Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  ZB Campus  >  Espace pédagogique

ZB Campus

SAVOIR INVESTIR
1.4 - Le Money Management

Les bases du Money management impliquent que l’on n’investisse pas tous ses œufs dans le même panier et que l’on diversifie ses investissements. Ainsi l’impact d’une forte baisse d’un titre sera faible à l’échelle de l’ensemble du portefeuille.

Les étapes du money management

Etape 1 :

Pour hiérarchiser l’intérêt d’une opportunité par rapport à une autre, le trader dispose de plusieurs outils :

  • Estimer le profit anticipé,
  • Définir le risque associé (stop loss),
  • Evaluer le niveau d’investissement requis pour prendre position.

Conclusion : Plus le profit anticipé est important pour un niveau de risque donné, meilleure sera l’opportunité de trading.

Etape 2 :

Le risque global correspond à la fraction du capital que le trader accepte de prendre toutes positions confondues.

Par exemple:

Accepter de risquer 100% de son capital peut être particulièrement ruineux si chaque position est perdante. A l’inverse, ne risquer que 1% du capital limite fortement votre potentiel de gain. Classiquement, plus le niveau de profit espéré est important, plus le degré de risque pris l’est aussi. Dans la littérature, le risque global est souvent limité à 6% du capital.

La règle des 6% :

Principe :
A chaque fois que votre compte de trading baisse de 6% par rapport au niveau du début du mois, il convient d’arrêter de trader jusqu’à la fin du mois courant.

Exemple :
Avec un capital de 50 000 €, vous pouvez risquer sur le mois 3 000 € au maximum.

Etape 3 :

A partir du moment où le trader a défini la fraction du capital qu’il accepte de prendre sur l’ensemble de ses positions, il convient de répartir ce risque par trade.

Pour répondre à cet impératif, plusieurs solutions sont possibles :

- Allouer le même niveau de risque (perte) à chaque transaction,
Implicitement, cela revient à dire que les opportunités présentent toutes le même attrait ce qui est rarement le cas sur le marché.

- Pour contourner ce handicap, il semble bien plus intéressant de retenir une méthode de money management qui tienne compte du potentiel inhérent à chaque trade pour définir le niveau de risque que l’on accepte de prendre sur chaque position.

De son côté, le potentiel intrinsèque d’un trade se définit par :

  • La probabilité de succès
  • Le niveau de Risk / Reward (R/R)

Etape 4 :

Avant d’ouvrir une position de trading, il est impératif d’évaluer avec précision le niveau à partir duquel la détention de l’actif (action, futures, etc.) ne se justifie plus.

Pour faire simple, vous devez définir le niveau de stop-loss avant de passer votre ordre sur le marché. Car une fois en position, il est bien plus facile de se focaliser sur le gain espéré et négliger la perte potentielle. Mais attention, baser sa stratégie de trading sur l’espoir plutôt que sur le réalisme conduit inexorablement à la ruine.
Classiquement, le risque accepté par position correspond à 2% du capital de trading.

La règle des 2% :

Principe :
Limiter la perte sur une position à 2% du capital de trading.

Qu’est ce que le capital de trading ?
Il intègre uniquement les sommes détenues sur votre compte de trading, y compris les positions ouvertes

Application :
Avec un capital de 50 000 €, vous pouvez risquer sur une position 1 000 € au maximum.

Etape 5 :

Vous détenez un portefeuille boursier de 100 000 € au 01 juin 2005.

  • Déterminez le niveau de perte maximal sur votre compte de trading et la perte maximale acceptable par opération.

Le 08 juin, l’action X présente une configuration graphique intéressante. Elle s’échange à 25 euros pour un objectif situé à 38 euros et un stop de protection à 21 euros.

  • Calculer le nombre maximum d’actions que vous pourrez acquérir sachant que votre courtier vous prélève 1% de frais aller-retour.

Le 15 juin, les actions Y et Z présentent elles aussi des configurations alléchantes. Vous décidez de les acheter en vous exposant au risque maximal (2% par trade). Le 17 juin, vous êtes intéressé par l’action A aux perspectives attractives.

  • Combien d’actions A pouvez-vous acheter ?
  • Que faut-il attendre pour pouvoir se positionner sur le titre A ?

Le 20 juin, le titre X progresse à 28 euros et semble accélérer.

  • Que faites-vous ? Pouvez-vous alors vous positionner sur le titre A qui n’a pas évolué depuis le 17 juin dernier ?

Le 21 juin, le titre Y enfonce votre stop de protection. Pour vous refaire, vous décidez d’investir sur la valeur C.

  • Faites-vous le bon choix ? Pourquoi ?

Correction :

  • Perte maximale sur le compte de trading et par opération:

règle des 6% soit 6000 €,

règle des 2% soit 2000 €.

  • Nombre d’actions maximum à acheter :

PRU = 25.25 euros, soit une perte potentielle de 4.25 euros par titre. Vous pouvez donc acquérir au maximum 470 actions.

  • Nombre d’actions A à acheter :
Aucune car vous êtes déjà exposé au risque maximum de 6000 € sur votre portefeuille.
  • Pour acquérir les titres de l’action A, vous devez sécuriser au moins une ligne sur les titres détenus en portefeuille avec un stop sur le point mort.
  • Vous relevez le stop au point mort sur X et pouvez à ce moment exposer 2% du capital sur A.
  • Non, vous ne pouvez pas investir sur la valeur C car vous venez de perdre 2% de votre capital et que vous êtes déjà exposé à hauteur de 4% sur Z et A.




Nous vous accompagnons dans vos investissements.