Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Des villageois tués dans un "massacre" dans l'ouest de l'Éthiopie, selon un groupe de défense des droits.

05/07/2022 | 12:14

Un nombre inconnu de villageois ont été tués dans un massacre à motivation ethnique dans l'ouest de l'Éthiopie, a déclaré l'organisme de défense des droits du pays, alors que les forces fédérales tentent de stabiliser la région après une tuerie de masse à la mi-juin.

La région d'Oromiya, où les Amhara constituent un groupe ethnique minoritaire, connaît des spasmes de violence depuis de nombreuses années, enracinés dans des griefs concernant la marginalisation politique et la négligence du gouvernement central.

Les meurtres ont eu lieu lundi dans deux villages de Kellem Wollega, à environ 400 km (250 miles) à l'ouest de la capitale Addis Abeba, a déclaré la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC), nommée par l'État.

Elle a accusé l'Armée de libération oromo (OLA), un groupe dissident interdit d'un parti d'opposition, d'être responsable de ces meurtres. L'OLA a nié cette accusation et a rejeté la responsabilité sur des groupes paramilitaires.

Reuters n'a pas été en mesure de vérifier immédiatement les affirmations des deux parties.

Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a imputé à l'OLA la responsabilité des attaques, qu'il a également qualifiées de "massacre".

Le porte-parole de l'OLA, Odaa Tarbii, a rejeté ces accusations, affirmant que les milices alliées au gouvernement étaient responsables du massacre, tandis que les troupes fédérales récemment déployées dans la région n'ont rien fait pour l'arrêter.

"L'accusation du premier ministre est une tentative du régime de détourner l'attention du fait qu'il a du mal à maintenir l'ordre dans ses propres forces", a déclaré Odaa à Reuters.

Le porte-parole du gouvernement éthiopien, Legesse Tulu, a déclaré que l'OLA tentait de rejeter la faute sur le gouvernement, qualifiant cette tactique de "tout groupe terroriste utilise pour cacher ses mauvaises actions".

Il n'a pas fourni de détails sur les victimes.

Le porte-parole de l'administration régionale d'Oromiya n'a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

Environ 340 personnes ont été tuées dans la même région le mois dernier, selon le porte-parole d'Abiy, sur fond d'accusations de culpabilité de la part du gouvernement et de l'OLA.

L'EHRC a appelé à une stabilisation immédiate de la zone.

"L'insécurité persistante dans la région et ce qui semble être le meurtre ethniquement ciblé de résidents doivent cesser immédiatement", a déclaré Daniel Bekele, le chef de l'EHRC dans une déclaration tard lundi.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
11:26Un navire affrété par l'ONU en Ukraine se prépare à faire route vers l'Afrique
ZR
11:18France-La pluie apporte un léger répit sur le front des incendies
RE
11:07Aux Etats-Unis, employeur cherche salarié, désespérément
AW
09:59La rotation des troupes de l'ONU au Mali reprendra lundi
ZR
09:57Un homme arrêté après des coups de feu à l'aéroport de Canberra
RE
09:52Israël-Sept blessés dans l'attaque d'un autobus à Jérusalem
RE
07:47Réactions au décès du milliardaire indien Rakesh Jhunjhunwala
ZR
07:11Revue de presse du dimanche 14 août 2022
AW
06:49Israël-Sept blessés dans l'attaque d'un autobus à Jérusalem
RE
06:02Le milliardaire indien Rakesh Jhunjhunwala meurt à 62 ans, selon les médias
ZR
Dernières actualités "Economie & Forex"