé, avec une forte présence aux Etats-Unis. Or la crise financière est partie de là-bas. Ils ont donc été proportionnellement davantage touchés que les autres ».

« Ixis, l'ex-pôle BFI de l'Ecureuil était bien le maillon faible du tandem » rappelle Dominique Daridan chez Aurel BGC. « L'Ecureuil a réussi à refiler une partie du mistigri aux Banques Pop'. Maintenant, les deux groupes plongent de concert » complète un proche des deux groupes.

Si l'Etat intervient pour obliger les « rouges » (L'Ecureuil) à s'entendre avec les « bleus » (Banque Populaire), cette politique d'ingérence n'a pas pour autant vocation à se prolonger. « C'est une solution transitoire, prédit Dominique Daridan d'Aurel BGC. La tendance n'est pas à l'interventionnisme étatique sur la durée ».
  
  
Voir les 14 réponses précédentes
chiche - Il y a 11 ans arrow option
à lire,les investisseurs kn surtout !!
UN PEU DE REFLEXION SUR NOS COMPORTEMENTS, HE OUI, C'EST POURTANT TRES VRAI ET DIRE QU'IL Y A DES GENS TELLEMENT EGOCENTRIQUES QU'ILS NE PEUVENT MEME PAS Y PENSER!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! QU'ILS DOIVENT ETRE SEULS DANS LA VIE !!!!!!!!!!!!!
> L'histoire d'un pot de mayonnaise et de café.
>
> Quand il te semble qu'il y a « trop » de choses dans ta vie, quand 24
> heures ne te semblent pas suffisantes... Rappelle-toi du pot de
> mayonnaise et du café !

> Il était une fois, un professeur de philosophie qui, devant sa classe,
> prit un grand pot de mayonnaise vide et sans dire un mot, commença à le
> remplir avec des balles de golf.
>
> Ensuite, il demanda à ses élèves si le pot était plein. Les étudiants
> étaient d'accord pour dire que OUI.
>
> Puis le professeur prit une boîte pleine de billes et la versa dans le
> pot de mayonnaise. Les billes comblèrent les espaces vides entre les
> balles de golf. Le prof redemanda aux étudiants si le pot était plein.
> Ils dirent à nouveau OUI.
>
> Après, le professeur pris un sachet rempli de sable et le versa dans le
> pot de mayonnaise. Bien sûr, le sable remplit tous les espaces vides et
> le prof demanda à nouveau si le pot était plein. Les étudiants
> répondirent unanimement OUI.
>
> Tout de suite après le prof ajouta deux tasses de café dans le contenu
> du pot de mayonnaise et effectivement le café combla les espaces entre
> les grains de sable. Les étudiants se sont alors mis à rire...
>
> Quand ils eurent fini, le prof dit :« Je veux que vous réalisiez que le
> pot de mayonnaise représente la vie.
>
> Les balles de golf sont les choses importantes comme la famille, les
> enfants, la santé, tout ce qui passionne. Nos vies seraient quand même
> pleines si on perdait tout le reste et qu'il ne nous restait qu'elles.
>
> Les billes sont les autres choses qui comptent comme le travail, la
> maison, la voiture, etc...
>
> Le sable représente tout le reste, les petites choses de la vie.
>
> Si on avait versé le sable en premier, il n'y aurait eu de place pour
> rien d'autre, ni les billes ni les balles de golf. C'est la même chose
> dans la vie. Si on dépense toute notre énergie et tout notre temps pour
> les petites choses, nous n'aurons jamais de place pour les choses
> vraiment importantes. Faites attention aux choses qui sont cruciales
> pour votre bonheur. Jouer avec ses enfants, prendre le temps d'aller
> chez le médecin, dîner avec son conjoint, faire du sport ou pratiquer
> ses loisirs favoris. Il restera toujours du temps pour faire le ménage,
> réparer le robinet de la cuisine... Occupez-vous des balles de golf en
> premier, des choses qui importent vraiment. Établissez des priorités,
> le reste n'est que du sable. »
>
> Un des étudiants leva alors la main et demanda ce que représente le
> café. Le professeur sourit et dit :« C'est bien que tu demandes.
> C'était juste pour vous démontrer que même si vos vies peuvent paraître
> bien remplies, il y aura toujours de la place pour une tasse de café
> avec un ami. »
1
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
j'ai comme une impression de déjà lu
avec des cailloux non ?
hop c'est joli mais pas de reco
en + la mayo çà fait grossir
2
  
toumeau - Il y a 11 ans arrow option
et maintenant?????
Haussier Cours d'entrée : 1.739 | Objectif : 2.5
Le titre NATIXIS ne va pas être décoté alors maintenant qu'est ce que vous en pensez?

Va t'il monté ou carrement se casser la figure?

à plus
  
  
Voir les 2 réponses suivantes
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans SOCIÉTÉ GÉNÉRALE - Il y a 11 ans arrow option
Une simple réflexion sur la SG :
Quand on achète près de 10% du capital d'une boite en provoquant une hausse de 70% du cours alors que presque dans le même temps des actionnaires historiques comme Dodge finissaient de sortir (autrement dit, sans l'alimentation à la vente de Dodge, il est probable que pour prendre 10% du capital, le cours aurait flambé de 100 ou 150%), quelle serait la MV à essuyer si la SG décidait de remettre sur le marché ses actions (bien évidemment, dans l'autre sens, Dodge ne serait pas à l'achat) ?

La réponse à cette simple question doit permettre de voir plus clair dans ce dossier et de se fixer une ligne stratégique à MT.

Mon point de vue est que la SG est entrée à cette hauteur pour participer à une opération d'envergure qui lui permettra d'empocher de substantielles PV.

Faillite, il n'y en aura point. L'accord avec les banques est virtuellement acquis du fait de la présence de la SG au capital.

La suite, on l'imagine :
- officialisation de l'accord sur la dette syndiquée
- annonce de la cession de GV
- restructuration du capital avec arrivée de nouveaux actionnaires de référence dont probablment le FSI
- méga up du cours

Vendre à ce prix (même en empochant une belle PV) me parait être une hérésie car ce n'est pas tous les jours dans sa vie de boursicoteur qu'on a l'opportunité de réaliser un coup d'enfer.

Ces propos n'engagent que moi et ne doivent en aucun cas être considérés comme une incitation ni à l'achat ni à la vente. La posture acheteur, vendeur ou A/R rapides (quel que soit le sens initial : achat ou vade) dépend exclusivement de la stratégie personnelle que l'on retient pour une action.

Bonne chance à tous et méga PV !!!
  • 7
  • 3
  •   
ventfou et 2 autres membres participent à cette discussion
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
mais de quelle action tu parles ?
1
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
Chiche pas tout a fait
le Fsi ne peut rentrer dans thomson, le poisson est trop gros ( Fsi ne semble disposer que d a peine 1 milliard, thomson a besoin a elle seule de 250 à 300 millions
donc on n y pense plus
enfin la generale, au vue des echanges colossaux ( jusqu a 40% des titres en une seule journéé) a realisé une kirielle d allers et retours pour gratter quelques cts ici et la, et au final les titres conservés par elle , pour moi pourraient tres bien representer la plus value, d'autant que gle a realisé elle meme l operation ( frais neant)
ok avec toi l avenir de thomson est assuré, il lui manquait juste l entree au capital d un actionnaire de choix, capable de solutionner les pb de conso de fonds de roulement.
1
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
Fabe tu dis ke socgen a kréé un kyriel enkore ?
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
Ventfou toi dire koi???????
stp sois sympa, pas de langage sms. on y gagnera en comprehension
reformule ta question

au fait oui kyrielle avec un Y et non un I comme je l ai ecrit sorry
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
GLE il est l'or de prendre les fafiots
Baissier Cours d'entrée : 33.5 | Objectif : 29
sinon les sourires vont se transformer en rictus. on commence par 29 et pour les durs de la feuille, les supertraders vous emmenerons à 25.
attention un risque majeur de mauvaises nouvelles peu tomber sur le telescripteur. ( un chti complement de provision oublié dans un coin en decembre par exemple)
Nectar a mettre en bouteille et hop au frais ( sinon vinaigre).
bons trades
1
  
morader - Il y a 11 ans arrow option
chiche et Faber
vous êtes les meilleurs, alors là vous m'épatez, Merci pour vos efforts !
  
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
Gle menu du jour Moins 7% à Moins 15%
ca rien que pour commencer, en entrée, apres plat du jour, fromage et dessert.

une idée folle ( pas tant que cela lol) le plus bas historique dans les 8 seances.
j avais dit piste noire, ( elle a meme passé les 33€) elle n en descendra que plus vite.

Apres on envisagera d envoyer Bouton au club de bridge, et on envisagera tranquillou la fusion ( absorption) par le credit a bricoles ( ou la Bnp). On ne pourra sur ce dossier d avoir une pensée pour le ptit gerome dit le lampiste.
  
  
Voir les 7 réponses suivantes
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans CAC 40 - Il y a 11 ans arrow option
Bourse : les traders actifs sont rarement gagnants !!
Une étude de deux économistes sur les participants au concours de Zonebourse montre que la plupart des investisseurs actifs perdent de l'argent. Cette analyse chercher à illustrer les biais psychologiques des traders.
On taxe souvent la Bourse d'être un jeu de casino. En tout cas, la probabilité de gagner est très faible. Moins de 10 % des investisseurs actifs individuels parviennent à générer une performance positive, nette des frais de transactions, sur une durée minimale de cinq mois. Ce chiffre est issu d'une étude réalisée par deux professeurs, Philippe Bernard, codirecteur du master d'ingénierie économique et financière de Dauphine, et Thami Kabbaj, universitaire et ancien trader (1), en partenariat avec Zonebourse. Les deux économistes ont analysé les performances de près de 600 inscrits au concours organisé par ce site Internet, sur les actions, entre mars 2007 et janvier 2009.

Sur les 505 traders en activité durant plus de cinq mois, seulement 39 enregistrent des performances positives (soit 7,72 %), sur la durée de leur participation à ce jeu, c'est-à-dire entre cinq à vingt mois. " Il n'y a pas de différence marquée entre la proportion de gagnants en marché haussier et celle en marché baissier, souligne Thami Kabbaj. Ces résultats n'ont rien d'étonnant : d'autres études sur la population des particuliers "day-traders", aux Etats-Unis et en Asie, ont montré que seule une minorité réalise des gains sur plusieurs mois. " Un travail de recherche sur le Day Trading à Taiwan, où la pratique est répandue, entre 1995 et 1999, a conclu que moins de 20 % des investisseurs actifs gagnaient de l'argent (profits nets des coûts de transactions) sur des périodes de six mois (2).

Plusieurs facteurs
Outre le faible nombre de " vainqueurs ", les deux professeurs montrent que la performance cumulée des opérateurs est inférieure à celle du marché : les participants au concours affichent un repli de 60,17 %, en presque deux ans, alors que l'indice SBF 250a perdu 49,78 %. " Cette lourde contre-performance peut s'expliquer en partie par le nombre important de traders qui se ruinent à plusieurs reprises ", note Thami Kabbaj. Presque la moitié (42 %) des personnes ont perdu au moins une fois leur capital initial au minimum de 1.000 euros.

Pour le spécialiste, ces résultats sont imputables à plusieurs facteurs. Les frais de courtage (8,97 euros pour une transaction jusqu'à 7.500 euros, chez Bourse Direct, le partenaire de ce concours, avec des tarifs dégressifs possibles) contribuent à greffer les performances globales : pour arriver à l'équilibre sur un achat-vente, il faut que le gain soit, au minimum, supérieur à quelque 18 euros. Ensuite et surtout, il existe " des biais psychologiques ". La récompense élevée attribuée aux vainqueurs (le premier prix est de 10.000 euros) incite les participants à prendre davantage de risques. La plupart des opérateurs utilisent des effets de levier (au maximum de 3 pour l'ensemble de l'échantillon). " Lorsque le gain potentiel est supérieur aux pertes subies, les opérateurs se mettent en danger plus facilement. "

Cela illustre l'asymétrie des comportements : les recherches montrent qu'en situation de perte, le trader est prêt à perdre davantage pour revenir à l'équilibre, alors qu'en cas de gains, il souhaite, au contraire, sécuriser les sommes. Dans l'étude des deux économistes, le gain moyen est inférieur à la perte, avec un ratio de 0,85. En outre, il existe des biais cognitifs, qui font que les opérateurs ont tendance à croire que des tendances ponctuelles vont se poursuivre. " Quand le marché est haussier, il est humain de penser que cela va continuer ", souligne Thami Kabbaj. " 2008 a été rude pour les investisseurs qui ont eu du mal à se faire au changement de tendance, ajoute Fabien Vrignon, directeur marketing de Cortal Consors. Surtout que les particuliers sont réticents à se positionner à la vente sur les actions. " Il a organisé pour ses clients des séminaires de gestion des émotions, avec un psychologue.

" Au final, les investisseurs qui arrivent à réaliser de bonnes performances sont ceux qui réussissent à garder une certaine distance ", termine Thami Kabbaj. Analyse partagée par Jérôme Favier, responsable de Trading Places, qui regroupe des traders indépendants : " Pour gagner en Bourse sur le long terme, il faut chercher à avoir des gains réguliers, plutôt que des gros coups. Rester discipliné, en maîtrisant son effet de levier. "
  • 2
  •   
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans NICOX SA - Il y a 11 ans arrow option
broker enthousiaste !
Acquisition saluée par le marché, propriété intellectuelle renforcée

(Tradingsat.com) - La réaction des investisseurs à l'annonce du rachat par NicOx du portefeuille de brevets non-licenciés de la société de biotechnologie américaine Nitromed, est enthousiaste. L'action de la société biopharmaceutique française grimpe en effet de plus de 5% à 9,4 euros après environ 2 heures de cotation jeudi matin.

Selon les termes de l'accord, NicOx versera à Nitromed 2 millions de dollars à la signature et 4 millions de dollars supplémentaires une fois certains critères commerciaux à venir remplis par NicOx.

« A eux deux, NicOx et Nitromed ont déposé la grande majorité des demandes de brevets portant sur la libération d'oxyde nitrique, et le présent accord consolide la position dominante de NicOx dans ce domaine », déclare Ennio Ongini, Vice-Président de la Recherche de NicOx. Nitromed avait interrompu ses programmes de recherche en mars 2006 pour des raisons financières.

« Avec cette opération, NicOx renforce sa position dominante de propriété intellectuelle sur sa technologie phare. De plus, elle peut potentiellement permettre à la société d'en étendre les applications en l'autorisant à initier d'autres programmes de recherche », commente jeudi Natixis. Le broker conseille toujours d'acheter NicOx.
  •   
  •   
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
Taubira ne va pas du tout apprécier !
Tidiane N’Diaye : Durban2 dénonce les esclavagistes… s’ils sont blancs...

L’esclavage n’est pas une invention occidentale : les puissances arabo-musulmanes organisaient elles-aussi l’esclavage… Mais pas question d’en dire un mot à la réunion de Durban2, qui vient de s’ouvrir à Genève.

L’édition précédente de la « conférence fourre-tout » contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui s’est tenue à Durban (Afrique du Sud), du 31 août au 8 septembre 2001, fut un échec. Si pour la première fois, la communauté internationale a reconnu que la traite des Noirs par les Européens avait été « une tragédie dans l’histoire de l’humanité » et qu’elle constituait « un crime contre l’humanité », pas un mot sur l’antériorité de celle pratiquée par les Arabo-musulmans et ses conséquences, notamment la situation des rares minorités noires ayant survécu dans les pays arabes. A Durban – dans une sorte de «syndrome de Stockolm à l’africaine» -, les représentants du continent noir et ceux des pays arabes se sont contentés de mettre en accusation les négriers occidentaux, avec demande de repentance et de réparation.

Le commerce négrier plus horrible encore que la traite transatlantique

Pourtant, bien qu’il n’existe pas de degrés dans l’horreur ni de monopole de la cruauté, l’on peut soutenir sans risques de se tromper, que le commerce négrier et les expéditions guerrières provoquées par les Arabo-musulmans, furent pour l’Afrique noire et tout au long des siècles, bien plus dévastateurs que la traite transatlantique. Par exemple, la seule guerre sainte menée par un chef arabe soudanais, mystique, illuminé et qui se qualifiat lui-même Mahdi (descendant du Prophète), tout le Soudan depuis l’Océan jusqu’en Égypte englobant tous les plateaux de l’Afrique - du Nil jusqu’au Zambèze -, était livré aux chasses à l’homme et à la vente de captifs. Cet espace immense deux fois grand comme l’Europe, certains explorateurs évaluaient sa population au XIXème siècle, à environ cent millions d’âmes. Pour avoir une idée du mal, il faut savoir que ces mêmes observateurs, avaient constaté que pour chasser et enlever de force cinq cent mille individus, il fallait en faire périr près de deux millions d’autres (résistants ou fuyards).

Le colonialisme a mis fin à l’esclavage

Ainsi si les naissances avaient cessé à l’époque, en moins d’un demi-siècle, les régions de l’intérieur de l’Afrique ne seraient plus de nos jours, qu’une solitude désolée. Les dérives asservissantes et racistes du colonialisme sont connues et largement dénoncées depuis par nombre d’Occidentaux eux-mêmes. Cependant l’on ne peut résumer la présence européenne en Afrique, uniquement à des pratiques «racialistes» et une succession de crimes contre l’humanité. La démarche historique ne s’en trouverait pas éclairée. Car l’on ne saurait ignorer, que ce fut la colonisation européenne, qui mit entièrement fin à la traite arabo-musulmane. L’Europe devenue anti-esclavagiste, ses puissances ont aboli cette ignominie. En outre, la plupart des nations occidentales impliquées dans le commerce triangulaire, ont aujourd’hui reconnu leur responsabilité et prononcé leur aggiornamento, pendant qu’on attend toujours celui des pays arabo-musulmans (Moyen-Orient, Maghreb, Iran, Turquie etc.).

17 millions d’Africains persécutés

L’on pouvait cependant espérer, que les résolutions adoptées à Durban iraient dans ce sens. Mais dans l’esprit, l’acte aussi solennel fut-il, n’était qu’une entreprise fallacieusement orientée, doublée d’une dénonciation sélective. Durban n’a pas donné une vision d’ensemble honnête et objective de la terrible «tragédie noire» passée. Puisque de nos jours encore, beaucoup associent par réflexe, traite négrière au seul trafic transatlantique organisé à partir de l’Europe, des Amériques et qui a conduit à la mort ou à la déportation de millions d’Africains dans le Nouveau Monde. Alors que la traite et le travail forcé des peuples noirs, n’ont pas été une invention des nations européennes. Les Arabo-musulmans sont bien à l’origine de cette calamité et l’ont pratiquée en grand, du VIIème au XVIème siècle, pendant près de mille ans, en déportant près de 10 millions d’Africains, avant l’entrée en scène des Européens. Au total, les Arabo-musulmans auront tué, castré ou déporté près de 17 millions d’Africains.

Au cours de ce douloureux chapitre de l’histoire de l’humanité, qu’il est difficile de ne pas qualifier de génocide de peuples noirs par massacres, razzias sanglantes puis castration massive, chose curieuse, très nombreux sont ceux qui souhaiteraient le voir recouvert à jamais du voile de l’oubli, souvent au nom d’une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C’est en fait un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux, qui aboutit à ce déni. Un silence sélectif entourant le crime arabo-musulman envers les peuples noirs, planait à Durban où on s’est contenté de mettre en accusation les négriers occidentaux, avec demande de repentance et de réparation.

Les participants ont tout simplement réussi, à occulter le rôle et la responsabilité des nations arabo-musulmanes, dans le martyr des peuples noirs, pendant plus de treize siècles sans interruption. Et dans un mélange des genres hors-sujet, on y a même entendu parler de « crimes sionistes » et comble des paradoxes, de solidarité avec les Palestiniens pourtant descendants de peuples acteurs de la traite négrière arabo-musulmane. C’est entre autres, ce qui a perverti l’esprit de cette rencontre, où devaient être étalées, toutes les vérités, responsabilités et complicités sur les traites négrières et toutes les formes de racisme et d’antisémitisme. Il est cette fois à espérer que cette fois, Genève puisse intégrer - comme la mémoire humaine -, que les horreurs de l’histoire, quels que soient leurs auteurs, ne doivent jamais tomber dans l’oubli.

Source : Marianne
  •   
  •   
  • Publier
    loader
chiche dans AGEAS SA/NV - Il y a 11 ans arrow option
lettre de fortis banque......
Madame XXXX,

Votre compte 210 XXXXXX est actuellement débiteur depuis plus de 3 mois ( à ce jour -XXXEur, origine du solde débiteur 12/01/2009). Auriez-vous l'amabilité de mettre le compte en positif dans les meilleurs délais. D'autre part, il n'y a quasi plus de mouvement créditeur sur ce compte, vos revenus sont-ils versés ailleurs?

Je vous propose de fixer rendez-vous avec votre conseiller Valérie Gentile avec de faire ensemble un tour d'horizon.

En vous remerciant,

XXX, Directeur de l'agence
Fortis Banque

ma réponse :

Madame,

Je viens, à l'instant de faire un virement de XXX euros en direction de ce compte.
Il n'y a plus de mouvement sur ce compte parce que, en tant qu'actionnaire, j'attends le
résultat du vote à l'AG à la fin du mois.
Si la banque passe à BNP, je fermerai mes comptes chez Fortis, comme mon mari, et comme
des milliers d'autres actionnaires le feront.

Je ne pense donc pas que j'aie besoin de rencontrer qui que ce soit de chez vous, en tout cas
avant l'AG. Mes revenus vont bien et sont effectivement versés ailleurs.
Nous sommes, par ailleurs, mon mari et moi, extrèmement mécontents des conseils reçus
dans votre agence. Regardez son compte et dites-moi si vous trouvez normal de lui imposer
un compte Prisma (et les frais qui vont avec) alors qu'il n'y a jamais eu plus de 2 mouvements par mois sur ce compte.

je ne parlerai pas non plus de la façon dont le personnel de Fortis Banque a
traité les petits actionnaires. Si au lieu de nous déblatérer comme des pourvoyeurs de chômage,
le personnel s'était associé aux actionnaires nous serions probablement déjà en standalone dans un projet commun, viable et Belge.
je n'en veux pas au personnel de défendre l'emploi... je leur en veux d'avoir aveuglément suivi les ânes des syndicats et les mensonges de Reynders, alors que vous avez suffisamment de spécialistes dans le personnel justement, pour vérifier que le standalone est viable et probablement plus sûr pour l'emploi.

Désolée, je n'en veux à personne de chez Fortis en particulier, bien évidemment, et sûrement pas
à vous que je ne pense pas connaitre.
Mais je ne pleurerai pas le jour où BNP, malgré ses promesses (toujours pas écrites) virera la moitié du personnel belge. (voir la façon dont Suez a "gardé" ses promesses)
Libre à vous de croire en St Nicolas...

Bien à vous,
XXX XXX aka Spoony
  • 2
  •   
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans CAC 40 - Il y a 11 ans arrow option
Le marché n'aime pas le monde imaginaire...
que notre cher Geithner s'efforce de nous construire.L’histoire dit qu’en moyenne, une baisse de 14 frappe dans les 20 jours après les plus haut (vendredi 17/04) du rallye haussier (ce qui donnerait un S&P à 750 d'ici le 15/05 et un CAC à 2550.Rappelez vous des montagnes russes de 2001/2002. Le Dow, par exemple, est tombé de 9,808 début mai à 7,702 fin juillet. Fin août, il était remonté à 9,053 pour faire une chute à 7,286 en deuxième semaine d'octobre.Ce n'est pas tout. Fin novembre, l'indice était à 9,800 avant de dériver de nouveau à 7,500 en mars 2002. Le marché baissier s’est techniquement achevé en octobre de cette année là et le Dow a pu atteindre les 10,000 avant la mi-décembre. Le timing de la reprise est un autre facteur de doute puisque la période novembre avril est historiquement la saison de l’optimisme or elle est presque achevée sur le niveau de résistance de 8000 (une autre raison de mon changement de position).Wells Fargo, Morgan Stanlay, AT&T, Boeing, Glaxo Smithkline, McDonalds, Altria, Genzyme, Kimberly-Clark, Northrop Grumman, St. Jude Medical, et Ryder Systems publieront aujourd’hui !Les premiers résultats des stress tests de ce vendredi (le reste le 08/05) me permettront de me décider.
Ps : je suis pratiquement le seul à croire qu'on ira pas plus haut que le pic observé le vendredi.
  • 2
  •   
  •   
cisif et 1 autre membre participe à cette discussion
cisif - Il y a 11 ans arrow option
non non t'es pas tout seul
certain auront parlé d'un retracement à 3400 pour le mois de mai/juin.
beaucoup d'incertitude à ce sujet, mais l'hésitation actuelle ,les prises de bénéf des banques qui se sont un peu "refaite", les bad news et puis tout bêtement la REALITE devrait se charger de sacager cette saloperie de cac une fois pour toute, enfin depuis le temps que j'attend ça... vivement les 1800 pts.
  
  
ventfou - Il y a 11 ans arrow option
je pense que tout le monde attend
Cette chute vertigineuse, que les gévintistes s'efforce de retarder ..
je pense cac à 2009 ce serait joli en 2009 non ?
Mais si çà baisse trop ils nous referont un cac avec de nouvelle valeurs..
  
  
Voir les 2 réponses suivantes
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans TECHNICOLOR NR - Il y a 11 ans arrow option
FSI DEJA DANS LE CAPITAL !!
Thomson va céder 1 milliard d'euros d'actifs et renégocie sa dette


Les cessions concernent notamment Grass Valley, fabricant de matériel vidéo professionnel, et Premier Retail Networks, réseau publicitaire sur le lieu de vente. En revanche, l'activité de décodeurs restera dans le périmètre du groupe. Le groupe français est étranglé par une dette de 2,1 milliards d'euros. Le titre chute à la Bourse de Paris.
Thomson tranche à nouveau dans ses métiers, et tente de restructurer une dette qui l'étouffe. Le groupe français de technologie pour les médias, endetté à un niveau record fin 2008, a annoncé jeudi qu'il allait céder des activités représentant environ un milliard d'euros en 2008.

"Nous annonçons aujourd'hui le recentrage de nos activités sur les créateurs de contenu", c'est-à-dire les studios de cinéma et de télévision, "sur la force de la marque Technicolor", a déclaré le nouveau directeur général Frédéric Rose, dans un communiqué.

L'amélioration du bilan financier constituant, selon lui, "le préalable à la mise en oeuvre de cette orientation stratégique", le groupe va engager des discussions avec ses principaux créanciers et des investisseurs. La dette nette s'élevait fin décembre à environ 2,1 milliards d'euros, ce qui pourrait amener le groupe à enfreindre ses clauses bancaires, le plaçant au bord de la faillite. En effet, le groupe précise jeudi avoir engagé des discussions avec certains de ses créanciers obligataires, portant sur des emprunts arrivant à échéance rapprochée, afin "d'éviter qu'ils ne décident de provoquer la déchéance du terme de ces emprunts, laquelle pourrait par ricochet entraîner la déchéance du terme de l'essentiel de la dette non subordonnée du groupe". Thomson avoue que son ratio dette nette sur capitaux propres, tel qu'il ressortira de ses comptes certifiés, publiés fin avril, pourrait "dépasser un".

Le groupe, qui annonce un chiffre d'affaires 2008 en recul de 12,7%, à 4,839 milliards d'euros, a donc en outre décidé de céder "des activités non stratégiques", qui ont représenté environ un milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2008. Ces cessions concernent notamment Grass Valley, qui fabrique du matériel d'équipement vidéo professionnel (caméras...), et Premier Retail Networks (PRN), réseau publicitaire sur le lieu de vente. En revanche, l'activité de décodeurs restera dans le périmètre du groupe.

L'ancien groupe d'électronique grand public n'en finit ainsi plus de se recentrer sur son nouveau coeur de métier, les technologies de l'image. Mi-octobre, il avait déjà annoncé sa décision de restructurer ou d'arrêter des activités non rentables. En Bourse, l'ex-fleuron français des produits bruns ne pèse plus que 350 millions d'euros. La valeur, qui chute fortement ce jeudi matin à la Bourse de Paris, est toutefois sujette à des accès de rebonds spéculatifs, Thomson figurant en tête de liste des groupes industriels susceptibles d'accueillir le Fonds souverain stratégique (FSI) à son capital. Le FSI est d'ailleurs déjà actionnaire de Thomson, l'Etat lui ayant transféré sa participation minoritaire. Le Fonds est par ailleurs présent, dans le secteur, au capital de TDF.
  • 3
  •   
  •   
nell91 et 2 autres membres participent à cette discussion
nell91 - Il y a 11 ans arrow option
oui mais il me semble que l'article date de février, je pense,
je me trompe ?
2
  
faber - Il y a 11 ans arrow option
oui peu recent je pense fevrier
entre temps societe generale a acquis 9,07% du capital a bon compte ( voir tres tres bon compte) en temps que creanciere elle peut ainsi prendre les rennes de thomson, dans ces conditions strategiquement, la societe generale ne se serait pas engagé sur ce terrain si le FSI faisait une entree remarquéé, dans les faits thomson aurait ete placé sous tutelle et contrecarré les projets de socgen. quelles intentions pour socgen, financer thomson ou dementeler les actifs au mieux de ses interets de creancier/actionnaire ???????????????????????? c est un point de vue
Dans ce contexte des plus incertain, je prends mes gains.
  
  
astonlupin - Il y a 11 ans arrow option
Votre opinion?
Quelle est votre opinions pour les investisseurs de TMS à long terme en ce moment?
  
  
Voir les 3 réponses suivantes
  • add_opinion
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
IMMO COMMERCIAL: UNE BOMBE A 60 Milliards de $ ?
L'immobilier commercial bientôt rattrapé par sa dette :

PARIS (Reuters) - Les grands investisseurs immobiliers, cotés ou non, recherchent activement des solutions pour échapper au risque d'insolvabilité alors qu'une partie importante de leur dette accumulée pendant les années d'argent facile arrivera à échéance fin 2009, début 2010.

Cushman & Wakefield, premier groupe de conseil en France à proposer aux acteurs du marché de l'immobilier commercial un service de gestion de leur dette, est assailli de demandes.

"Notre but est de résoudre ce problème de dette avant qu'il ne se transforme en risque d'insolvabilité", a déclaré son président Olivier Gérard lors d'un entretien accordé à Reuters.

"Il y a eu très peu de défauts, mais on pressent que cela viendra. Les échéances arrivent beaucoup fin 2009, début 2010."

Selon les experts, la dette contractée au cours des quatre dernières années d'explosion des volumes investis sur le marché de l'immobilier d'entreprise en France représente environ 60 milliards d'euros, dont la moitié est aujourd'hui à risque.

Avec la récession, les entreprises sont entrées dans une phase active de renégociation à la baisse de leurs loyers, qui devrait accélérer la chute des prix de l'immobilier de bureaux cette année et aggraver le risque de rupture des "covenants" bancaires, voire d'incapacité à payer les intérêts de la dette.

Un "covenant" est une clause d'un contrat de prêt fixant des objectifs dont le non-respect peut entraîner le remboursement anticipé. En l'occurrence, il s'agit d'un seuil pour le ratio dette/valeur des actifs (loan-to-value) qui se situe en général à 70%.

"Le marché est très directement concerné par toutes ces questions: depuis 2006, l'immobilier d'entreprise a été alimenté aux deux tiers par de la dette sur des volumes considérables. La dette a souvent été levée sur une courte période, de trois à cinq ans, et certains dossiers vont arriver à échéance", explique le président de Cushman & Wakefield, qui a racheté fin février le cabinet de conseil sur la dette Resolution Group.

"LES PIRES DIFFICULTÉS"

"En 18 mois, la valeur des actifs en France a baissé de 30% pour les plus haut de gamme et parfois de 50% pour les actifs les plus difficiles. Aujourd'hui, les prêteurs comme les emprunteurs sont inquiets car le taux d'endettement dépasse les seuils fixés", ajoute ce professionnel du marché, qui table sur une accélération de la baisse pour certains actifs cette année.

Pour les foncières cotées, dont le taux de "loan-to-value" se situe en moyenne autour de 45%, "une baisse de 35% du marché immobilier déclencherait la mécanique du 'covenant' à 70% et entraînerait pratiquement tout le secteur dans les pires difficultés", renchérit Pierre Schoeffler, conseiller senior pour l'institut de l'épargne immobilière et foncière (IEIF).

Toutefois, le marché n'a pas encore constaté ces très fortes baisses des valeurs vénales des immeubles de bureaux, les experts n'ayant revu en baisse que de 8% la valeur de ces actifs dans les comptes 2008 des sociétés immobilières, souligne-t-il.

"Il est donc peu probable que la question des covenants devienne aiguë avant le deuxième semestre 2009", relève l'expert.

"Il existe un intérêt assez généralisé sur le marché pour que les valeurs officielles ne baissent pas trop", résume Antoine de Broglie, président du fonds de gestion STAM Europe.

Mais cet ajustement pourrait avoir lieu dès l'été, avec les résultats du premier semestre, et son effet potentiel a été largement anticipé en Bourse en 2008, note Pierre Schoeffler.

LES BANQUES PRÉFÈRENT NÉGOCIER

Depuis l'automne dernier, l'indice SIIC des sociétés foncières françaises cotées en Bourse a perdu près de 40%, en corrélation étroite avec le niveau d'endettement des sociétés.

Confrontées à ces difficultés, les banques ont généralement préféré renégocier les conditions du prêt jusqu'à présent, tout en demandant à l'emprunteur de rajouter des fonds propres.

"On aide les emprunteurs à trouver du cash, soit en arbitrant des actifs, soit en restructurant la dette, en faisant entrer d'autres banques sur le dossier", précise Olivier Gérard.

Peu de banques ont racheté des créances jusqu'ici et contrairement à ce qui s'est passé pendant la précédente crise immobilière des années 1990, les professionnels estiment qu'elles ne seront pas acculées à brader des portefeuilles de créances douteuses immobilières à des fonds opportunistes.

Ils soulignent qu'elles ont généralement été plus prudentes que dans les années 1980, exigeant un minimum de fonds propres de leurs clients pour prêter, entre 15 et 40%.

Ce qui n'empêche pas des opérations au cas par cas, certains investisseurs rachetant leur propre dette par exemple.

Les banques chercheront aussi à éviter à tout prix d'avoir à récupérer les actifs, une option très coûteuse en fonds propres.

"Une des solutions est de déclarer le prêt en défaut et de prendre le contrôle des actifs. Mais en général les banques essaient de l'éviter à tout prix car le coût en capital est énorme", souligne le président de STAM Europe.

Elles pourraient toutefois être amenées à exiger des emprunteurs qu'ils cèdent des actifs pour dégager du cash, ce qui contribuerait à la correction des prix de l'immobilier et relancerait le marché, estime pour sa part Olivier Gérard.
  • 1
  • 2
  •   
faber participe à cette discussion
faber - Il y a 11 ans arrow option
Normal le soleil se leve a l est voir ORCO property
  
  
Voir la réponse suivante
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
SCOOP !!!!
Euronext Informe les investisseurs que le Système Capitaliste est Mort et que leur argent a disparu avec lui ...

Pour tous problèmes veuillez joindre le service réclamation au 00 00 00 00 00

Ou encore sur 3615 tu las dans le fi on

Merci de votre compréhension !
  • 1
  •   
  •   
faber participe à cette discussion
faber - Il y a 11 ans arrow option
le pauvre fi on , deja que c est le soufre douleur de Sarkoleon
qu est ce qu il se prend le bougre
  
  
Voir la réponse suivante
  • Publier
    loader
chiche dans GENERAL - Il y a 11 ans arrow option
Pourra-t-on éviter une révolte ?
Tout le monde ne comprendra pas le report de la dette des banques sur celle des états afin de la faire payer à tous les contribuables. On fait payer très cher les conséquences des escro_queries des banquiers à des innocents (et encore une fois aux plus faibles). Les familles touchées par le chômage et les dettes sont complètement étrangère au milieu financier. Elles finiront par se rebeller. Les banquiers coupables partent avec des fortunes leur permettant d’arrêter de travailler et d’assurer la belle vie à leurs descendances.

Ce qui est en train de se passer est une honte !

Qu’en est-il dans les pays les plus faibles ? Des personnes meurent suite à ces malversations financières. Et les crimes resteraient impunis voire gratifiés par des parachutes dorés ?

On a lancé des pavés pour moins que ça en 68.
  • 4
  • 5
  •   
clownesque et 1 autre membre participe à cette discussion
clownesque - Il y a 11 ans arrow option
Marrant..........................
.....................................d'avoir des propos incendiaires et qui incitent à la révolte quand sa devise est "j'attends de voir", je pense que comme toi chiche beaucoup de gens ont trop attendus, pour voir justement, maintenant que tu as vu comme tout le monde ou mène le laxisme que réclamaient les retraités d'aujourd'hui il y a 40 ans quand ils voulaient refaire le monde, je pense qu'il faut maintenant travailler pour relancer la machine plutôt que balancer des pavés qu'il faudra de toute façon ramasser pour les remettre à leur place.

Il est toujours plus facile de détruire que de construire, ça par contre, je te l'accorde.


bons trads
2
  
moustache - Il y a 11 ans arrow option
Ségolene Royale devrait s’excuser pour l’intempérance et la bêtise de clownesque
2
  
clownesque - Il y a 11 ans arrow option
Si on avait..............................
....................................ségolène à la place de despote 1er, il est vrai que ça irait déjà un peu mieux.

bons trads
  
  
clownesque - Il y a 11 ans arrow option
Définition......................
....................................du mot intempérance : manque de retenue, de modération..........
qu'une personne comme moustache me dise que je fais preuve d'intempérance............ça aussi c'est marrant.......................face à toutes les attaques, insultes, critiques et autres que j'ai reçu, je ne pense pas que l'on peut m'accuser d'intempérance, j'ai des défauts, mais pas celui d'être intempérant, la discrétion et la modération sont deux choses que l'on me reproche ou m'accorde souvent alors l'intempérance........je m'en frise les moustaches.


bons trads
  
  
Voir les 4 réponses suivantes
  • Publier
    loader
chiche dans NICOX SA - Il y a 11 ans arrow option
GROSSE NEWS !!
Nicox vient de compléter sa publication des résultats de l’ACC
On apprend l’impact du Napro sur l'ensemble de la population hypertendus
Les chiffres ne sont pas mauvais

Naproxcinod 750 mg: -4.1 +- 1.2
Naproxcinod 375 mg: -2.6 +-1.3
Naproxen 500 mg: -1.3 +- 1.3
Placebo: -4.6+- 1.4

Napro = Placebo

Bisous aux détracteurs
  • 1
  •   
  • add_opinion
  • Publier
    loader
Calculor - Il y a 11 ans arrow option
c clair, sur ce coup il se plante
  
  
Voir la réponse précédente
chiche - Il y a 11 ans arrow option
Johnny et Laetitia !!!!
Laetitia demande à Johnny :
- "J'aimerais faire un cadeau à mes neveux, mais je ne sais pas quoi !"
Johnny réfléchit et lui dit:
- "Tu donnes 5000 euros au grand"
Laetitia :
- "Et au petit?"
Johnny (en gueulant) :
- "O p'tit qu' 2000 !!!"
2
  
  • Publier
    loader
tribuforex dans EURO / US DOLLAR (EUR/USD) - Il y a 11 ans arrow option
Partagez votre Forex
Bonjour,
Nous venons de lancer le site www.tribuforex.fr
Ce site a pour but principalement le partage de vos analyses graphiques, de vos idées de Trade, de votre Forex.

N'hésitez pas à donner vos avis et commentaires.

Cordialement,
Vincent.
  • 2
  • 1
  •   
chiche et 1 autre membre participe à cette discussion
chiche - Il y a 11 ans arrow option
Nous allons connaître une grande incertitude sur le dollar"
Bernanke va financer 1500MM de TBonds

Pourquoi se pose aujourd'hui la question du rôle du dollar ?

Parce que les Etats-Unis vont devoir placer sur les marchés financiers entre 1 700 et 1 900 milliards de Bons du Trésor. Se posent alors deux questions : combien devront-ils monétiser de bons du Trésor en les faisant racheter par la Réserve fédérale (Fed) et quelle part les pays du Golfe et les Chinois vont pouvoir acheter ? Pour le principe, les Chinois en achèteront sans doute une centaine de milliards mais certainement pas plus. Car ils ont déjà indiqué que les Etats-Unis devaient soit avoir une politique financière beaucoup plus rigoureuse, soit ne plus compter sur la Chine pour acheter leurs bons du Trésor. Nous allons donc connaître une grande incertitude sur le dollar. Le G20 a partiellement rassuré les marchés. Mais à partir de cet été on va commencer à assister à une baisse régulière du dollar. La période où le dollar était la valeur refuge va se terminer.

Quelle est la conséquence de la baisse du dollar pour les autres pays ?

Concrètement ça va nous mettre, nous Européens, dans une situation absolument intenable. L'euro qui est déjà fort (1,32-1,35 dollars) va augmenter. C'est une situation qui ne sera pas supportable par les pays de la zone euro, qui va provoquer des craquements extrêmement brutaux dans les pays les plus vulnérables. Nos possibilités d'exporter vont fondre. A terme l'économie française est visée.

Les pays qui détiennent des quantités considérables de dollars seront aussi touchés. La Chine détient environ 1 900 milliards de dollars de Bons américains, la Russie doit en détenir 270 milliards, Hongkong détient 150 milliards de réserves dont une bonne partie de bons du Trésor américain. Ils auront le sentiment très net qu'il va falloir quitter le dollar, car ils seront menacés.

Je ne pense pas que cette chute du dollar va se transformer en une déroute complète qui amènerait l'euro à plus de 2 dollars, etc. Mais il suffit que les Chinois décident de faire monter la part de l'euro et faire baisser la part du dollar dans leurs réserves pour que cela ait des conséquences extrêmement importantes.

On va tout droit vers une fragmentation du système monétaire d'ici à 2010-2011. C'est-à-dire que les différents pays vont établir leur monnaie en monnaie de réserve. Ce sera le cas du yuan, du rouble, de l'euro et du dollar. L'euro va continuer à fonctionner mais de manière résiduelle. Il servira de monnaie de réserve pour les pays de l'Europe, qui seront relativement contents de pouvoir s'y accrocher chacun à sa façon. D'autres monnaies vont s'accrocher au rouble, au yuan (les monnaies de Corée, du Vietnam, de Malaisie, de Thaïlande). La Corée achète déjà de la dette chinoise. On va donc arriver à une fragmentation de la globalisation.

A quoi ressemblerait un monde sans dollar ?

Ce serait la mise en place d'une monnaie internationale de réserve qui n'est la monnaie d'aucun pays et la monnaie de tous suivant la formule établie. Cette monnaie serait gérée soit par un FMI modifié, soit par un autre comité quelconque. Mais je ne vois pas cette solution à court terme.

Ça peut être la proposition des Chinois et des Russes d'utiliser les droits de tirages spéciaux (DTS) du FMI [leur valeur est déterminée à partir d'un panier de monnaies]. Mais le problème est que, comme tout le monde le sait, les Etats-Unis ne veulent sous aucun prétexte de cette solution, déjà proposée par la France en 1964. Car ils veulent conserver aussi longtemps qu'ils le peuvent le dollar comme devise de référence.

Dans une période transitoire de cinq à dix ans vont donc se multiplier les monnaies de réserve. A terme ces monnaies de réserves régionales doivent donner naissance à des zones régionales commerciales, vouées à se développer dans les deux-trois ans à venir. Les monnaies régionales vont fonctionner avec un risque d'instabilité monétaire forte et donc un risque d'instabilité économique.
  
  
profitable - Il y a 11 ans arrow option
Pas simple
Monnaie de Réserve
Posté le 18/04/2009 à 13:35 - Lu 27 fois

PAR CHARLES GAVE* | JDF HEBDO | 10.04.2009 |
Le gouverneur de la Banque centrale de Chine vient de publier un article expliquant qu'il fallait réfléchir à une meilleure organisation du système des paiements internationaux et peut-être renforcer le rôle des droits de tirage spéciaux (DTS). Le président russe attrape la balle au bond et demande que le rôle du dollar comme monnaie de réserve soit réduit et que l'on utilise des DTS.

Gros émoi dans les chaumières : le dollar va-t-il perdre son statut de monnaie de réserve, comme la livre autrefois ? La puissance des Etats-Unis va-t-elle enfin être bridée ?
Pour répondre à cette question, il va nous falloir définir tout d'abord les raisons qui amènent un pays à avoir des réserves de change.

Un pays a besoin de réserves de change au cas où il faudrait soit financer pendant quelque temps un déficit du commerce extérieur et/ou si une quelconque catastrophe se produisait, tsunami, hausse inattendue du prix des matières premières (pétrole par exemple), ou, plus souvent, guerre avec un pays voisin (nous y reviendrons). Les réserves de change, c'est un peu l'épargne de précaution du pays.

Il est d'usage que ces réserves de change représentent entre trois et six mois d'importations. Tous les pays ont donc des réserves de change qui représentent entre trois et six mois de leurs importations. Ce qui revient à dire qu'à tout moment il y a entre trois et six mois de la valeur du commerce mondial bloqués en réserves de change dans l'ensemble des pays du monde, ce qui représente des sommes gigantesques (6.000 milliards de dollars environ).

Cela nous amène immédiatement à la question suivante. Ces réserves de change sont bien dans la monnaie de quelqu'un d'autre, et il faut donc bien qu'elles aient été « gagnées » sur ce quelqu'un.

Si la Thaïlande a une balance commerciale excédentaire, cela veut dire que quelqu'un ailleurs a une balance commerciale déficitaire. Le pays qui fournit aux autres des réserves, le pays qui contrôle la monnaie de réserve doit donc accepter d'avoir sans arrêt des déficits extérieurs, faute de quoi nous n'avons pas assez de liquidités et la croissance du commerce mondial s'arrête net. Les déficits du commerce extérieur américain sont la source de la croissance du commerce mondial.

Ces réserves de la Thaïlande ou de la Chine doivent être investies dans leur pays d'origine, ce qui suppose que ce pays ait des marchés financiers profonds, liquides et une totale sécurité juridique.

Enfin ce pays doit présenter quelques caractéristiques supplémentaires :
• il doit accepter d'avoir des déficits extérieurs structurels (pas d'obsession avec une balance commerciale excédentaire, pas de protectionnisme) ;
• il doit être dominant scientifiquement, pour qu'en cas de guerre vous puissiez y acheter les meilleures armes ;
• il doit être dominant militairement et contrôler les mers et les airs pour pouvoir livrer ces armes ;
• il doit être dominant agriculturellement pour qu'en cas de besoin vous puissiez y acheter de la nourriture pour votre population ;
• enfin, il doit être dominant financièrement pour que les réserves de change puissent y être investies et qu'en cas de besoin je puisse émettre rapidement des obligations pour financer une guerre ou une reconstruction ;
• il doit offrir une sécurité juridique absolue aux placements étrangers.

Faisons le tour des pays qui possèdent ces caractéristiques.

Au XIXe la Grande-Bretagne, depuis 1945 les Etats-Unis.

Bref, le dollar US continuera à fluctuer en fonction des besoins du commerce international, c'est certain. Mais je ne m'attends pas de mon vivant à ce que son rôle de monnaie de réserve soit remis en cause, et c'est tant mieux.
  
  
Voir la réponse suivante
  • add_opinion
  • Publier
    loader
Voir la suite