Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Jusqu'à 1.500 entreprises affectées par la cyberattaque visant la firme Kaseya

06/07/2021 | 02:44
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

par Raphael Satter

WASHINGTON, 6 juillet (Reuters) - Entre 800 et 1.500 entreprises à travers le monde ont été affectées par la cyberattaque ayant visé vendredi la firme technologique américaine Kaseya, basée en Floride, a déclaré lundi dans un entretien à Reuters le directeur général de celle-ci.

Fred Voccola a ajouté qu'il était difficile d'évaluer précisément l'impact de l'attaque informatique car la plupart des cibles étaient des clients de clients de Kaseya, une entreprise qui fournit des outils logiciels d'externalisation informatique principalement à des entreprises ne disposant pas, faute de moyens, de leur propre département technologique.

L'un de ces outils a été détourné vendredi par les pirates informatiques, permettant à ceux-ci de paralyser des centaines d'entreprises sur les cinq continents. Si la plupart des services affectés ont connu des soucis mineurs, les perturbations ont été importantes en Suède - où des centaines de supermarchés ont dû fermer à cause de la panne des caisses enregistreuses - et en Nouvelle-Zélande, où des écoles se sont retrouvées sans réseau informatique.

Les hackers ayant revendiqué l'attaque ont demandé une rançon de 70 millions de dollars pour restaurer les données des entreprises affectées, tout en laissant apparaître, dans des échanges avec Reuters, une volonté de revoir à la baisse leur demande.

"Nous sommes toujours prêts à négocier", a dit un représentant des pirates informatiques, sans indiquer son identité, via l'interface de messagerie du site des hackers.

Fred Voccola a refusé d'indiquer s'il était prêt à négocier. "Je ne peux pas dire 'oui', 'non' ou 'peut-être'. Pas de commentaire sur quoi que ce soit en lien avec négocier avec des terroristes d'une quelconque manière", a-t-il dit.

Le patron de Kaseya a ajouté qu'il s'était entretenu avec des représentants de la Maison blanche, avec le FBI et avec le département américain de la Sécurité intérieure, sans préciser les consignes qu'il avait reçues. (Reportage Raphael Satter, avec Praveen Menon; version française Jean Terzian)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:29Coronavirus-Nombre record de décès en Russie, la vaccination traîne
RE
13:30Les taliban s'engagent à renforcer la sécurité des mosquées chiites
RE
13:09Un groupe hindou demande à l'Inde de réglementer les plateformes et les cryptomonnaies.
ZR
13:03ALEXANDER NOVAK : La Russie voit une demande de gaz record mais dit pouvoir fournir plus à l'UE
RE
12:42La Nasa lance une sonde pour étudier les astéroïdes de Jupiter
RE
11:24Castex rend hommage à Samuel Paty, "serviteur de la République"
RE
10:53Johnson sur les lieux du meurtre, traité comme terroriste, de Amess
RE
10:06Un séisme d'une magnitude de 4,8 fait au moins trois morts à Bali
RE
09:47L'Asean exclut le chef de la junte birmane de son prochain sommet
RE
08:32CNCDH NATIONAL CONSULTATIVE COMMISSION ON HUMAN : La Défenseure des droits et la CNCDH appellent le gouvernement à mener une politique globale de lutte contre la pauvreté
PU
Dernières actualités "Economie & Forex"