Carlos Tavares, PDG de Stellantis, reconnaît que 2024 serait une année de turbulence pour l'industrie automobile, citant des facteurs économiques, géopolitiques et la concurrence croissante de la Chine. Il souligne que Stellantis est habitué à gérer les situations turbulentes et voit ces périodes comme des opportunités de démontrer un avantage concurrentiel.

Tavares aborde les coûts croissants, notamment en raison des négociations salariales aux États-Unis, et évoque l'importance de l'optimisation pour contrebalancer les coûts supplémentaires des véhicules électriques (VE), qui est estimé entre 30 et 40 pour cent plus élevé que celui des véhicules à combustion interne (ICE). 

Concernant l'emploi, Tavares explique que la transformation de l'industrie automobile ne consiste pas en la création de nouveaux emplois, mais plutôt dans le redéploiement de compétences, avec une réduction des postes dans les technologies traditionnelles et une augmentation dans les domaines comme le génie logiciel, où Stellantis a embauché plus de 4 000 ingénieurs.

Sur le sujet des fusions et acquisitions (M&A), Tavares clarifie la situation en indiquant qu'aucune discussion n'est en cours avec Renault, malgré les spéculations des médias. Il affirme que Stellantis, en tant que l'un des constructeurs les plus rentables, est bien positionné pour faire face à la concurrence chinoise sans avoir besoin de M&A immédiats.

 

Vidéos Bloomberg, fournies par MT Newswire