Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

Big Pharma pourrait devoir révéler les accords gouvernementaux dans le projet de règles de l'OMS en cas de pandémie

17/11/2022 | 19:09
A logo is pictured on the headquarters of the WHO in Geneva

Les entreprises pharmaceutiques pourraient être obligées de divulguer les prix et les accords conclus pour tous les produits qu'elles fabriquent pour lutter contre les futures pandémies, selon de nouvelles règles élaborées par l'Organisation mondiale de la santé et examinées par Reuters.

Une version préliminaire de l'accord de l'OMS sur la pandémie, qui, espère-t-elle, sera adoptée par les 194 pays membres de l'agence sanitaire des Nations Unies, demande que les entreprises soient obligées de révéler les conditions de tout contrat de marché public. [L1N32D1U4]

Il stipule que le financement public du développement de vaccins et de traitements devrait être plus transparent et inclure des dispositions visant à garantir que les produits qui en résultent soient distribués de manière équitable dans le monde.

L'objectif de ce pacte, communément appelé traité sur les pandémies, est d'éviter que la prochaine pandémie soit aussi dévastatrice que COVID-19 et d'améliorer la réponse mondiale qui a laissé de nombreux pays parmi les plus pauvres du monde sur le carreau.

Pendant la pandémie, de nombreux accords conclus par les gouvernements avec les entreprises pharmaceutiques sont restés confidentiels, ce qui leur laisse peu de marge de manœuvre pour demander des comptes aux fabricants de médicaments.

Un porte-parole de l'OMS a déclaré que ce sont les États membres qui conduisent le processus actuel vers un nouvel accord.

"Le processus est ouvert, transparent, et avec la contribution d'autres parties prenantes, y compris toutes les parties prenantes et le public intéressés, qui peuvent soumettre des commentaires lors de consultations publiques."

L'accord est à un stade précoce et est susceptible de changer au cours des négociations avec les États membres et les autres parties prenantes. Le projet leur sera présenté dans son intégralité lors d'une réunion vendredi, après avoir été diffusé plus tôt dans la semaine.

Le document reste vague sur ce qui se passerait si les pays qui s'engagent ne respectent pas ses règles et si les entreprises ne s'y conforment pas. L'agence des Nations Unies ne peut pas forcer les entreprises à suivre ses règles.

La proposition pourrait également se heurter à la résistance de l'industrie pharmaceutique après sa course fulgurante pour développer des vaccins et des traitements, qui ont été des outils essentiels pour contrôler le virus qui a tué plus de 6,5 millions de personnes dans le monde.

Pfizer et ses partenaires BioNTech, Moderna et AstraZeneca ont testé, développé et lancé des vaccins moins d'un an après la première apparition du virus en Chine en décembre 2019.

Thomas Cueni, directeur général de la Fédération internationale de l'industrie du médicament (FIIM), a déclaré que le projet constituait une "étape importante", mais a ajouté qu'il était important de ne pas compromettre la manière dont les entreprises pharmaceutiques innovent et protègent leur propriété intellectuelle (PI).

Le projet reconnaît l'importance de la PI mais indique qu'il doit y avoir de meilleurs mécanismes pour partager l'expertise afin que davantage d'entreprises puissent produire des vaccins et des médicaments pendant une crise.

"Si le projet était mis en œuvre tel qu'il est rédigé aujourd'hui, il est fort probable qu'il saperait plutôt qu'il ne faciliterait notre capacité collective à développer rapidement et à intensifier les contre-mesures et à en assurer l'accès équitable", a ajouté M. Cueni.

Le projet de document propose également un mécanisme d'examen par les pairs pour évaluer la préparation des pays aux pandémies, ainsi qu'une meilleure couverture sanitaire universelle, un financement national plus important pour la prévention et la lutte contre les pandémies, et un meilleur accès de l'OMS pour enquêter sur les origines des épidémies.

Lawrence Gostin, professeur à Georgetown Law à Washington D.C. qui suit l'OMS, a déclaré que l'accord pourrait changer la donne et remédier à la thésaurisation "inadmissible" de vaccins observée lors du COVID-19.

"Le projet est en fait d'une grande portée et audacieux - les obstacles sont toutefois l'opposition politique et le retour de bâton de l'industrie", a-t-il déclaré.

UN LONG CHEMIN À PARCOURIR

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a décrit le traité comme une occasion unique de renforcer les règles sanitaires mondiales.

La constitution de l'agence des Nations unies lui confère des pouvoirs considérables pour conclure des accords internationaux, mais en 74 ans d'existence, elle ne l'a fait qu'une seule fois, sous la forme du traité sur le tabac de 2005.

Les négociations sur le pacte ont débuté en février et ont franchi une étape importante en juillet lorsque les pays ont accepté de rendre le nouvel accord juridiquement contraignant malgré les réserves antérieures de Washington. La prochaine réunion officielle du conseil d'administration aura lieu en décembre, mais la route sera longue : l'accord ne devrait pas être adopté avant 2024 au plus tôt.

"Certaines des discussions à venir vont devenir inconfortables", a déclaré un diplomate occidental, faisant référence aux questions relatives à la propriété intellectuelle et à la transparence des prix.

Mais ils ont déclaré qu'il y avait un véritable intérêt à obtenir un accord de la part de certaines grandes puissances. "Il y a un appétit pour explorer les questions, y compris les plus difficiles".


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ASTRAZENECA PLC -0.29%10250 Cours en différé.-8.36%
BIONTECH SE 0.94%144.4 Cours en différé.-4.77%
MODERNA, INC. 1.18%176.35 Cours en différé.-2.96%
PFIZER, INC. 0.84%44.34 Cours en différé.-13.82%
Dernières actualités "Économie"
02:06Tokyo dans le vert après le bond du Nasdaq à Wall Street
AW
02:01Le dollar grimpe alors que les banques centrales voient les risques d'inflation se dissiper
ZR
01:27Le Vénézuélien Maduro se plaint des autorisations américaines sans argent liquide
ZR
01:26Le président brésilien Lula dit qu'il pourrait revoir l'autonomie de la banque centrale après la fin du mandat de l'actuel directeur.
ZR
01:24Les USA disent qu'un présumé "ballon espion" chinois survole leur territoire
RE
01:07Avec un rare voyage en Chine, Blinken vise à stabiliser une relation difficile.
ZR
01:06Allemagne-Des enfants percutés par un train, un mort
RE
00:56Macron a dit à Netanyahu son "inquiétude" sur la situation en Cisjordanie et Israël
RE
00:46Emmanuel macron a fait part au premier ministre israélien de la…
RE
00:46Il a rappelé l'attachement de la france au statu quo historique…
RE
Dernières actualités "Économie"