Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Indices  >  Euronext Paris  >  CAC 40    PX1   FR0003500008

CAC 40

(PX1)
Cours en temps réel. Temps réel Euronext Paris - 24/11 16:28:00
5560.28 PTS   +1.24%
15:28CAC40 : au zénith à 5565, W-Street salue nomination de Yellen
CF
13:44Principales informations à la mi-journée
AW
13:20Après les vaccins, la politique américaine nourrit l'optimisme
RE
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunautéHeatmapComposition 
SynthèseToute l'actualitéActualités des composants de l'indiceAnalyses Zonebourse

CAC40 : Mais où va l'argent ?

15/05/2019 | 15:31
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
2

Où vont les milliards d'euros générés par les entreprises du CAC40 ? L'étude réalisée par l'Institut économique Molinari, un organisme aux visions économiques libérales, a beaucoup circulé cette semaine. Elle vise à pallier les limites de la présentation comptable classique, en proposant "un chiffrage de la contribution sociale et fiscale des entreprises du CAC 40 et de son partage entre les salariés, les Etats et les actionnaires". Ou, de façon plus triviale, "mais où va l'argent ?"

L'institut Molinari, que nous abrégerons en "IEM" dans la suite de ce commentaire, a calculé qu'en 2018, les entreprises du CAC40 ont "créé 373 milliards d'euros de richesse". Commençons par cette notion de "richesse". Est-ce du chiffre d'affaires ? du bénéfice net ? C'est un peu plus compliqué. Les deux auteurs, Cécile Philippe et Nicolas Marques, ont additionné trois gisements de richesse pour :
  • Les salariés des entreprises du CAC40 : salaires, primes, mutuelle, retraite, indemnité, épargne salariale.
  • L'Etat : impôts sur la production, sur les sociétés, sur les dividendes.
  • Les actionnaires : dividendes, après charges et impôts. 
La somme de ces trois gisements totalise 373 milliards d'euros. A titre de comparaison, le chiffre d'affaires cumulé des sociétés du CAC 40 en 2018 était de 1 327 milliards d'euros et leur bénéfice net après IS de 95 milliards d'euros (mais nous y reviendrons). Ce qui a fait couler pas mal d'encre depuis la sortie de l'étude, c'est la répartition de cette richesse :
  • 265 milliards d'euros, soit 71% du total, iraient aux salariés : 260 milliards d'euros de dépenses de personnel, 4 milliards d'euros d'épargne et 1 milliard d'euros de dividendes (pour les salariés-actionnaires).
  • 72 milliards d'euros, soit 19%, iraient à l'Etat : 29 milliards d'euros d'impôts sur la production, 33 milliards d'euros d'impôt sur les sociétés et 10 milliards d'euros de fiscalité sur les dividendes.
  • 36 milliards d'euros, soit 10%, iraient aux actionnaires (non-salariés, non-étatiques).
Précision importante, l'étude IEM intègre les rémunérations des dirigeants. Prises individuellement, elles peuvent sembler très élevées (et elles le sont : 5,5 millions d'euros bruts en moyenne, en intégrant fixe, variable et titres, pour les patrons du CAC40), mais considérées ensemble, elles ne représentent "que" 0,08% du total des dépenses de personnel (i.e. environ 208 millions d'euros, quand même).
Illustré ainsi, ou façon podium, comme ci-dessous, les salariés n'ont pas trop à se plaindre.
 
 
A la fin, c'est quand même l'entreprise qui paie 

Cette vision rappelle de façon salutaire, à l'heure où il est de bon ton de pointer l'Entreprise du doigt, que c'est quand même elle qui assure au salarié la majeure partie de sa richesse, en lui versant un salaire ou en contribuant à sa protection sociale. Oui mais attendez, les salariés travaillent, eux. Les actionnaires ne perçoivent que 10% de la richesse mais ils n'ont qu'à se baisser pour la ramasser. Un débat intemporel.

Mais n'oublions pas l'Etat, qui récupère au passage plus du cinquième de la richesse, selon les travaux de l'IEM. Une proportion encore plus élevée si l'on considère uniquement la part des résultats non-réinvestis, soit 84 milliards d'euros. Avec 43 milliards d'euros, l'Etat récupère via l'IS et la fiscalité sur les dividendes 51% du résultat. La somme de 36 milliards d'euros qui va aux actionnaires reste inchangée, mais elle représente 43% du total. Et les salariés se répartissent les 5 milliards d'euros restants (6% du total), répartis entre 4 milliards d'euros d'épargne et d'actionnariat salarié collectif et 1 milliard d'euros de dividendes.
 
L'étude d'IEM souligne aussi que les gains "bénéficient à une très grande diversité d’acteurs", via les produits d'épargne (assurance-vie, PERCO, FRR…) et au large panel de détenteurs d'actions du CAC40, qui dépasse largement le cercle des familles et fondateurs de grands groupes (cf. tableau qui suit).
 

IEM avec Euronext
 
Dans sa dernière partie, le document de l'IEM souligne que les salariés sont les principaux bénéficiaires des richesses les plus récurrentes, tandis que la plus de la moitié des ressources auxquelles peut prétendre l'Etat et la totalité de celles des actionnaires sont irrégulières. On pourra objecter que dans la pratique, certaines sociétés continuent à verser des dividendes que leurs résultats ne peuvent couvrir, en anticipant des jours meilleurs. Une pratique qui, fondamentalement, n'est toutefois pas pérenne. 

L'étude de l'Institut économique Molinari ne réconciliera pas les extrémistes du partage de la richesse, mais elle a le mérite de faire prendre un peu de hauteur au débat et de rappeler qu'une entreprise ne se limite pas à la rémunération de son patron et de ses actionnaires. C'est déjà çà. 

 

© Zonebourse.com 2019
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
2
Réagir à cet article
MayKuro - Il y a 1 an arrow option
Salauds de salariés !!!
  
  
razorfish - Il y a 1 an arrow option
@Anthony Bondain

Absolument pas d'accord avec vous lorsque vous dites que l'entreprise assure au salarié sa richesse. C'est inverser les choses. La richesse ce n'est pas le salaire versé mais le travail fourni par le salarié qui permet à l'entreprise de viser un résultat bénéficiaire. Et pour pouvoir bénéficier de cette richesse, de ce savoir-faire l'entreprise troque un salaire. Nuance ! Si vous retirer les salariés d'une entreprise, celle-ci devient une coquille vide et à très peu de choses près vaut zéro roupie. Dans le même temps, les salariés retirés ne bénéficient plus de salaire mais sont toujours riches de leur savoir-faire et de leur capacité de travail. Il suffit d'ailleurs de voir le désarroi de tous ces entrepreneurs qui n'arrivent pas à embaucher faute de candidats qualifiés suffisants pour comprendre où se situe la véritable richesse (troquée contre des salaires en hausse dans ces cas de pénuries de qualifications). Ce n'est donc pas l'entreprise qui fait la richesse des salariés mais bien les salariés qui font la richesse d'une société x ou y.

"Dans sa dernière partie, le document de l'IEM souligne que les salariés sont les principaux bénéficiaires des richesses les plus récurrentes, tandis que la plus de la moitié des ressources auxquelles peut prétendre l'Etat et la totalité de celles des actionnaires sont irrégulières."

Encore heureux ! Pendant que le salarié y engage son bien le plus précieux, autrement dit sa propre personne, avec son corps, sa matière grise, de l'autre côté ce n'est que du capital qui travaille. Pas tout à fait la même implication...

Quant à la part qui revient à lEtat, comment ne pas s'offusquer qu'il y aient encore des impôts de production (sur le chiffre d'affaires). Cette spécialité française fait qu'un nombre incalculable d'entreprises met la clef sous la porte chaque année. Un passage difficile, des pertes, une couche supplémentaire avec des impôts sur le chiffre d'affaires qui peut être important malgré les pertes et bam, une faillite. Merci les impôts de production ! Une honte absolue !

Sinon, le think tank ultra libéral, Institut économique Molinari, essaie de nous enfumer mais l'essentiel est dit dans cet article. En considérant la part des résultats non-réinvestis, les actionnaires en récupèrent 43 % tandis que les salariés ne bénéficient que de 6 %... L'écart est édifiant !

Sinon pour info, l'Institut économique Molinari se fait remarquer depuis 2006 en prétendant que l'activité humaine n'a pas la moindre responsabilité dans le réchauffement climatique actuel. C'est dire la crédibilité de ces clowns.
1
1
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur CAC 40
15:28CAC40 : au zénith à 5565, W-Street salue nomination de Yellen
CF
13:44Principales informations à la mi-journée
AW
13:20Après les vaccins, la politique américaine nourrit l'optimisme
RE
12:15TELEPERFORMANCE : plus forte baisse du CAC 40 à la mi-séance du mardi 24 novembr..
AO
12:14UNIBAIL RODAMCO : WESTFIELD, plus forte hausse du CAC 40 à la mi-séance du mardi..
AO
11:45TRACKINSIGHT : L’optimisme sur les vaccins tempéré par la croissance de l’épidém..
TI
11:22CAC40 : gagne 1,2% après le redressement des indices US
CF
10:20L'Europe boursière en hausse, le risque politique recule aux USA
RE
09:43BOURSE DE PARIS : L'Amérique redonne l'esprit conquérant à la Bourse de Paris
AW
09:00BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
Plus d'actualités
Actualités des composants de l'indice CAC 40
15:07DANONE : Crédit Suisse abaisse son objectif de cours
CF
15:06L'Europe va inclure l'hydrogène dans ses projets de coopération industrielle
RE
15:00CARREFOUR : réputation en danger au Brésil, Stifel à l'achat
CF
14:55VEOLIA : BlackRock dépasse les 5% des votes
CF
14:54Carrefour Brasil "regrette profondément" la mort d'un homme dans l'un de ses ..
RE
14:36ARCELORMITTAL : soutenu par des propos d'analyste
CF
13:50LVMH MOËT HENNESSY LOUIS VUITTON : Les ventes de Tiffany baissent moins que prév..
RE
Plus d'actualités
Graphique CAC 40
Durée : Période :
CAC 40 : Graphique analyse technique CAC 40 | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique CAC 40
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Palmarès CAC 40
UNIBAIL-RODAMCO-WESTFIELD SE63.51 Cours estimé en temps réel.7.94%
BNP PARIBAS43.83 Cours en temps réel.5.64%
RENAULT33.96 Cours en temps réel.5.56%
TOTAL SE37.965 Cours en temps réel.5.11%
ARCELORMITTAL15.064 Cours estimé en temps réel.4.90%
HERMÈS INTERNATIONAL829.6 Cours en temps réel.-0.74%
SCHNEIDER ELECTRIC SE118.7 Cours en temps réel.-0.88%
DASSAULT SYSTÈMES SE152.1 Cours en temps réel.-1.11%
TELEPERFORMANCE274.6 Cours en temps réel.-1.86%
L'ORÉAL298.6 Cours en temps réel.-2.51%
Heatmap :