Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  ZB Campus  >  Espace pédagogique

ZB Campus

COMPRENDRE LES PRODUITS/SOUS-JACENTS
6.14 - Le Jus d'orange
Production mondiale de FCOJ 2010-2011 :
22,37 Mt. Dont Brésil : 61 %, États-Unis : 28 %, Mexique : 5%, UE : 4 %. Prévisions 2011-2012 : 2,18 Mt.
Consommation mondiale de FCOJ 2010-2011 :
2,02 Mt. Dont États-Unis : 40 %, UE : 37 %, Canada : 5 %, Japon : 4 %, Chine 4%. Prévisions 2011-2012 : 1,99 Mt.
Consommation mondiale de FCOJ 2010-2011 :
2,02 Mt. Dont États-Unis : 40 %, UE : 37 %, Canada : 5 %, Japon : 4 %, Chine 4%. Prévisions 2011-2012 : 1,99 Mt.
Consommation mondiale de FCOJ 2010-2011 :
2,02 Mt. Dont États-Unis : 40 %, UE : 37 %, Canada : 5 %, Japon : 4 %, Chine 4%. Prévisions 2011-2012 : 1,99 Mt.

Cotation :
ICE Futures US (ex-NYBOT), en US cents/livre.
Source :
USDA – Janvier 2012

Les conditions climatiques en Floride et au Brésil sont déterminantes pour le marché.

L’offre
La majeure partie du jus d’orange échangé sur les marchés mondiaux l’est sous forme concentrée et surgelée (FCOJ). Il est ainsi plus facile à transporter et à conserver. La production est assurée à 90% par deux pays, le Brésil et les Etats-Unis. Ces derniers destinant l’essentiel de leur production à leur marché intérieur, c’est le Brésil qui est prépondérant dans l’offre mondiale, avec 77% des exportations de FCOJ.

La demande
Les agrumes sont principalement consommés dans les pays industrialisés. Pour le jus d’orange, l’Amérique du Nord et l’UE concentrent près de 80% de la consommation. Les États-Unis produisant l’essentiel de leurs besoins intérieurs, c’est l’Union européenne qui domine très largement les importations mondiales. Cependant, si la consommation est stable en Europe de l’Ouest, elle a tendance à progresser dans les pays émergents, notamment en Russie, en Europe de l’Est et en Chine.

L’évolution
Parce que deux zones géographiques assurent à elles seules l’essentiel de la production, les conditions climatiques locales ont un impact très important sur le marché mondial. Après une saison 2009-2010 marquée par de très mauvaises récoltes, la production est repartie à la hausse. Mais pour 2011-2012, une baisse des volumes est à prévoir, du fait notamment de gels en Floride cet hiver.
Concernant les cours, ils suivent une tendance à la hausse depuis 2009 et ont flambé début 2012 après la menace des Etats-Unis de suspendre les importations, suite à la découverte de fongicide dans des bouteilles en provenance du Brésil. Ils ont grimpé de 28% en quelques semaines pour atteindre un record à 2,20 dollars la livre fin janvier, contre 73 centimes en 2009, avant de redescendre légèrement.





Nous vous accompagnons dans vos investissements.