Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Indices / Marchés

Actualités : Indices / Marchés
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

Marchés: le retour du risque géopolitique et le G20 en ligne de mire

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
14/06/2019 | 18:48

PARIS (awp/afp) - Les marchés boursiers laissent derrière eux une semaine sans grande tendance mais le regain de tension géopolitique dans la région du Golfe, qui vient s'ajouter aux risques pesant sur la croissance, captera l'attention des investisseurs en attendant le G20.

Cette recrudescence d'instabilité géopolitique a fait monter les prix du pétrole sans entraîner pour autant de mouvement colossal sur les marchés.

Depuis les attaques jeudi contre deux tankers en mer d'Oman, que Washington attribue à Téhéran, "les investisseurs vont suivre d'une part le conflit potentiel avec l'Iran, dont la devise s'est énormément dépréciée, et, d'autre part, les relations sino-américaines", indique à l'AFP Jean-Jacques Ohana, responsable de la gestion d'actifs chez YCAP AM.

Alors que le contentieux commercial persiste entre la Chine et les Etats-Unis, "il va y avoir un sprint sur la dernière quinzaine de juin pour voir si un accord entre les deux superpuissances est possible lors de l'entrevue entre Donald Trump et son homologue chinois, Xi Jinping, fin juin" au Japon, en marge du sommet du G20, souligne le spécialiste.

"Le marché va se focaliser de plus en plus sur cette réunion clé. Si un accord définitif semble hors de portée, il est possible qu'un accord partiel permette une trêve et fasse rebondir encore plus les marchés", estime-t-il.

Après "une semaine sans tendance menée par la géopolitique et trois grosses opérations de fusion-acquisition (NDLR: Dassault Systèmes/Medidata, Raytheon/United Technologies et Tableau Software/Salesforce), le marché attend désormais le G20", observe aussi de son côté Aymeric Diday, directeur de la gestion chez Pergam.

Malgré ses déboires, le scénario d'une fusion entre le constructeur français Renault et le groupe Fiat Chrysler (FCA) va, quant à lui, "continuer à animer le marché parisien les prochaines semaines", prévoit M. Diday, qui parie sur une "relance des négociations" avec le patron de FCA, Michael Manley.

Sur le plan macroéconomique, les investisseurs ont pris connaissance de nouveaux chiffres chinois décevants, avec une production industrielle chinoise au plus bas depuis 17 ans.

Entre G20, Fed et pétrole

Dans ce contexte préoccupant, les indicateurs avancés PMI, précurseurs de tendance, seront très regardés en Europe vendredi.

Le marché londonien aura fort à faire avec les chiffres d'inflation et de ventes au détail pour mai. Il seront particulièrement scrutés après d'autres indicateurs témoignant d'un sévère essoufflement de l'activité économique au deuxième trimestre en pleine incertitude autour du Brexit. Enfin, la Banque d'Angleterre (BoE) va dévoiler jeudi les conclusions de sa politique monétaire.

La semaine prochaine, les investisseurs pourraient être frappés de strabisme en ayant les yeux tournés à la fois vers Washington, avec la réunion très attendue de la Fed qui devra décider du niveau des taux, et vers Sintra, au Portugal, où la BCE tiendra son séminaire annuel de réflexion mardi et mercredi.

Les commentaires de son président, Mario Draghi, seront épiés alors que la BCE a décidé début juin de repousser l'heure de relever ses taux, face à une croissance et une inflation affaiblies, tout en n'excluant pas de les baisser encore.

"Les marchés boursiers montrent une résilience face à des risques de toute nature, qui ne cessent de s'accumuler", que ce soit sur le crédit, les matières premières, la détérioration de la croissance mondiale ou encore la géopolitique, observe Jean-Jacques Ohana.

Cependant, une hausse soutenue des prix du pétrole pourrait, selon lui, "compromettre la capacité des banquiers centraux à baisser les taux pour la Fed et être accommodante pour la BCE".

L'expert anticipe qu'"en juin, la Fed va plutôt attendre de voir s'il y a un accord au moins partiel" entre Pékin et Washington avant d'agir.

Mais, "en cas de poursuite de la guerre commerciale, une baisse des taux de la Fed fin juillet ne serait pas suffisante pour soutenir le marché actions", estime-t-il.

pan-bur/as/tq/cj

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES 1.04%12.2 Cours en clôture.-4.79%
RENAULT 1.14%55.12 Cours en temps réel.-0.09%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Indices / Marchés"
16/10Wall Street : volatilité sous contrôle à 48H des 3 sorcières
CF
16/10Wall Street finit en léger repli, craintes confirmées sur la croissance
RE
16/10Wall Street pénalisée par le recul des ventes au détail aux Etats-Unis
AW
16/10Alpiq va demander la décotation de ses actions à SIX
AW
16/10EUROPE : Les Bourses européennes en ordre dispersé; le Brexit à l'affiche
AW
16/10Les valeurs à suivre demain à la Bourse de Paris Jeudi 17 octobre 2019
AO
16/10CAC40 : se fige en attendant un possible accord sur le Brexit
CF
16/10Bourse Zurich: le SMI termine dans le rouge après avoir hésité longtemps
AW
16/10Point marchés-Les Bourses européennes finissent dans le désordre avec les doutes sur le Brexit
RE
16/10La Bourse de Francfort franchit un plus haut annuel (Dax:+0,32%)
AW
Dernières actualités "Indices / Marchés"