Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Iran-Obama menace les entreprises qui violeraient les sanctions

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
11/02/2014 | 23:41

WASHINGTON, 11 février (Reuters) - Barack Obama a fermement mis en garde mardi les entreprises qui seraient tentées de faire des affaires avec l'Iran alors que les sanctions internationales contre Téhéran sont toujours en vigueur.

En vertu de l'accord préliminaire conclu en novembre entre entre l'Iran et six grandes puissances dont les Etats-Unis, la République islamique, soupçonnée de mener un programme nucléaire militaire, s'est engagée à suspendre certaines de ses activités en échange d'un allègement des sanctions.

Depuis lors, Washington a répété à plusieurs reprises que cet accord n'autorisait pas les entreprises à contourner les sanctions toujours en vigueur.

C'est ce que Barack Obama a tenu à souligner avec vigueur mardi lors d'une conférence de presse commune à la Maison blanche avec le président français François Hollande, en visite d'Etat aux Etats-Unis.

"Les sociétés peuvent bien chercher à savoir comment ne pas être prises de vitesse si un accord définitif est trouvé un jour (avec l'Iran)", a dit le président américain.

Mais si elles font maintenant des affaires avec l'Iran alors que les sanctions sont encore en vigueur, "elles le font à leurs risques et périls, parce que nous tomberons sur elles avec le poids d'une tonne de briques...", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a critiqué la visite en début de semaine dernière à Téhéran d'une centaine d'hommes affaires français.

Il a appelé son homologue français Laurent Fabius pour lui dire qu'il jugeait malvenue cette initiative car elle pourrait laisser croire à une normalisation entre la communauté internationale et la République islamique, ce qui n'est pas le cas.

Mardi à la Maison blanche, François Hollande a tenu à dire qu'il avait rappelé à cette délégation d'entrepreneurs français, qui sont libres d'organiser les visites qu'ils veulent, que les sanctions contre la République islamique étaient toujours en vigueur. (Jeff Mason et Steve Holland, avec Bill Trott, Roberta Rampton, Mark Felsenthal; Guy Kerivel pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
07:28BioMérieux obtient le marquage "CE" pour le panel respiratoire Biofire 2.1 plus
DJ
07:09Jour décisif pour Apple dans son litige avec l'UE sur les impôts irlandais
RE
07:05JAPON : La BoJ maintient ses prévisions prudentes et sa politique monétaire
RE
06:57Une partie du personnel du New York Times quittera Hong Kong pour Séoul
RE
06:44Trump met fin au statut spécial de Hong Kong, Pékin promet des représailles
RE
06:44Près de 9 milliards d'humains en 2100, 2 milliards de moins qu'estimé par l'ONU
AW
06:41CORONAVIRUS : progrès vers un vaccin aux Etats-Unis, reconfinement massif en Inde
AW
06:38BANQUE DU JAPON : statu quo monétaire, prévisions économiques 2020/21 dégradées
AW
06:21Mercredi 15 juillet 2020 - Service Basic d'AWP
AW
05:36Coronavirus-Trois décès supplémentaires recensés en Allemagne
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"