Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Toute l'info

Actualités : Toute l'info

 Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Frédéric Dodard (SSGA) : "nous ne sommes pas très sereins concernant la conjoncture"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
14/06/2018 | 09:03
Frédéric Dodard est directeur des solutions investissements chez State Street Global Advisors. Il livre à AOF sa vision des marchés financiers en cette fin de premier semestre. Pour lui, la prudence est de mise même s’il est encore trop tôt pour céder au pessimisme. Entretien.

AOF – Quel premier bilan tirez-vous de ce premier semestre qui s'achève pour les marchés financiers ?
Frédéric Dodard – Les performances de ces six premiers mois ne devraient pas être tellement éloignées de ce que nous avions prévu. Nous pensions que les taux allaient progresser cette année et que 2018 serait une bonne année pour les actions, bien que légèrement moins dynamique que 2017. A l'issue du premier semestre, le taux américain à 10 ans a effectivement progressé autour de 3% et devrait s'installer au-dessus dans la deuxième partie de l'année. De leur côté, les actions ont fait un peu moins bien que ce que l'on espérait. Toutefois, avec un rendement, dividende compris, d'environ 3%, la performance de l'EuroStoxx n'est pas si mauvaise que cela. On atteint même plus de 4% pour le S&P 500. Seuls les marches émergents ont déçu.

AOF – Dans ce contexte, avez-vous été amenés à modifier votre allocation d'actifs ?
F.D – Nous avons effectivement réduit légèrement notre surpondération en actions, de 3 à 2%, et renforcé l'exposition aux taux. Nous pourrions être amenés à abaisser encore un peu notre exposition aux actions, notamment pour prendre en compte la dégradation de l'environnement de marché. Notre indicateur maison est passé d'un stade euphorique l'année dernière à un statut normal. Il se situe maintenant à la limite entre un environnement normal et un regain d'aversion au risque, principalement depuis la crise italienne.

AOF – Sur l'Italie justement, quelle est votre analyse ?
F.D – Nous n'avons pas été surpris que les partis populistes remportent les élections, comme le prévoyaient les sondages. En revanche, le refus du président de la République de valider le premier gouvernement Conte avec un ministre de l'Economie euro-sceptique nous a étonnés. Je trouve que la situation est inquiétante à moyen-long terme sur l'Italie, et plus généralement pour la zone euro où tous les problèmes de fond ne sont pas réglés.Nous pourrions aussi assister à une confrontation entre l'Italie et la BCE, cette dernière ne voulant pas apparaître comme un otage des partis populistes. Il nous semble que la prime de risque va rester forte sur l'Italie et que les actifs qui y sont exposés vont rester sous pression.

AOF – Pour revenir au sentiment de marché, comment le décryptez-vous ?
F.D – La première chose est que le choc enregistré début février a laissé des traces. Il a fallu attendre début mai pour retrouver des niveaux de cours d'avant cet accident de marché et encore, Wall Street n'a pas encore résorbé toutes ses pertes malgré de très bons résultats d'entreprises au premier trimestre. Les inquiétudes liées au Brexit, la crise italienne mais aussi les menaces protectionnistes sont arrivées sur ce terrain, alimentant la volatilité. De plus, on peut penser que les entreprises italiennes, mais plus largement européennes, ont fait preuve d'attentisme avant les élections, ont reporté des investissements. Cela pourrait finir par se voir dans les chiffres de la croissance. Au final, cette conjonction d'accidents de marché, de chocs locaux et mondiaux nous rend un peu moins sereins concernant l'évolution de la conjoncture européenne sur les prochains trimestres.

AOF – Comment voyez-vous précisément le second semestre ?
F.D – Je pense que l'été ne sera pas très bon, marqué par la volatilité. Traditionnellement, les mois d'août et septembre sont les moins porteurs, notamment du fait de la saisonnalité de la liquidité. De plus, l'accumulation des risques fait que l'on multiplie les possibilités d'avoir de grosses corrections. Toutefois, si l'on traverse l'été sans accident de marché, nous devrions avoir une fin d'année plus sereine et un rally des indices actions.

Copyright 2018 AOF
Tous droits de reproduction et de représentation réservés (Avertissement légal)
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
DJ INDUSTRIAL 0.49%24580.89 Cours en différé.-0.56%
EURO STOXX 50 1.12%3441.6 Cours en différé.-1.78%
NASDAQ 100 -0.28%7197.5119 Cours en différé.12.84%
NASDAQ COMP. -0.26%7692.8175 Cours en différé.11.73%
S&P 500 0.19%2754.89 Cours en temps réel.2.85%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Toute l'info"
07:40GENKYOTEX : étend un accord de licence sur Vaxiclase
CF
07:35Roche bobois lance son introduction en bourse sur euronext paris
AN
07:35KALRAY : KALRAY DÉVOILE, AVEC LE LEADER DU STOCKAGE ET DES SERVEURS AIC, SES SOLUTIONS INTELLIGENTES NVME-oF À L’ISC 2018
AN
07:31BIOCORP : annonce le succès de son augmentation de capital d’un montant de 5 millions d’euros
BU
07:29ERYTECH : recentrage sur eryaspase dans les tumeurs solides
CF
07:25AVIS D'ANALYSTES DU JOUR : LVMH, Trigano, Accor, Bayer, Rexel...
07:24ROCHE : résultats positifs avec Tecentriq contre une forme de cancer du poumon
AW
07:23Swiss Life s'empare de l'allemand Beos
AW
07:22Accorhotels-berenberg relève sa recommandation à "conserver" contre "vendre", l'objectif de cours passe de 32 euros à 47 euros
RE
07:20EN DIRECT DES MARCHES : JCDecaux, Erytech, Airbus, Air France KLM, General Electric...
Dernières actualités "Toute l'info"
Publicité