Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

TOSHIBA CORPORATION

(6502)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse

GE, Johnson & Johnson, Toshiba, les vieux conglomérats se scindent

12/11/2021 | 20:35
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

New York (awp/afp) - Trois géants de l'industrie, GE, Johnson & Johnson, et Toshiba, ont annoncé cette semaine leur scission en plusieurs sociétés, un mouvement de fond, réclamé par les marchés financiers, destiné à offrir cohérence et lisibilité, tout en privilégiant les secteurs de croissance.

Concrètement, General Electric va laisser la place à trois groupes cotés distincts, dédiés respectivement à l'aviation, la santé et l'énergie, tout comme Toshiba, qui va créer deux nouvelles entreprises en plus de sa structure existante.

Johnson & Johnson va lui séparer ses produits de grande consommation (l'aspirine Tylenol ou les pansements Band-Aid notamment) du reste de l'entreprise, principalement les équipements médicaux et médicaments sur ordonnance dont vaccins, pour en faire une nouvelle entité cotée.

"Cela illustre une tendance qui est à l'oeuvre depuis plus de vingt ans et qui pousse les entreprises à se concentrer sur un seul marché", analyse Michael Useem, professeur à l'université Wharton et spécialiste de la restructuration industrielle.

Pour lui, cette série d'annonces "va souligner le fait que le conglomérat diversifié, même s'il a occupé une place énorme dans l'histoire économique américaine, est en voie d'extinction".

La semaine dernière DuPont, qui était déjà redevenu indépendant après la scission, en 2019, du géant DowDupont, a lui aussi annoncé un virage stratégique et la sortie du groupe d'un portefeuille de produits industriels.

Pour Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuilles chez Meeschaert Financial Services, pour GE, comme pour IBM, qui a introduit en Bourse la semaine dernière Kyndryl, spécialisée dans la gestion des infrastructures informatiques des entreprises, la déconstruction est une occasion de séparer le bon grain de l'ivraie.

"Depuis très longtemps, General Electric avait toujours un petit mouton noir" parmi ses activités, en l'occurrence l'énergie récemment, après avoir été plombé par les services financiers après la crise de 2008.

Dès lors, "toutes les autres branches en souffraient", au niveau de leur valorisation boursière mais "aussi de l'allocation" des ressources entre les différentes activités du groupe.

Par extension, beaucoup de ces conglomérats anciens voient leurs cours de Bourse se traîner, fait valoir Michael Useem, plombés par une sorte de pénalité à la diversification.

Les analystes et les investisseurs ont parfois du mal à saisir le groupe dans sa complexité et à "évaluer ses futurs résultats", dit-il.

En outre, il vaut mieux se scinder de son plein gré, avec la maîtrise de sa stratégie, "plutôt que d'être poussé à le faire par des actionnaires activistes", avance Gregori Volokhine.

Conglomérats 2.0

Mais tous les conglomérats qui s'auto-découpent ne sont pas en souffrance. "J&J est une belle entreprise", rappelle Jim Osman, directeur du cabinet The Edge et spécialiste des "spin-off" (une partie d'un tout est séparée du reste). "Il n'y a pas de bonne et de mauvaise activité" au sein du groupe, insiste-t-il. "Il y a deux belles branches dont ils pensent qu'elles peuvent briller seules."

Pour lui, la séquence est liée à l'évolution de Wall Street, qui vole de record en record depuis le début de l'année.

"Les sociétés essaient de créer de la valeur avec des spin-off lorsqu'on est proche des sommets en Bourse", dit-il. "C'est normal. Vous ne pouvez plus tirer de croissance" du prix de l'action sans bouleverser la structure même de l'entreprise.

Même si les exemples se sont multipliés récemment, la scission n'a rien d'inéluctable, affirme Howard Yu, professeur à l'école IMD, à Lausanne. Certains conglomérats anciens, comme l'américain Honeywell, sont ainsi bien positionnés et prisés des investisseurs.

Pour l'universitaire, ce dernier a su, à la différence de GE, prendre le virage de la numérisation, du recueil et de l'exploitation des données, comme l'ont fait les nouveaux conglomérats du XXIe siècle, Amazon ou le chinois Alibaba.

Amazon a beau être présent dans le cloud, les magasins d'alimentation, le commerce en ligne et les contenus (vidéos et audio), des domaines a priori différents, il y voit, et les investisseurs avec lui, "le bénéfice de la complémentarité, qui renforce chaque élément de l'écosystème", selon Howard Yu. "Il y a cette colle numérique" qui fait tenir le tout debout.

Mais pour Michael Useem, les marchés pourraient, au contraire, bientôt réclamer aux géants de la tech, Amazon ou Google (Alphabet) en tête, de se scinder, faute de lisibilité.

"Waymo, ça pourrait peut-être être valorisé 100 milliards de dollars", lance Gregori Volokhine, au sujet de la filiale de véhicules autonomes d'Alphabet. "Même pour Google, c'est beaucoup d'argent."

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
JOHNSON & JOHNSON 1.31%170.59 Cours en différé.-1.57%
TOSHIBA CORPORATION -1.92%4600 Cours en différé.-0.85%
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TOSHIBA CORPORATION
12/01Toshiba Corporation lance une cellule de batterie lithium-ion rechargeable SCiBTM 20Ah-..
CI
07/01Les actions japonaises effacent leurs profits du matin ; Toshiba fait face à l'oppositi..
MT
06/01TOSHIBA : 3D investment Partner s'oppose au démantèlement
06/01Toshiba va relancer les discussions avec des acheteurs potentiels pour privatiser l'ens..
CI
06/01PLANÈTE BOURSE : La revue de presse du jeudi 6 janvier 2022
06/01TOSHIBA : Un actionnaire demande une AG consacrée au projet de scission
RE
06/01BOURSE DE PARIS : Le Nasdaq digère mal la galette
06/01EN DIRECT DES MARCHES : Carrefour, Crédit Agricole, Sodexo, ALD, Ubisoft, Valneva, Meta, F..
06/01Tokyo chute dans la foulée de Wall Street
AW
06/01Tokyo dans le rouge derrière Wall Street
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TOSHIBA CORPORATION
Plus de recommandations
Données financières
CA 2022 3 313 Mrd 28 757 M 25 808 M
Résultat net 2022 149 Mrd 1 297 M 1 164 M
Dette nette 2022 179 Mrd 1 553 M 1 394 M
PER 2022 13,2x
Rendement 2022 4,13%
Capitalisation 1 990 Mrd 17 235 M 15 497 M
VE / CA 2022 0,65x
VE / CA 2023 0,65x
Nbr Employés 117 300
Flottant -
Graphique TOSHIBA CORPORATION
Durée : Période :
Toshiba Corporation : Graphique analyse technique Toshiba Corporation | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique TOSHIBA CORPORATION
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreNeutreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 9
Dernier Cours de Cloture 4 600,00 JPY
Objectif de cours Moyen 5 102,22 JPY
Ecart / Objectif Moyen 10,9%
Révisions de BNA
Dirigeants et Administrateurs
Satoshi Tsunakawa Chairman, Executive President & CEO
Masayoshi Hirata CFO, Head-Accounting & Finance Management
Keiichi Yumita Head-Information Systems
Yutaka Sata Vice President-Research & Development
Hideaki Ito Head-Technology Planning, R&D Center
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapi. (M$)
TOSHIBA CORPORATION-0.85%17 740
BERKSHIRE HATHAWAY INC.2.88%690 549
HONEYWELL INTERNATIONAL INC.-3.77%138 132
SIEMENS AG-7.49%127 776
GENERAL ELECTRIC COMPANY-5.45%98 043
3M COMPANY-4.69%96 813