Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésMarchésForexCryptomonnaiesMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Date de naissance : 30/11/1966
Pays de résidence : Non renseigné
Principales sociétés : Alstom SA - Renault SA
Biographie : Diplômée de l'EM Lyon, Clotilde Delbos débute sa carrière chez le prestigieux cabinet d'audit Price ...

Déficitaire en 2019, Renault prévoit un recul de sa marge opérationnelle en 2020

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
14/02/2020 | 10:12

(Actualisation: déclarations de la directrice générale par intérim sur les objectifs de CO2, les réductions de coûts, la structure de l'actionnariat Renault-Nissan, réaction en Bourse)

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le constructeur automobile Renault a annoncé vendredi tabler sur un recul de sa marge opérationnelle en 2020, alors que le groupe a accusé l'an passé sa première perte nette depuis 2009 et a réduit son dividende à verser cette année.

A la suite de ces annonces, le titre Renault perd 3,2% à la Bourse de Paris, accusant l'un des plus forts replis du SBF 120.

Pour 2020, Renault table sur une baisse du marché automobile mondial. Le groupe prévoit un repli du marché d'au moins 3% en Europe et d'environ 3% en Russie, mais s'attend à une hausse du marché brésilien de l'ordre de 5%.

Au vu de ces prévisions, Renault anticipe pour 2020 un chiffre d'affaires du même ordre que celui de 2019 à changes constants, une marge opérationnelle du groupe de 3% à 4%, après 4,8% en 2019, et un free cash-flow de l'automobile positif avant prise en compte des coûts de restructuration. Ces prévisions ne tiennent pas compte d'éventuels impacts liés à la crise du coronavirus, a expliqué Renault.

Le groupe a également indiqué souffrir d'une faible visibilité, en raison notamment de la réglementation européenne CAFE, qui impose aux constructeurs de limiter à partir de cette année leurs émissions de dioxyde de carbone à 95 grammes par kilomètre, en moyenne, sur 95% de leur flotte. Clotilde Delbos, directrice générale par intérim, a néanmoins affirmé que Renault était "confiant" dans l'atteinte cette année de son objectif d'émissions de 93 grammes par kilomètre.

Clotilde Delbos a également annoncé que Renault prévoyait de réduire ses coûts de structure de 2 milliards d'euros dans les trois prochaines années, ce qui correspond à une baisse d'environ 20%. Le constructeur a besoin "de réduire drastiquement ses coûts fixes", a expliqué la dirigeante.

La marque au losange fournira davantage de précisions en mai, lors de la présentation de plans stratégiques avec ses deux partenaires, Nissan et Mitsubishi. Clotilde Delbos a néanmoins souligné que le groupe français avait identifié des réductions de coûts au niveau des dépenses générales et administratives, ainsi que du marketing.

Renault pourrait également céder des actifs non stratégiques, selon la dirigeante. Clotilde Delbos a également affirmé que Renault n'avait pas "le luxe" d'attendre l'arrivée de son nouveau directeur général pour lancer cette initiative sur les coûts fixes. Renault a annoncé fin janvier que Luca de Meo, son nouveau directeur général, arriverait le 1er juillet.

La contribution de Nissan divisée par sept

Sur l'ensemble de 2019, Renault a accusé une perte nette part du groupe de 141 millions d'euros, à comparer à un bénéfice de 3,3 milliards d'euros en 2018. Le groupe n'avait plus accusé de perte nette depuis 2009 et la crise financière.

Le bénéfice a notamment pâti d'une contribution négative des entreprises associées, de 190 millions d'euros. La contribution de Nissan a été divisée par près de sept, à 242 millions d'euros, contre 1,5 milliard d'euros en 2018. Les autres entreprises associées ont eu un impact négatif de 432 millions d'euros en raison de la contre-performance des coentreprises chinoises. Le bénéfice du groupe a également été pénalisé par l'abandon d'une créance fiscale en France, qui a pesé à hauteur de 753 millions d'euros.

"Nous ne sommes pas satisfaits de ces résultats", a déclaré Clotilde Delbos, évoquant "une année difficile pour le groupe".

Au vu de ses résultats dégradés, Renault a réduit son dividende, proposant un coupon de 1,1 euro par action au titre de 2019, contre 3,55 euros par action au titre de 2018.

Le chiffre d'affaires du groupe s'est établi à 55,5 milliards d'euros, en baisse de 3,3% sur un an en données publiées et de 2,7% à taux de change constants. Le chiffre d'affaires de l'automobile hors Avtovaz a reculé de 4,2%, à 49 milliards d'euros. Les revenus du groupe ont été pénalisés par le recul des ventes en Argentine, en Turquie et en Algérie, tandis que les ventes aux partenaires - les pièces et les automobiles que Renault produit pour d'autres groupes - ont eu un impact négatif de 3,4 points.

Une alliance qui tente de se relancer

En 2019, la marge opérationnelle du groupe a atteint 2,67 milliards d'euros, soit 4,8% du chiffre d'affaires, contre 6,3% en 2018. La marge opérationnelle de l'automobile hors Avtovaz s'est inscrite à 920 millions d'euros, soit 2,6% des revenus, contre 4,3% en 2018. Le résultat d'exploitation s'est établi à 2,1 milliards d'euros, contre 2,99 milliards d'euros un an plus tôt. Le free cash-flow opérationnel de l'automobile est ressorti positif à 153 millions d'euros.

Selon un consensus réalisé par Factset, les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,98 milliard d'euros, sur un résultat d'exploitation de 2,79 milliards d'euros et sur un chiffre d'affaires de 55,28 milliard d'euros.

Renault tablait de son côté sur une baisse de 3% à 4% de son chiffre d'affaires et sur une marge opérationnelle "de l'ordre de 5%". Ces objectifs avaient été communiqués fin octobre, alors que le groupe avait revu à la baisse ses prévisions pour plusieurs marchés clés. Renault avait également indiqué que le free cash-flow opérationnel de l'automobile serait positif au second semestre mais pas forcément sur l'ensemble de l'année 2019.

Renault a connu une année 2019 chaotique, marquée par l'échec de la fusion avec Fiat Chrysler Automobiles, qui s'est finalement rapproché du rival français PSA, et par des tensions chroniques avec son partenaire japonais Nissan.

Les deux constructeurs automobiles ainsi que leur troisième partenaire, Mitsubishi, tentent depuis de relancer l'Alliance et ont annoncé le mois dernier une série de mesures pour la renforcer.

Interrogée sur l'évolution des participations entre Renault et Nissan, Clotilde Delbos a affirmé que le groupe au losange n'avait pas discuté une seule fois de cette possibilité avec son partenaire japonais depuis que la nouvelle gouvernance de Nissan était en place, fin 2019. Renault détient 43,4% de Nissan qui de son côté possède 15% du capital de son partenaire français.

-Julien Marion, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 94; jmarion@agefi.fr ed: VLV

(François Schott a contribué à cet article)

-COMMUNIQUES FINANCIERS DE RENAULT:

https://group.renault.com/finance/

Agefi-Dow Jones The financial newswire

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
EURO / ARGENTINE PESO (EUR/ARS) 0.10%66.5624 Cours en différé.-0.97%
FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES 0.44%12.368 Cours en différé.-7.06%
MITSUBISHI CORPORATION -0.64%2869.5 Cours en clôture.-0.23%
NISSAN MOTOR CO., LTD. -9.64%513.7 Cours en clôture.-18.55%
RENAULT 1.99%34.015 Cours en temps réel.-18.21%
US DOLLAR / ARGENTINE PESO (USD/ARS) 0.12%61.37 Cours en différé.2.52%
US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB) -0.35%63.287 Cours en différé.2.60%
US DOLLAR / TURKISH LIRA (USD/TRY) -0.20%6.04289 Cours en différé.1.75%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.