Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Les entreprises américaines du secteur de l'énergie s'efforcent de se débarrasser des conséquences de l'ouragan.

02/09/2021 | 23:05
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
FILE PHOTO: A parking sign lies in the street as Hurricane Ida makes landfall in Louisiana, in New Orleans

Les compagnies pétrolières et gazières américaines se sont efforcées de reprendre leurs activités en mer jeudi, alors que l'étendue des dégâts causés par l'ouragan Ida devenait plus évidente.

Les vents d'Ida, d'une vitesse de 240 km/h, ont frappé de plein fouet l'infrastructure énergétique du pays. Environ 80 % de la production de pétrole et de gaz du golfe du Mexique est restée hors service sur des centaines de plateformes et de plates-formes, les entreprises du secteur de l'énergie s'efforçant d'effectuer des relevés aériens et de faire revenir les travailleurs en raison des dommages subis par les terminaux et les sites de base à terre.

Quelques entreprises, dont BHP et Murphy Oil, ont pris les premières mesures pour relancer la production offshore. Mais elles étaient en minorité. Selon le Bureau américain de la sécurité et de l'environnement, seules 39 des 288 plateformes évacuées la semaine dernière avaient reçu de nouveaux équipages mercredi.

Certains oléoducs et installations de traitement du pétrole ont pu reprendre leurs activités. Mais la plupart ont été gênées par les coupures de courant, le manque d'approvisionnement et les dommages causés par les vents puissants. Port Fourchon, en Louisiane, centre vital de la logistique offshore, a été privé d'électricité et d'eau et ses routes ont été fermées à tous, sauf aux véhicules d'urgence.

"La zone est complètement dévastée", a déclaré Tony Odak, directeur d'exploitation de Stone Oil Distributor, l'un des principaux fournisseurs de carburant de l'industrie offshore. Sa société a transféré certaines de ses activités dans l'ouest de la Louisiane dans le cadre de son plan de redressement.

La gravité de la tempête a été mise en évidence par les dommages subis par un navire de forage qui a été ballotté par les vents d'Ida. Les membres d'équipage secoués du Globetrotter II de Noble Corp ont appelé à l'aide les garde-côtes américains, qui ont déclaré avoir envoyé un cotre et un avion pour escorter le navire au port.

Plus de deux douzaines de pétroliers devant décharger du brut importé pour les raffineries de Louisiane ou charger du pétrole pour l'exportation prévoient des retards, selon les données de suivi des pétroliers et les sources de navigation.

Sept raffineries de pétrole qui produisent de l'essence et d'autres carburants pourraient ne pas fonctionner pendant quatre semaines en raison du manque d'électricité et d'eau. La tempête a mis hors service les usines du sud-est de la Louisiane exploitées par Marathon Petroleum, Phillips 66, Valero Energy et PBF Energy.

"Comme tout le monde, nous attendons les résultats de l'évaluation des dégâts par les services publics et leurs plans pour remettre le réseau sous tension", a déclaré Michael Karlovich, porte-parole de PBF Energy, qui a fermé dimanche sa raffinerie de Chalmette, en Louisiane, d'une capacité de 190 000 barils par jour.

Les exploitants de raffineries qui ont mis leurs installations à l'arrêt en toute sécurité avant la tempête sont confrontés à la tâche dangereuse et délicate de remettre en marche les chaudières massives et les appareils à pression utilisés pour produire du carburant.

La production de brut en mer dans le Golfe représente environ 16 % de la production quotidienne des États-Unis. À la date de mercredi, 1,46 million de barils de la production quotidienne étaient hors service, ainsi que 1,9 milliard de pieds cubes par jour de gaz naturel.


© Zonebourse avec Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BHP GROUP -1.53%38.03 Cours en clôture.-10.37%
PHILLIPS 66 -6.25%69.25 Cours en différé.-0.99%
VALERO ENERGY CORPORATION -6.77%68.01 Cours en différé.28.96%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
12:12Coronavirus-Un premier cas suspect d'Omicron en Allemagne
RE
11:23France-Un foyer de grippe aviaire détecté dans le département du Nord
RE
11:23France-un premier foyer de grippe aviaire détecté en élevage de volailles dans le département du nord-ministère de l’agriculture
RE
10:35Coronavirus-Le Japon étend ses restrictions à trois pays supplémentaires d'Afrique australe
RE
09:45France-Il faut donner plus de liberté aux outre-mer, dit Bachelot
RE
05:19Par crainte de voir les rayons vides, les "lève-tôt" du Black Friday se rendent dans les magasins américains.
ZR
05:14Iles Salomon-La police retrouve trois corps, procède à des arrestations après les émeutes
RE
04:28France-Le gouvernement est prêt à parler de "l'autonomie" de la Guadeloupe, dit Lecornu
RE
02:58L'offre de KKR suscite un débat au sein du conseil d'administration de Telecom Italia sur l'avenir du PDG.
ZR
02:46Soudan-Des hommes politiques libérés après avoir entamé une grève de la faim
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"