Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Des villes européennes et asiatiques parmi les plus chères

22/06/2021 | 06:35
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Paris (awp/afp) - Les villes européennes et est-asiatiques sont montées en 2021 dans le classement des villes les plus chères pour les expatriés, en raison de la faiblesse du dollar, selon l'enquête annuelle publiée mardi par le cabinet Mercer.

La capitale du Turkménistan, Achkhabad, qui compte peu d'expatriés, passe de la deuxième place l'an dernier à la première en raison d'une "forte inflation locale", a expliqué à l'AFP Jean-Philippe Sarra, responsable de la mobilité internationale au sein de Mercer France.

Hong Kong, où le logement est très cher, passe du 1er au 2e rang tandis que Beyrouth, 45e l'an dernier, bondit à la troisième place en raison de l'inflation provoquée par la crise économique, la pandémie de Covid-19 et les explosions qui ont en partie détruit le port de la capitale libanaise le 4 août 2020, a détaillé M. Sarra.

Parmi les dix villes du monde les plus chères pour les expatriés, on trouve encore Tokyo (4e), Shanghai (6e), Singapour (7e), et Pékin (9e), ainsi que, pour l'Europe, trois villes suisses: Zurich (5e), Genève (8e) et Berne (10e).

Londres est 18e et Paris se hisse de la 50e à la 33e place en raison de la force relative de l'euro par rapport au dollar.

Aux Etats-Unis, la ville la plus chère, New-York, tombe de la 6e à la 14e place, suivie par Los Angeles (20e) et San Francisco, qui passe du 16e au 25e rang.

Les villes indiennes reculent au classement, Mumbai (Bombay) passant de la 60e à la 78e place, en raison de l'affaiblissement de la roupie par rapport au dollar.

Mercer a par ailleurs constaté une baisse des expatriations pour des raisons pratiques et financières liées à la crise du Covid-19.

Sur le long terme, on constate une "baisse des expatriations traditionnelles pour une durée de 3 à 5 ans" en famille, explique le responsable de Mercer.

Se développent au contraire des aller-retours fréquents entre le pays de résidence et le lieu de travail, pour des durées de vol pouvant aller jusqu'à 6 heures, ainsi que des missions de durées plus courtes, jusqu'à 18 mois, pour lesquelles "le salarié part seul avec deux ou trois retours dans l'année", a encore indiqué M. Sarra.

Mais ces nouvelles formes de mobilité posent aux entreprises des difficultés réglementaires en matière de visas, de fiscalité ou de sécurité sociale.

afp/al


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
16:52PHYTOS : les tonnages vendus en France ont grimpé de 23% sur un an
PU
16:51Exclusif-JO-Une sprinteuse biélorusse conduite à l'aéroport "contre son gré"
RE
14:15Italie-Des hackers bloquent une plateforme de rendez-vous de vaccination Covid
RE
11:46Afghanistan-Les taliban tirent des roquettes sur l'aéroport de Kandahar
RE
11:00Des régions de Suisse à nouveau copieusement arrosées
AW
09:59France/Auto-Le CCFA moins optimiste sur la reprise du marché en 2021
RE
09:59France-le marché automobile risque d'avoir du mal a atteindre la croissance de 9% environ visée jusqu'ici pour 2021-ccfa-pfa
RE
09:57Agé de 100 ans, un ancien gardien de camp nazi bientôt jugé en Allemagne-Presse
RE
08:01Afghanistan-Les taliban tirent des roquettes sur l'aéroport de Kandahar
RE
07:26Revue de presse du dimanche 1er août 2021
AW
Dernières actualités "Economie & Forex"