Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

Le Canada assiste à la renaissance du GNL sur la côte ouest alors que le monde se bat pour trouver du gaz.

29/08/2022 | 07:04
FILE PHOTO: Cranes in the water at the Kitimat LNG site near Kitimat, in northwestern British Columbia

Le Canada tente une deuxième fois de développer une industrie d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) sur sa côte ouest, dix ans après que la flambée des coûts et l'opposition des autochtones aient fait dérailler une précédente vague de projets de terminaux GNL.

Cette fois, les entreprises se concentrent sur des projets plus petits de la côte ouest dont elles parient qu'ils seront moins chers et plus rapides à construire.

"Les petits projets sont plus faciles à gérer, surtout au Canada", a déclaré Al Monaco, directeur général d'Enbridge, dans une interview à Reuters. "Le besoin de GNL mondial est plus clair maintenant qu'avant, nous avons une deuxième chance et j'espère que nous ne la gâcherons pas cette fois. Nous devons nous y mettre tout de suite."

Les obstacles environnementaux et réglementaires à la construction de pipelines ont découragé la construction de nouveaux terminaux GNL sur la côte atlantique du Canada. La côte Pacifique de la Colombie-Britannique est proche du vaste champ de schiste de Montney au Canada et des marchés asiatiques, où les prix du GNL ont atteint un niveau record la semaine dernière.

La société privée Port Edward LNG mobilise des capitaux et négocie des accords d'écoulement avec des acheteurs asiatiques, un consortium dirigé par Shell étudie la faisabilité de la construction de la phase 2 du projet GNL Canada et, le mois dernier, Enbridge Inc. a annoncé un investissement de 1,5 milliard de dollars canadiens dans le projet Woodfibre LNG de Pacific Energy Corp.

La construction de Woodfibre commencera en 2023 et le projet de GNL Canada de 14 millions de tonnes par an (mtpa) à Kitimat est en cours de construction et devrait entrer en service en 2025. Ce sont les deux seuls projets sur les 18 proposés à être mis en route.

La construction d'un grand terminal de GNL en Colombie-Britannique coûte environ le double de ce qu'elle coûte sur la côte américaine du golfe du Mexique. La tendance, à l'exception de LNG Canada, est aux usines beaucoup plus petites.

UN PROCESSUS SIMPLIFIÉ

Les promoteurs, soucieux d'éviter les erreurs du passé, s'assurent du soutien des populations autochtones dès le début, a déclaré Karen Ogen-Toews, PDG de la First Nations LNG Alliance. Les entreprises modifient également les infrastructures existantes pour éviter les longs délais réglementaires.

"C'est une différence majeure, l'échelle de ces nouveaux projets de GNL par rapport aux anciens", a déclaré Dulles Wang, analyste chez Wood Mackenzie. "Les producteurs et les développeurs sont conscients du risque financier associé aux grands projets."

Woodfibre LNG sera un projet de 2,1 mtpa construit sur le site d'une usine de pâte à papier désaffectée près de Squamish. Port Edward LNG, dans le nord de la Colombie-Britannique, expédiera seulement 300 000 tonnes par an en utilisant un quai et des gazoducs existants, et a engagé des banquiers d'affaires à Houston et à Londres pour obtenir un financement de 350 millions de dollars canadiens.

"Il ne fait aucun doute que ce processus est plus rationnel", a déclaré Chris Hilliard, président de Port Edward LNG. "En n'utilisant pas l'approche conventionnelle du GNL, nous sommes en mesure de tirer parti d'une infrastructure existante considérable."

L'exportation à partir de la côte ouest ouvre l'accès aux marchés mondiaux aux producteurs de gaz canadiens enclavés. Mais la fenêtre pour construire de nouveaux terminaux est étroite. Alors que le monde vise des émissions nettes de carbone nulles d'ici 2050, un rapport de l'Institut international du développement durable a averti que les terminaux GNL canadiens pourraient devenir des actifs échoués.

L'économie des projets pourrait être reconfigurée pour offrir un rendement plus rapide du capital, ou les terminaux pourraient un jour être convertis pour exporter de l'hydrogène, a déclaré le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson.

"Je pense que tout le monde essaie de se faire une idée précise de la façon dont cela pourrait fonctionner", a-t-il déclaré à Reuters.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ENBRIDGE INC. -0.45%53.02 Cours en différé.7.79%
S&P GSCI NATURAL GAS INDEX 0.79%326.7628 Cours en temps réel.82.68%