Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Américaine
Date de naissance : 12/08/1930
Biographie : George Soros, né György Schwartz, a connu l'occupation nazie en Hongrie. D'origine juive, il est con...

George Soros s'en prend au « fondamentalisme de marché »

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
07/01/2010 | 06:00

A l'occasion d'une conférence à la London Business School, le milliardaire américain a donné des pistes pour en finir avec le destructeur « fondamentalisme de marché ». Selon lui, la théorie de l'efficience des marchés est une fumisterie qui nous a conduit tout droit à la crise. Cela ne l'empêche pourtant pas de reconnaître des erreurs...

« Le point de vue dominant est que les marchés ont toujours raison. Je pense, au contraire, qu'ils ont presque toujours tort ». Tel est le paradigme dans lequel évolue la pensée économique de George Soros.

Selon lui, ses propres succès de spéculateur infirment d'ailleurs la théorie des marchés efficients, selon laquelle toute l'information disponible est incorporée aux cours des titres financiers et personne ne peut gagner contre la Bourse. Lui a effectivement prouvé le contraire : on peut gagner (beaucoup d'argent) contre la Bourse.

La faillite de Lehman Brothers, qui a marqué le déclenchement mondial de la crise, aurait selon lui dû être empêchée par les autorités américaines. Encore un cas d'école où il ne fallait pas laisser faire le marché...

Soros attaque en fait la théorie économique néo-classique sur laquelle reposerait la défense du capitalisme. Il en veut particulièrement au concept d'équilibre, qui violerait ce qu'il appelle la « réflexivité », soit le fait que les opinions des individus influencent l'environnement social et économique autant qu'elles sont déterminées par celui-ci.

Une « troisième voie », entre dirigisme et libéralisme
Aujourd'hui, il constate que « la gamme des incertitudes auxquelles l'économie mondiale est confrontée est anormalement importante ». C'est pourquoi il réclame une réglementation accrue des marchés financiers, qui abritent toujours et encore des électrons libres qu'il devient urgent de contrôler.

Il sermonne ainsi les banquiers, qui n'auraient toujours pas compris les leçons de la crise. Il assure que cette dernière a été précédée par une période de grande modération, avec très peu de volatilité. Cette parenthèse s'est ensuite transformée en frénésie du « tout pour le risque », conduisant tout droit à la crise actuelle.

Il propose à cet égard une « troisième voie », qui se situerait entre ses deux bêtes noires : l'étatisme, de droite comme de gauche, et le libéralisme à tout crin. Il préconise ainsi la création d'une structure politique internationale qui encouragerait la création de sociétés ouvertes (d'où le nom de sa fondation Open Society Institute) garantes d'une gouvernance démocratique.

Il prévient que le régulateur ne doit pas être confiné dans un rôle de « surveillant des masses monétaires » mais avoir un véritable rôle dans le contrôle du crédit. Lui-même a reconnu avoir quelquefois présumé de sa situation et pris trop de risques.

Comme quoi, avec l'âge, et avec beaucoup d'argent aussi, il est possible de rendre sage un spécialiste de la spéculation. N'est-ce-pas lui, « l'homme qui fit sauter la Banque d'Angleterre », qui a proposé, en décembre dernier, la création d'un fonds climat de 100 milliards de dollars ?

© Zonebourse.com 2010 / Crédit photo © Maxppp
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir
Publier
loader
mapleleaf
Le 13/01/2010 à 15:47
arrow option
pardon, qui a écrit ces inepties ?
Soros, qui est un vieil élève de Popper, n'a pas attendu la fin de sa vie pour s'intéresser à la philosophie, à la politique, aux questions sociales de tout genre. Il a ENORMEMENT investi pour la liberté et la démocratie à l'Est. Il faut savoir tout de même s'exonérer des clichés journalistiques à deux balles ; les idées de Soros ne sont pas devenues humanistes et progressistes "après" son coup de 1 milliard de dollars gagnés contre la livre. Il est idiot et simpliste d'écrire des commentaires superficiels de ce genre.
  
  
trendshark
Le 07/01/2010 à 11:22
arrow option
Bla bla bla
Au soir de sa vie il est facile de faire la morale. Entretemps il s'en est mis plain les poches.
Certes sa foundation est généreuse mais il ( le fond qu'il gere) s'est fait épaingler par les autorités des marchés hongroise pour avoir fait précipiter le cour de la bangue OTP.

http://www.reuters.com/article/idUSLQ73567320090326

Il a fait appel etc.

Il devrait se retirer discretement et se reposer sur le matelat doré qu'il s'est fabriquer.
  
  
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.

Publicité