Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  Kering SA    KER   FR0000121485

KERING SA

(KER)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Les groupes de luxe guettent la reprise en Chine pour amorcer leur rebond

09/04/2020 | 12:54
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Paris (awp/afp) - Confrontée à une crise mondiale inédite, l'industrie du luxe a les yeux rivés vers la Chine, son marché-clé qui commence à se relever de la pandémie de Covid-19, afin d'évaluer ses possibilités de reprise et organiser son rebond.

"Le moteur a calé. Il va repartir, mais avec quelle intensité ?", s'interroge Arnaud Cadart, gérant de portefeuilles chez Flornoy & Associés.

Pour cet expert du luxe, "les grands groupes vont devoir absorber un choc d'une violence rare. Mais ils vont passer le cap car ils sont très solides financièrement. Et même s'ils vont devoir s'adapter, ils pourraient ressortir plus forts de cette crise", comme à l'issue des précédentes, indique-t-il à l'AFP.

En moins de trois mois, toutes les grandes marques ont dû fermer l'essentiel de leurs boutiques dans le monde.

Elles ont aussi stoppé, en grande partie, la production de vêtements et accessoires en ateliers - concentrés en Italie et en France - pour faire face aux mesures de confinement et à l'effondrement de la demande.

L'impact de la pandémie sur les achats de luxe sera bientôt connu: le 16 avril, le géant LVMH ouvrira en France le bal des publications financières du premier trimestre. Il a déjà prévenu anticiper une baisse de 10 à 20% de ses ventes, tandis que Kering table sur un recul de 13 à 14%.

En Italie, la griffe Ferragamo a annoncé mardi une baisse de 30% de son chiffre d'affaires trimestriel.

Pour l'ensemble du secteur, le cabinet Bain & Co prédit un recul de 25 à 30% des ventes au premier trimestre.

Et selon 28 hauts dirigeants de "grandes marques de luxe" interrogés par le cabinet d'analystes Bernstein et la société de conseil Boston Consulting Group (BCG), il faudra en moyenne 7,5 mois pour retrouver un niveau d'activité normal.

L'industrie du luxe est en "terra incognita" et va devoir imiter "les ours en hiver: préserver ses organes vitaux, éliminer la graisse et passer en mode économie d'énergie. Mais l'idée est aussi de garder le plus possible de personnel, et les magasins qui sont un atout-clé", estiment Bernstein et BCG.

"Acheter de la liberté"

Pour se maintenir en activité et participer à l'effort collectif, de nombreuses marques françaises et italiennes - Prada, Armani, Hermès, Chanel, Dior, Saint Laurent, Gucci ou encore Guerlain - se sont ainsi mises à fabriquer masques, surblouses ou gels hydroalcooliques.

Et toutes scrutent la Chine: premier marché à être touché par le Covid-19, il est le premier à relever la tête et représente surtout 35% des achats de luxe dans le monde en valeur.

"L'Asie, et la Chine en particulier, sont très regardées, et c'est là où les efforts vont être mis par les groupes. C'est là aussi où l'envie de consommer sera la plus forte, car c'était déjà le cas avant d'entrer dans le dur" de la crise, résume Arnaud Cadart.

"Comme les déplacements touristiques des Chinois devraient baisser significativement en 2020, il y aura sans doute aussi un report des dépenses (de luxe) sur le sol chinois", renchérit Swetha Ramachandran, gérante du fonds "GAM Luxury Brands Equity" chez GAM Investments.

Comme d'autres experts, Mme Ramachandran évoque le "revenge spending", soit les dépenses de "revanche" qui vont compenser un long confinement sans shopping.

"Après le deuil, le traumatisme, les gens voudront acheter de la beauté, de la liberté", résume à l'AFP Carlo Alberto Carnevale-Maffè, professeur de stratégie à l'Université Bocconi de Milan.

Pour lui, "le secteur du luxe repartira avant les autres: les 1% de riches seront toujours aussi riches, voire plus relativement aux autres, car leur patrimoine n'a pas été détruit et leurs revenus (auront été) affectés de manière limitée, contrairement aux gens plus modestes".

M. Carnevale-Maffè estime également qu'"après le confinement, la mort et une vie quasi militaire, il y a aura une explosion de la créativité, elle sera exaltée comme après une guerre".

L'étude Bernstein-BCG temporise: "Une euphorie +post-guerre+ dépendra de la solution trouvée au Covid-19: médicament ou vaccin, ou simplement fin de l'épidémie". Elle juge qu'une absence de traitement aurait "un impact à moyen-terme sur le comportement des consommateurs: moins de voyages, moins de sorties, ce qui va ralentir un retour à la normale".

afp/fr


© AWP 2020
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
HERMÈS INTERNATIONAL -0.26%935.4 Cours en temps réel.6.34%
KERING SA 0.19%527.3 Cours en temps réel.-11.29%
LVMH MOËT HENNESSY - LOUIS VUITTON SE -0.34%531 Cours en temps réel.3.93%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur KERING SA
25/02KERING : Bernstein conserve son opinion neutre
ZD
25/02AVIS D'ANALYSTES DU JOUR : EDF, Faurecia, Valeo, Orange, Scor, Kering, BioMérieu..
22/02KERING : en repli, un analyste abaisse son objectif
CF
22/02HERMES : subit quelques prises de bénéfices
CF
22/02KERING : Crédit Suisse abaisse son objectif de cours
CF
22/02HERMÈS : Invest Securities relève sa cible, reste à 'vente'
CF
22/02KERING : Credit Suisse toujours positif
ZD
22/02KERING : programme de rachat d'actions
CF
22/02KERING : Rachat d'actions propres destinées à la couverture de plans d'attributi..
PU
22/02Surchauffe ou pas surchauffe ?
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur KERING SA
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 15 415 M 18 751 M -
Résultat net 2021 2 732 M 3 324 M -
Dette nette 2021 2 823 M 3 434 M -
PER 2021 24,2x
Rendement 2021 1,93%
Capitalisation 65 856 M 80 509 M -
VE / CA 2021 4,46x
VE / CA 2022 4,01x
Nbr Employés 38 553
Flottant 58,5%
Graphique KERING SA
Durée : Période :
Kering SA : Graphique analyse technique Kering SA | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique KERING SA
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreNeutreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 27
Objectif de cours Moyen 623,36 €
Dernier Cours de Cloture 527,30 €
Ecart / Objectif Haut 36,3%
Ecart / Objectif Moyen 18,2%
Ecart / Objectif Bas -24,5%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Nom Titre
François Jean Henri Pinault Chairman & Chief Executive Officer
Jean-Marc Duplaix Group Chief Financial Officer
Yseulys Costes Independent Director
Jean-Pierre Denis Independent Director
Daniela Riccardi Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
KERING SA-11.29%79 751
FAST RETAILING CO., LTD.18.47%103 106
INDUSTRIA DE DISEÑO TEXTIL, S.A.5.99%102 004
ROSS STORES, INC.-3.29%44 062
HENNES & MAURITZ AB14.65%39 293
ZALANDO SE-5.64%26 520