Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

La crise du coronavirus est un "cygne noir", selon Carmignac

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
02/03/2020 | 13:58
LA CRISE DU CORONAVIRUS EST UN

La crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus s'apparente pour les marchés financiers et l'économie mondiale à un "cygne noir", à savoir un choc externe imprévu et majeur, dit-on chez Carmignac.

La crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus s'apparente pour les marchés financiers et l'économie mondiale à un "cygne noir", à savoir un choc externe imprévu et majeur, dit-on chez Carmignac.

Apparue mi-décembre en Chine, l'épidémie s'est propagée à une cinquantaine de pays, a entraîné les Bourses en territoire de correction en Europe comme aux Etats-Unis et a conduit l'OCDE à abaisser sa prévision de croissance de l'économie mondiale à 2,4% contre 2,9% attendu en novembre.

"À notre avis, la crise du coronavirus, qui secoue les marchés depuis quelques jours, doit être comprise comme un choc externe de type "cygne noir", c'est-à-dire exceptionnel, sans précédent directement comparable", écrit Didier Saint-Georges, membre du comité stratégique d'investissement de Carmignac, dans une note publiée lundi.

Personne ne peut évaluer aujourd'hui précisément l'évolution de l'épidémie, dit-il en invitant à se baser sur les données fiables disponibles et à se garder de toute spéculation.

"Comme dans tout choc externe, les dommages causés aux marchés et à l'économie tendent à être largement créés non pas par la cause initiale de la crise, mais plutôt par les réactions à celle-ci (mesures de confinement, rupture volontaire des chaînes d'approvisionnement, stress des consommateurs)", écrit-il.

Le nombre de nouvelles contaminations paraît ralentir en Chine mais ne fait que commencer sa phase d'accélération hors du pays, ce qui explique le fait que les marchés internationaux ne réagissent fortement que maintenant, estime Didier Saint-Georges.

"Cette période est susceptible de durer au moins jusqu'à ce que la trajectoire de la contamination hors de Chine passe elle-même à sa phase de décélération", écrit-il.

"Sur le plan économique, cette période qui voit les gouvernements invités par l'opinion publique à prendre des mesures conservatoires fortes peut avoir un impact immédiat sensible sur la demande mondiale."

(Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
10:32La France co-organisera dimanche une visioconférence sur le Liban-Elysée
RE
10:18La Ligue arabe se dit prête à se mobiliser pour le Liban
RE
10:11Emmanuel Macron coprésidera dimanche une visioconférence sur le Liban
RE
10:11Macron coprésidera dimanche avec l'onu une visioconférence sur le liban
RE
09:57Coronavirus-Plus de 5.200 nouvelles contaminations en Russie
RE
07:10Hong Kong dénonce les sanctions US imposées contre des dirigeants
RE
06:06Le bureau de liaison de Pékin à Hong Kong dénonce les sanctions US
RE
04:53Coronavirus-Plus de 1.100 nouveaux cas recensés en Allemagne
RE
03:50USA-Trump dit qu'il suspendra les charges sociales faute d'accord sur la relance
RE
03:38USA-Trump suspendra les charges sociales faute d'accord sur le plan de relance
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"