Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

ROYAL DUTCH SHELL PLC

(RDSA)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

Pétrole: les géants du secteur dans le train de la transition énergétique

11/11/2016 | 07:15
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Paris (awp/afp) - Les géants de l'or noir verdissent un peu: ils prennent en marche le train des énergies renouvelables, secteur en forte croissance qui leur permet de diversifier leurs sources de revenus tout en répondant aux préoccupations climatiques, dans un environnement énergétique bouleversé.

"Ce n'est pas une tendance purement conjoncturelle" liée à la faiblesse du pétrole, assure Francis Perrin, président de Stratégies et politiques énergétiques.

"C'est plus profond: c'est l'adaptation de certains des acteurs majeurs du secteur pétrolier à un certain nombre de bouleversements énergétiques et économiques", précise-t-il, citant la montée en puissance des énergies vertes et la prise de conscience de la menace du changement climatique.

Déjà présente dans la fabrication de panneaux photovoltaïques via sa filiale Sunpower, le Français Total vient de faire un pas dans l'éolien aux Etats-Unis en investissant dans un développeur de mini-éoliennes.

L'italien ENI va investir 1 milliard d'euros sur trois ans dans des projets solaires, tandis que Shell, BP et Statoil ciblent plutôt l'éolien.

L'américain ExxonMobil reste le mouton noir alors que son compatriote Chevron se désengage de la géothermie et mise sur les biocarburants.

'PROFIT'

Avec la déprime des cours de l'or noir, "la priorité pour les sociétés pétrolières, c'est la création de valeur", en se désendettant, en cédant des actifs non stratégiques mais aussi en se diversifiant, explique Jérôme Sabathier, chef du département économie de l'organisme de recherche IFP Energies nouvelles.

Si cette anémie pétrolière favorise la recherche de nouveaux leviers de croissance, elle n'en est pas la cause première, estime Francis Perrin: "Ces tendances avaient commencé avant la chute des prix, depuis l'été 2014, et continueront si les prix se redressent".

"Si nous ne le faisons pas aujourd'hui, peut-être qu'on le regrettera demain", a récemment admis le PDG de Total, Patrick Pouyanné, dont le groupe alloue 500 millions de dollars par an aux énergies renouvelables.

Les actionnaires, dont de grands fonds d'investissements, veillent aussi au grain, soucieux que les grands pétroliers évaluent les risques financiers potentiels posés par le besoin de limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Mais pas question de faire de la charité: les intérêts écologiques et économiques convergent. "Il y a un certain nombre de mécanismes de financement et de subventions autour de ces énergies renouvelables qui font qu'il y a un véritable intérêt financier pour ces sociétés", souligne Jérôme Sabathier, d'IFPEN.

"Ce qui est durable, c'est le profit. Une entreprise durable ne se développera pas juste parce qu'elle est verte. Elle se développera parce qu'elle est rentable", soulignait le PDG de Total lors d'un colloque énergétique.

"Il ne s'agit pas pour les compagnies pétrolières d'entretenir des danseuses", résume Francis Perrin. Et si ces choix stratégiques polissent leur image, tant mieux: "C'est la cerise sur le gâteau".

GAZ ET ÉLECTRICITÉ

Pour autant, les majors ne vont pas tourner le dos à leur coeur de métier: les hydrocarbures fossiles ont encore de beaux jours devant eux, notamment dans les transports, où le pétrole reste dominant.

La part des investissements consacrés aux énergies alternatives reste marginale par rapport aux milliards en jeu dans les projets pétroliers et gaziers. Hors acquisitions, "les montants dédiés restent très limités (moins de 3% des investissements)", souligne une étude du cabinet Sia Partners.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la consommation pétrolière et gazière ira croissant jusqu'en 2040, mais seul le gaz verra sa part relative augmenter dans le mix énergétique mondial.

Cela explique l'accent mis par les compagnies sur le développement des usages de cette ressource qu'elles exploitent déjà, ainsi que leur intérêt croissant pour le secteur prometteur de l'électricité, un débouché clé au détriment du très polluant charbon, comme en témoigne le rachat du fournisseur Lampiris par Total.

Réunis au sein de l'OGCI (Oil and Gas Climate Initiative), dix poids lourds du secteur ont aussi dit vouloir promouvoir des technologies à faibles émissions de gaz à effet de serre, comme la capture et le stockage du CO2. "Si vous avancez dans ce domaine-là, vous pouvez à long terme développer des énergies fossiles sans que ces énergies contribuent comme par le passé au changement climatique", souligne Francis Perrin.

afp/jh


© AWP 2016
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BP PLC 1.25%340.8 Cours en différé.32.10%
CHEVRON CORPORATION -0.63%114.41 Cours en différé.35.48%
ENI S.P.A. 0.59%12.01 Cours en différé.39.68%
EQUINOR ASA 0.35%231 Cours en temps réel.59.37%
EXXON MOBIL CORPORATION -0.64%60.89 Cours en différé.45.05%
RELIANCE INDUSTRIES LTD -3.00%2408.25 Cours en différé.25.06%
REPSOL S.A. -0.40%10.062 Cours en différé.21.96%
ROYAL DUTCH SHELL PLC 0.63%19.358 Cours en temps réel.31.63%
TOTALENERGIES SE 0.74%42.335 Cours en temps réel.19.05%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur ROYAL DUTCH SHELL PLC
03/12Les valeurs énergétiques chutent après que le Brent soit repassé sous la barre des 70 d..
MT
03/12L'avenir pétrolier et gazier de la mer du Nord britannique s'assombrit après le départ ..
ZR
03/12Les valeurs énergétiques à la baisse après l'effacement des premiers gains du pétrole b..
MT
03/12Résumé des principales informations économiques du vendredi 3 décembre
AW
03/12Les marchés boursiers figés, préoccupés par le variant Omicron
AW
03/12SHELL A : UBS à l'achat
ZD
03/12SHELL A : Deutsche Bank favorable sur le dossier
ZD
03/12Shell autorisé par le tribunal à entreprendre une étude sismique au large de l'Afrique ..
MT
03/12Nouvelle accalmie sur les marchés boursiers malgré Omicron
AW
03/12Shell se retire d'un projet pétrolier controversé au large des îles Shetland
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur ROYAL DUTCH SHELL PLC
Plus de recommandations
Données financières
CA 2021 268 Mrd - 237 Mrd
Résultat net 2021 15 765 M - 13 935 M
Dette nette 2021 50 608 M - 44 734 M
PER 2021 10,3x
Rendement 2021 4,09%
Capitalisation 168 Mrd 167 Mrd 148 Mrd
VE / CA 2021 0,81x
VE / CA 2022 0,70x
Nbr Employés 87 000
Flottant 99,3%
Graphique ROYAL DUTCH SHELL PLC
Durée : Période :
Royal Dutch Shell plc : Graphique analyse technique Royal Dutch Shell plc | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique ROYAL DUTCH SHELL PLC
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 14
Dernier Cours de Cloture 21,90 $
Objectif de cours Moyen 27,48 $
Ecart / Objectif Moyen 25,5%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Bernardus Cornelis Adriana Margriet van Beurden Chief Executive Officer & Executive Director
Jessica Rodgers Uhl Chief Financial Officer & Director
Andrew Stewart Mackenzie Chairman
Harry Brekelmans Director-Technology & Projects
Gerrit Zalm Independent Non-Executive Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
ROYAL DUTCH SHELL PLC31.63%167 325
SAUDI ARABIAN OIL COMPANY0.57%1 862 262
PETROCHINA COMPANY LIMITED46.25%134 442
TOTALENERGIES SE19.05%125 479
PUBLIC JOINT STOCK COMPANY GAZPROM62.93%110 882
EQUINOR ASA59.37%81 736