Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Nathan
Houtch

Analyste

40
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

Stratégie : deux approches pour construire son portefeuille

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
05/08/2020 | 10:51

Vous venez d'hériter d’une petite fortune de votre grand-tante aux Caïmans ? Ou tout simplement, vous avez un capital à placer mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Vous vous dites que le marché est trop haut, ou bien que la baisse n’est pas encore terminée. Bref, vous êtes dans l’indécision la plus totale entre tout investir d’un coup ou bien étaler votre investissement dans le temps. Si tel est votre cas, vous êtes au bon endroit.

En finance, nous faisons le distingo entre l’approche dollar cost averaging et l’approche lump sum.

L’approche DCA consiste à acheter un actif par intervalle régulier (mensuel, trimestriel, semestriel…) quelle que soit la configuration du marché, à la hausse comme à la baisse, en plaçant toujours le même montant. 

Pour faire simple, c’est une stratégie qui consiste à moyenner à la baisse dans une optique de long-terme. Quand le marché monte, vous achetez moins. A contrario, quand le marché baisse, vous achetez plus.

En conséquence, vous lissez votre performance et faites de la volatilité votre meilleur amie. Le plus grand bénéfice de cette stratégie, c’est que vous retirez toute émotion de l’équation. Comme on ne se préoccupe pas du timing ici, vous pouvez (presque !) dire adieu au stress des marchés. 

Le prix à payer, ce sont les frais. Si vous investissez sur des titres vifs via un PEA ou un compte-titres, les frais de courtage vont vite peser dans la balance et viendront rogner votre performance à long-terme. De plus, l’opération ne sera pas totalement automatisée puisqu’il vous faudra passer l’ordre. Vous risquez d’être tenté de repousser votre achat lorsqu’il y a un bain de sang sur les marchés.

La solution peut passer par une assurance-vie en ligne avec des virements mensuels automatiques sur des ETFs. 

Venons en à l’approche Lump sum. Elle consiste à placer 100% de votre capital à un instant T. C’est sûrement la meilleure approche dans un marché haussier ou sur le point de rebondir. Mettons à la mi-mars 2020, juste après le choc boursier lié au coronavirus. Mais qui aurait placé 100% de son capital mi-mars ? C’est toujours plus simple à dire qu’à faire.

Les principaux risques de cette stratégie sont d’investir juste avant la fin d’un mouvement haussier ou bien, avant une longue période de consolidation. Surtout, vos émotions risquent d’être mises à l’épreuve, et tout le monde ne peut résister à ça.

Néanmoins, les recherches académiques montrent qu’investir l’intégralité de son capital en une seule fois, et de manière diversifiée, est source de surperformance par rapport au dollar cost averaging.

Source : Yale economics - data from 1960 to 2017 - ofdollarsanddata.com - En moyenne, l'approche DCA (sur 2 ans) sous-performe l'approche Lump sum de 4,8% et sous-performe 77,8% du temps.

Dans ce graphique, on remarque que l’approche DCA surperforme le Lump sum investment uniquement en période de krach boursier (2001 et 2008), autrement dit, lorsque la volatilité est la plus forte. Cependant, le reste du temps, il est préférable de placer la totalité de son capital en une fois. 

Mais la performance n’est pas le seul facteur à prendre compte. Les investisseurs regardent également le risque. Or, il apparaît que le standard deviation (formule mathématique qui mesure la volatilité) est plus intéressante pour l’approche dollar cost averaging

Source : Yale economics - data from 1960 to 2017 - ofdollarsanddata.com - En moyenne, l'approche DCA a un écart-type de 2% alors que la stratégie Lump sum a un écart-type de 3,3% sur la période d'observation.

Pour pallier cette plus grande volatilité de l’approche Lump sum, l’investisseur se doit d’investir sur le long-terme. Les recherches montrent que sur le marché action, plus le placement est long, et plus les chances de perdre sont faibles. Au bout de 15 ans, la probabilité de perdre en capital est presque réduite à néant.

Source : Blackrock - Morningstar, S&P 500 stocks returns

Finalement, quelle que soit vos moyens, le plus important est de ne pas rester inactif en attendant la meilleure configuration de marché possible. Nous ne savons pas ce qu’il adviendra demain sur les marchés. Personne, à ma connaissance, n’a de boule de cristal. Une petite somme placée chaque mois ou un trésor à investir vaut mieux que de ne rien faire. N’oubliez pas que le temps joue en votre faveur. C’est le concept de Time Value of Money. Plus vous investissez tôt, meilleur sera votre portefeuille dans dix ans. C’est la magie des intérêts composés et son effet boule de neige. 

Aujourd’hui les gens qui détiennent du cash ou l’équivalent se sentent en sécurité. Ils ne devraient pas. Ils ont choisi le pire actif possible à long terme. Un qui ne paie rien et qui est certain de perdre de la valeur avec le temps.” - Warren Buffett 

Le succès en investissement prend du temps, de la discipline et de la patience. Peu importe les efforts et le niveau de talent, il faut accepter le fait que certaines choses prennent simplement du temps. On ne peut pas faire un bébé en un mois en mettant neuf femmes sur l’affaire.”- Warren Buffett 

Pour approfondir :

Mythe du DCA : pourquoi le Lump sum investment est généralement gagnant ? Etude en Anglais de Morningstar pour aller plus loin sur le sujet.



share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader