Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

TOTALENERGIES SE

(TTE)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Total : Iran-Macron exclut toute guerre commerciale avec les Etats-Unis

17/05/2018 | 17:57
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

* L'Iran domine les échanges au sommet européen de Sofia

* La France écarte des mesures de représailles

* La situation favorise Pékin et Moscou-Macron (Actualisé avec autres déclarations, contexte)

SOFIA, 17 mai (Reuters) - Une "guerre stratégico-commerciale" avec les Etats-Unis sur l'Iran serait contre-productive, a estimé jeudi Emmanuel Macron, écartant toute idée de représailles contre Washington, dont la décision de sortir de l'accord sur le nucléaire menace les entreprises européennes présentes sur le sol iranien.

Les Européens, au premier rang desquels la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, sont engagés depuis une semaine dans une offensive diplomatique pour tenter de préserver les intérêts de leurs entreprises présentes dans la République islamique et sauver l'accord de 2015.

Cette question a dominé les échanges entre les 28 dirigeants européens réunis à Sofia pour un sommet entre l'UE et les Balkans occidentaux et qui ont affiché leur "unité" face à cette décision unilatérale des Etats-Unis.

"Nous avons collectivement confirmé la volonté européenne de préserver les bénéfices de l'accord y compris pour l'Iran et de protéger les intérêts légitimes de nos entreprises", a dit le président français lors d'une conférence de presse.

Pour autant, "on ne va pas devenir les alliés de l'Iran contre les Etats-Unis d'Amérique", a-t-il souligné. "Nous n'allons pas enclencher une guerre stratégico-commerciale avec les Etats-Unis sur le cas de l'Iran".

"On ne va pas sanctionner ou contre-sanctionner des entreprises américaines pour répondre sur ce sujet-là, ça n'aurait pas de sens, y compris géopolitiquement par rapport à ce que nous voulons faire, parce que l'objectif final est quand même d'avoir cet accord large et d'obtenir une signature américaine".

Cet "accord large", proposé par Emmanuel Macron lors de sa visite à Washington fin avril et qui vise à couvrir la question du nucléaire iranien après 2025, le programme balistique et l'influence régionale de l'Iran, a été accepté sur le principe par Donald Trump.

NE PAS CONTRAINDRE LES ENTREPRISES

La marge de manoeuvre de Européens face aux Etats-Unis s'annonce toutefois étroite et plusieurs diplomates ne cachaient pas leur pessimisme ces derniers jours.

A Bruxelles, les choses se mettent en place - la Commission européenne va entreprendre vendredi l'activation de la "loi de blocage" censée protéger les entreprises européennes des sanctions que les Etats-Unis s'apprêtent à réinstaurer.

Ce mécanisme, datant de 1996, permet aux entreprises et tribunaux européens de ne pas se soumettre à des réglementations relatives à des sanctions prises par des pays tiers. Les gouvernements de l'Union la considèrent toutefois plus comme une arme politique que comme un instrument juridique pratique car elle est assez vague et difficile à mettre en oeuvre.

L'inquiétude des entreprises ne faiblit pas. Total a annoncé mercredi qu'il pourrait ne pas poursuivre son projet South Pars 11 (SP11) et mettre fin à toutes les opérations qui y sont liées, "à moins qu'une dérogation propre au projet ne soit accordée par les autorités américaines, avec le soutien des autorités françaises et européennes".

"Nous n'allons pas contraindre des entreprises à rester", a déclaré Emmanuel Macron. "Le président de la République n'est pas de PDG de Total, ce que je souhaite c'est que les entreprises aient la garantie par rapport à la pertinence du marché iranien de rester ou pas."

Il n'en reste pas moins que la décision américaine risque de favoriser les positions russe et chinoise dans la région, a reconnu le chef de l'Etat.

"Est-ce que l'Europe a intérêt et peut agir aussi vite sur le plan commercial et économique dans la région? Non, pour une raison simple, nous, nous sommes des partenaires de l'économie mondiale", a-t-il dit. "Nous avons un partenariat avec les Etats-Unis, ils sont en désaccord sur ce sujet avec nous, est-ce que pour autant il faut déchirer ce partenariat et dire nous allons avoir une stratégie à la russe ou à la chinoise ? C'est évidemment ridicule".

"Donc oui, à court terme, il se peut que ce soient les entreprises chinoises et russes qui sur ce marché soient avantagées, mais moi, ma priorité n'est pas commerciale et financière, sur le marché iranien, elle est géopolitique, elle est d'éviter une escalade et d'aider à ouvrir l'économie de la société iranienne", a-t-il ajouté. (Gabriela Baczynska et Andreas Rinke, avec Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier à Paris, édité par Yves Clarisse)


© Reuters 2018
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TOTALENERGIES SE
11:25TOTALENERGIES : Goldman Sachs maintient sa recommandation à l'achat
ZD
10:37TOTALENERGIES : JP Morgan n'est plus à l'achat
ZD
09:51BOURSE DE PARIS : Paris poursuit dans le vert pour clore la semaine
AW
09:30L’impact de la rotation du capital sur les rendements
09:08BOURSE DE PARIS : Même pas peur des quatre sorcières
08:25AVIS D'ANALYSTES DU JOUR : TotalEnergies, Renault, Rothschild, Lonza, Ferrari, G..
07:46Le point sur les changements de recommandations à Paris
RE
16/09TotalEnergies renoue avec les bénéfices au premier semestre
MT
16/09TOTALENERGIES : Deutsche Bank favorable sur le dossier
ZD
15/09Les marchés européens freinent, Wall Street retrouve la bonne humeur
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TOTALENERGIES SE
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 184 Mrd - 156 Mrd
Résultat net 2021 13 378 M - 11 360 M
Dette nette 2021 34 552 M - 29 339 M
PER 2021 9,30x
Rendement 2021 6,97%
Capitalisation 120 Mrd 120 Mrd 102 Mrd
VE / CA 2021 0,84x
VE / CA 2022 0,85x
Nbr Employés 105 476
Flottant 93,6%
Graphique TOTALENERGIES SE
Durée : Période :
TotalEnergies SE : Graphique analyse technique TotalEnergies SE | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique TOTALENERGIES SE
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 25
Dernier Cours de Cloture 45,55 $
Objectif de cours Moyen 57,32 $
Ecart / Objectif Moyen 25,8%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Patrick Pouyanné Chairman & Chief Executive Officer
Jean-Pierre Gerard Claude Sbraire Chief Financial Officer
Marie-Noelle Semeria Chief Technology Officer
Patrick Artus Independent Director
Marie-Christine Coisne-Roquette Lead Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
TOTALENERGIES SE9.69%120 271
SAUDI ARABIAN OIL COMPANY0.43%1 873 518
PETROCHINA COMPANY LIMITED58.33%159 504
ROYAL DUTCH SHELL PLC18.38%156 487
PUBLIC JOINT STOCK COMPANY GAZPROM59.58%110 526
EQUINOR ASA44.15%77 088