Anthony BONDAIN

Rédacteur en Chef
Suivre
Suivre sur
Parce que les informations financières se consomment comme les viennoiseries, chaudes et à l'heure du petit déjeuner, Anthony Bondain se lève à l'aube pour vous servir le Morning Meeting tous les matins.
Journaliste financier et boursier depuis plus de deux décennies, inimitable éditorialiste et leader flegmatique, il est rédacteur en chef de ZoneBourse.

Bourse de Paris : En quête d'apothéose

29/12/2021 | 09:03
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email

La fin de l'année boursière 2021 coïncidera avec celle de l'année civile cette année. Beaucoup d'indices sont au plus haut ou presque, malgré la nouvelle vague de coronavirus qui s'étend actuellement. La question qui se pose désormais n'est pas "y'aura-t-il de la neige à Noël" (il pleut d'ailleurs des cordes à Annecy ce matin, saleté de réchauffement climatique) mais plutôt "y'aura-t-il encore le covid à Noël 2022 ?". Paradoxalement, les investisseurs auront encore connu une année faste : il suffisait de suivre le troupeau pour afficher des performances exceptionnelles.

J'avais promis à mon collègue Jordan Dufee de ne pas l'abandonner plus d'une semaine avec la chronique quotidienne de Zonebourse, qui nécessite un réveil déraisonnablement matinal pour quelqu'un qui voudrait, au choix : passer une soirée au restaurant, regarder plus d'un épisode de série sans piquer du nez ou se coucher plus tard que sa progéniture. Me voilà donc de retour après avoir, je touche du bois, évité la contamination de Noël. Histoire de prendre la température de l'actualité après ces quelques jours de coupure, j'ai commencé dès hier soir à rédiger le texte que vous êtes en train de lire.

J'ai commencé par compulser la presse dite de référence. Laquelle barrait généralement sa "une" avec le décès de Grichka Bogdanoff. La surprise passée, je me suis dit que, finalement, il ne s'était peut-être pas passé grand-chose ces derniers jours. Confirmation avec la presse financière anglosaxonne, puisque l'article le plus lu du Wall Street Journal hier soir traitait des médecins américains qui conseillent aux candidats à la chirurgie esthétique de ne pas se faire vacciner à proximité de l'intervention pour éviter de gonfler (sic). Le vaccin ou le botox, le choix est cornélien.

Ce qui gonfle aussi, en dépit de la flambée des contaminations au coronavirus, ce sont les indices boursiers. S'il fallait chercher la population la mieux immunisée contre la pandémie, celle des actions cotées serait assurément aux avant-postes. Le CAC40 est au firmament depuis la clôture de la veille, rejoignant le S&P500 américain qui a signé son pic historique lundi. A ce propos, Hermès n'est plus la valeur du CAC40 la plus prolifique de l'année 2021. Elle vient d'être dépassée par la Société Générale, à créditer d'un bond de 76% en 2021. Comme le dirait sûrement mon voisin Emile, peu avare en bons mots, quand la Société Générale mène le bal, l'année n'est pas banale. Ou quelque chose d'approchant.

Plus sérieusement, le mythique rallye de fin d'année a encore frappé, malgré un contexte sanitaire redevenu pesant. 2021 touche à sa fin pour les marchés financiers. Les indices évoluent toujours sur ou proches de leurs lignes de crètes respectives, hormis pour certains d'entre eux, notamment en Asie. Une région où la Chine s'agite pas mal dernièrement, par le biais de sa banque centrale. Ainsi le taux d'emprunt interbancaire au jour le jour est-il descendu à son plus bas niveau depuis 11 mois, depuis que la PBOC a renforcé ses injections de liquidités. Cela fait désormais huit jours consécutifs que la banque centrale accroît les montants mis en jeu, ce qui devrait permettre de mettre de l'huile dans des engrenages économiques chinois qui ont tendance à frotter depuis plusieurs mois. Le réveil chinois est l'un des scénarios porteurs qui figurent en bonne place chez les bookmakers financiers pour 2022.

Hier soir, Wall Street a terminé en ordre dispersé, avec un Nasdaq qui a perdu 0,5%, tandis que le S&P500 cédait quelques points après ses records et que le Dow Jones, aidé par la "vieille économie" (Walt Disney, The Boeing Company et Walmart) gagnait du terrain. Les indicateurs avancés du jour sont mitigés en Europe et légèrement haussiers aux Etats-Unis à l'heure où ces lignes sont écrites. Le CAC40 perdait 0,07% à 7173 points peu après l'ouverture.

Pour les nostalgiques du siècle dernier et des frères Bogdanoff, la première de Temps X, archivée par l'INA, le 21 avril 1979.

Les temps forts économiques du jour

Aux Etats-Unis, les stocks des grossistes de novembre (14h30) seront suivis par les chiffres de l'immobilier ancien de novembre (16h00) et pas les stocks pétroliers hebdomadaires du DoE (16h30).

La paire euro / dollar évolue à 1,1305 USD. L'once d'or est stable à 1806 USD, tandis que le baril de pétrole recule légèrement à 76 USD le WTI et 79 USD le Brent. Le rendement du T-Bond ressort à 1,47% sur 10 ans, sans grand changement. Le bitcoin se reprend légèrement après une glissade à 48 000 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • Néant

En France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • Teleperformance achète Senture, un spécialiste de la gestion des processus métiers auprès des administrations aux États-Unis.
  • Neoen met en service le Bulgana Green Power Hub, dans l'État de Victoria, en Australie.
  • Figeac Aero et EO2 ont publié leurs comptes.

Dans le monde

Annonces importantes (et autres)

  • La capitalisation de Ford dépasse celle de General Motors pour la première fois en cinq ans.
  • Anglo American confirme des discussions préliminaires avec Vale pour développer conjointement la mine de fer Serpentina du brésilien.
  • Apple va payer un bonus exceptionnel de 180 000 USD à ses cadres technologiques clefs pour qu'ils ne partent pas voir ailleurs.
  • Elon Musk poursuit ses cessions de titres Tesla, cette fois pour 1 Md$.
  • Darling Ingredients rachète Valley Proteins pour environ 1,1 Md$.
  • Frasers a proposé d'acheter le détaillant britannique Footasylum au président exécutif de JD Sports Fashion, selon le Sunday Times.
  • Rivian reporte à 2023 les livraisons de pick-up et de SUV équipés de grosses batteries.
  • Raiffeisen va facturer les taux négatifs aux PME le 1er janvier.
  • Iberdrola renforce sa présence en Pologne.

Lectures


© Zonebourse.com 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Recevoir par email
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ANGLO AMERICAN PLC 1.93%3418.5 Cours en différé.11.02%
APPLE INC. -1.07%145.54 Cours en différé.-18.04%
DARLING INGREDIENTS INC. -1.03%76.54 Cours en différé.11.62%
EO2 -1.29%4.6 Cours en temps réel.-7.91%
FIGEAC AÉRO 0.00%5.3 Cours en temps réel.-11.67%
FORD MOTOR COMPANY -3.33%13.05 Cours en différé.-37.17%
FRASERS GROUP PLC 0.73%692 Cours en différé.-10.89%
GENERAL MOTORS COMPANY -2.90%37.1 Cours en différé.-36.72%
HERMÈS INTERNATIONAL 2.82%1095 Cours en temps réel.-30.66%
IBERDROLA, S.A. 1.02%10.895 Cours en différé.3.60%
JD SPORTS FASHION PLC 1.88%133.1 Cours en différé.-40.01%
NEOEN 0.64%37.7 Cours en temps réel.-1.83%
RAIFFEISEN BANK INTERNATIONAL AG 3.48%12.48 Cours en différé.-53.32%
RIVIAN AUTOMOTIVE, INC. -6.89%24.86 Cours en différé.-76.02%
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 3.25%23.97 Cours en temps réel.-23.16%
TELEPERFORMANCE SE 0.39%312.1 Cours en temps réel.-20.69%
TESLA, INC. -5.88%724.37 Cours en différé.-31.46%
THE BOEING COMPANY -2.48%124.05 Cours en différé.-36.82%
VALE S.A. 2.99%80.14 Cours en différé.-0.19%
WALMART INC. 0.11%148.21 Cours en différé.2.32%
WALT DISNEY COMPANY (THE) -2.00%105.18 Cours en différé.-30.71%
Plus d'actualités
A la recherche du point de bascule
A la recherche du point de bascule
Atterrissage brutal en Chine
Atterrissage brutal en Chine
Ça va piquer, mais on n'a pas le choix
Ça va piquer, mais on n'a pas le choix